bûcher

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : bucher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

→ voir bûche

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
bûcher bûchers
/by.ʃe/

bûcher /by.ʃe/ masculin (orthographe traditionnelle)

  1. Tas de bois que l’on brûle pour se chauffer.
    • De là, le tortueux sarment gagnait le mur, s’y attachait, courait le long de la maison et finissait sur un bûcher où le bois était rangé avec autant d’exactitude que peuvent l’être les livres d’un bibliophile. (Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, 1833)
    • Il pleuvait fin et il faisait froid. Nous brûlions des pins entiers en de grands bûchers, autour desquels chacun épluchait son linge. (Alain, Souvenirs de guerre, p. 129, Hartmann, 1937)
  2. Lieu où l’on range le bois à brûler.
    • […], c’est une faute que nous avons commise, d’avoir construit un bûcher non contigu à la maison et sans communication directe avec elle. (Jules Verne, Le Pays des fourrures, 1873)
  3. Amas de bois sur lequel on mettait anciennement les cadavres pour les brûler.
    • Mais avant de mettre le feu au bûcher, ou avait grand soin de déposer dessus, avec le corps du mort, un compte exact de ses affaires, afin qu’il pût s’en servir dans l’autre vie. (Latapie, Des funérailles chez les peuples de l’antiquité, dans L’Investigateur, T. 5, 2e série, 1845)
  4. Amas de bois sur lequel on plaçait ceux qui avaient été condamnés au supplice du feu.
    • L’Église romaine des bûchers, des massacres pieux, des guerres de religion, ose nous demander la liberté, que son Syllabus aujourd’hui nous refuse encore. (Georges Clemenceau, Article du 14 juin 1899, paru dans Justice militaire, 1901)
    • Le jour de l’exécution arrivé, l’on conduisit la vieille Barbara, au milieu d’une foule immense, à la place du Marché, et on la fit monter sur le bûcher dressé à cet effet. (E. T. A. Hoffmann, Le Diable à Berlin, 1820, traduit par Henry Egmont)
    • Les malheurs vulgaires émouvaient peu cette âme qui voulait éteindre les bûchers de ces martyrs souvent ignorés de leur vivant. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  5. (Parfois) Amas de bois pour faire un feu de joie.
    • Le soir, on dressait dans la ville et sur les rives de la Moselle des bures, sortes de bûchers dont le bois avait été recueilli de maison en maison par les jeunes gens de la ville. Le soir où on les flambait, chaque bure était transformée en « autel de l’Hyménée ». (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1895)
  6. (Religion) Les flammes de l’Enfer.
    • Le curé de Melotte […] n’était plus craint. Ses foudres de carton, ses tonnerres lointains, l’évocation des bûchers infernaux, la promesse des félicités paradisiaques dans un éden, somme toute, passablement morne et fort problématique, ne faisaient plus guère frémir que quelques vieilles dévotes et les gosses de neuf à onze ans […]. (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)

Variantes orthographiques[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

bûcher /by.ʃe/ transitif 1er groupe (conjugaison) (orthographe traditionnelle)

  1. Travailler à faire des bûches. Dégrossir à coups de hache.
  2. (Figuré) (Québec) Battre, rosser.
    • Il s’est fait bûcher.
  3. (Maçonnerie) Enlever à un bloc ou une surface de pierre ce qui fait saillie.
    • Il fut arrêté, sous la Terreur, pour n’avoir pas fait bûcher ses armoiries au fronton de son château. (Roger Peyrefitte, Les Juifs, quatrième partie, chap. IV ; Éditions Flammarion, Paris, 1965, p. 389)
  4. (Charpenterie de marine) Détruire une pièce qu’on veut remplacer par une meilleure.

bûcher /by.ʃe/ intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. (Figuré) (Familier) Travailler dur, avec acharnement.
    • Pourquoi ne ferions nous pas bûcher davantage nos citoyens afin de pouvoir dorloter nos citoyennes ? Cela serait profondément naturel et juste. (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité, 1931)

se bûcher /by.ʃe/ pronominal 1er groupe (conjugaison)

  1. Se battre.
    • On se bûchera ! fit observer Soudry, c’est selon. Si le préfet et le général, qui sont ses amis envoient un escadron de cavalerie, les paysans ne bûcheront rien… On peut à la rigueur avoir raison des gendarmes de Soulanges ; mais essayez donc de résister à une charge de cavalerie. (Honoré de Balzac, Les Paysans, 1823)

Variantes orthographiques[modifier | modifier le wikicode]

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Travailler dur, avec acharnement :

→ voir travailler

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]