brûler

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : bruler

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Depuis 1690, de brusler (1611), de bruller (1120, (« consumer, endommager par l'action du feu »).

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

brûler /bʁy.le/ transitif 1er groupe (conjugaison) (orthographe traditionnelle) (Pronominal : se brûler)

  1. Consumer, corroder ou endommager par le feu, ou par produits chimiques.
    • Hippocrate sauva Athènes de la peste en brûlant dans les rues des bois aromatiques et en faisant suspendre partout des paquets de fleurs parfumées. (Marcel Hégelbacher; La Parfumerie et la Savonnerie. -1924)
    • Nulle main laborieuse ne relèvera les toitures enfoncées ; nulle flamme ne brûlera plus aux âtres désertés. (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité -1931)
    • Des stères à brûler, des fagots de rondins, des bourrées de coupilles, des tas d’ételles et des « carottes » d’épicéas s’y empilent. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, 1958)
    • Après un certains laps de temps, les femmes brûlent les défrichements au feu courant. Ensuite elles ramassent les débris et les réincinèrent en petits tas. (Problèmes d'Afrique centrale, n°31 à 38, Institut universitaire des territoires d'outre-mer (Anvers), 1956, p.204)
    • La température à laquelle le kérosène brûle est suffisante pour faire perdre à l’acier environ 75 % de sa force. (Louis Dubé, L’argument déterminant et les théories du complot, dans Le Québec sceptique, n° 67, p.5, automne 2008)
  2. Faire du feu de quelque matière.
    • Dans ce pays, on ne brûle que du charbon de terre, que de la tourbe.
    • Brûler de la cire, de la chandelle, de l’huile, du pétrole : se servir de bougie, de chandelle, d’une lampe à huile ou à pétrole pour éclairer.
    • De l’huile à brûler. — Brûler du bois, de la paille.
  3. (Cuisine) Subir l’action trop vive ou trop prolongée du feu qui donne une couleur rousse ou noire et un goût désagréable aux mets.
    • Vous avez laissé brûler ce rôti.
  4. (Figuré) (Par hyperbole) Échauffer excessivement, causer une violente chaleur, dessécher par une chaleur excessive.
    • J’avais comme une barre à l’estomac, et dans le cerveau quelque chose qui me brûlait. Je fus près de défaillir. (Octave Mirbeau, La tête coupée,)
    • Cette liqueur me brûle le palais, le gosier, l’estomac.
    • Le soleil lui a brûlé le teint.
  5. (Figuré) Être dévoré d’une passion pressante.
    • La dame brûlait du désir d’ébruiter une nouvelle dont elle venait d'avoir la primeur. (Nicolas Gogol, Les âmes mortes -1842 ; traduction de Henri Mongault -1949)
    • Doña Luz est on ne peut pas plus inquiète de son oncle, elle brûle de le revoir. (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, 1858)
    • Les artilleurs, qui, à la capitulation, avaient reçu l’ordre de cesser le feu, n’avaient pas quitté leur poste, […]. Les soldats déclarèrent qu’ils n’avaient pas eu une seule occasion de tirer, et ils brûlaient du désir de montrer ce qu’ils savaient faire. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 235, Mercure de France, 1921)
    • Sa froideur a, pour moi, tant d’attraits, qu’elle me brûle et me glace. J’ai beau savoir qu’au fond de ce regard, tout est calcul et complaisance, où qu’il m’entraîne, je le suivrai. (Francis Carco, L’Amour vénal, 1927, p.16)
    • Un question me brûle les lèvres, je ne peux pas m’empêcher de la poser.
    • Les mains lui brûlent : il est impatient d’agir.
    • Les pieds lui brûlent : il est impatient de sortir, de s’en aller.
  6. (Figuré) Ignorer un obstacle ou une étape pour atteindre un objectif.
    • Cette marche ressemblait à une fuite. Troppmann marchait devant nous, […]. Il se hâtait, évidemment, et nous autres nous nous hâtions à sa suite. […]. Ainsi, nous brûlâmes le corridor, nous descendîmes un autre escalier. (Ivan Tourgueniev, L’Exécution de Troppmann, avril 1870, traduction française de Isaac Pavlovsky, publiée dans ses Souvenirs sur Tourguéneff, Savine, 1887)
    • Lorsque notre train « brûle » les petites stations qu’il n’honore que d’un coup de sifflet au passage, le major m’eût dit si telle ou telle n’avait point été le théâtre de faits de guerre. (Jules Verne, Claudius Bombarnac, Hetzel, 1892, chap.6)


brûler /bʁy.le/ intransitif

  1. Être consumé par le feu.
    • Le bois sec brûle mieux que le bois vert.
    • Faire brûler des pastilles, des parfums.
    • Il y a devant cet autel une lampe qui brûle toujours.
  2. (Simplement) Être fort chaud.
    • Touchez ses mains, elles brûlent.
  3. (Plus rare) Briller, luire.
    • Une ampoule brûlait à l’extrémité du passage. (Francis Carco, L’Homme de Minuit, 1938)
  4. (Figuré) Être près d’un objectif, toucher au but.
    • La solution n’est pas loin, nous brûlons.

Variantes orthographiques[modifier | modifier le wikicode]

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]