ministre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : ministré

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Date à préciser) Du latin minister dérivé de minus (« inférieur ») calqué sur magister (« maître »).

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
ministre ministres
/mi.nistʁ/

ministre /mi.nistʁ/ masculin et féminin identiques [1]

  1. (Vieilli) Personne chargée de remplir une fonction pour le compte d’autrui.
    • Ma visite fut un trait de lumière pour la comtesse qui voulut voir en moi le ministre des vengeances du comte (Balzac, Gobseck)
  2. (En particulier) (Religion) Membre du clergé, pasteur luthérien.
    • Je ne suis pas non plus du nombre de ceux qui jugent que, pour relever la religion aux yeux des peuples, et mettre en honneur le spiritualisme qu'elle professe, il est bon d'accorder indirectement à ses ministres une influence politique […]. Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, vol.2, 1850, p.164
    • Les farouches Vendéens, excités par la voix de leurs prêtres, par les discours des ministres du Dieu de miséricorde, égorgeaient, brûlaient vifs, enterraient vivants les républicains qui tombaient entre leurs mains. (Alfred Barbou, Les trois Républiques françaises, 1879)
  3. (En particulier) Agent diplomatique représentant le gouvernement auprès des gouvernements étrangers qui comportent non une ambassade, mais une légation.
    • Les auteurs du manifeste en prirent occasion d’attaquer M. Poinsett, ministre des États-Unis à Mexico, qu’ils représentèrent comme un agent habile et hypocrite, …. (Anonyme, Mexique.- Situation des partis, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • Et la pauvre femme qui travaille pour m’obtenir le cordon de commandeur de la Légion et le poste de ministre auprès du grand-duc de Bade ! (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  4. Membre de premier rang d’un gouvernement.
    • Enguerrand de Marigny, le ministre des finances qui avait inspiré à Philippe le Bel sa politique d'altération des monnaies, fut pendu au gibet de Montfaucon. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • À la fin de 1874 seulement nous nous fixons à Paris quand mon père est devenu ministre des Travaux publics. (Joseph Caillaux, Mes Mémoires: (I) Ma jeunesse orgueilleuse. -1942)
    • Empêcher la vie des gens et leur plaisir devrait-il être permis ? De quoi se mêle un ministre ? De quel droit, avec quelle permission ? (Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, 1958)
    • Du temps qu'il était ministre, […], quel non initié eût imaginé que Ferry était le salonard écervelé que l'on découvre aujourd'hui ? (Daniel Schneidermann, Chirac, Ferry, à l'abri des regards, dans Libération (journal) du 20 juin 2011)
    • La ministre de l’Écologie Delphine Batho a annoncé, lors de sa visite à l’entreprise MPO, en Mayenne, le 7 janvier, une série de mesures destinées à aider la filière photovoltaïque. (Camille Chandès, Photovoltaïque : Le Made in Europe encouragé, dans L'Usine nouvelle, n°3313, 10 janvier 2013)
  5. Petit oiseau de la famille des Emberizidés que l'on trouve sur le continent américain, aussi appelé passerin indigo (Passerina cyanea).
Notes[modifier | modifier le wikicode]
[1] L’Académie française s’oppose à l’utilisation de ce nom au féminin : « l'emploi du féminin dans La ministre, et dans Madame la Ministre, qui est apparu en 1997, constitue une faute d'accord résultant de la confusion de la personne et de la fonction », dans le Dictionnaire de l'Académie française, neuvième édition. Ce faisant, l’Académie se plaçait volontairement en opposition avec le mouvement de féminisation des noms de métiers alors en cours[1]. Cet emploi au féminin est recommandé en Belgique par la fédération Wallonie-Bruxelles par un décret en 1993 et dans le Guide de féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre publié en 1994, au Canada par l’Office québécois de la langue française depuis 1979 et par le Bureau de la traduction du Canada, en France par la Commission de terminologie chargée de la féminisation des noms de métier et de fonction notamment dans une circulaire relative à la féminisation des noms de métiers, fonctions, grades ou titres, publiée au Journal officiel du 11 mars 1986, en Suisse le Conseil fédéral s’est déclaré en faveur d’une rédaction rendant justice au réalité sociale en 1986 et la Chancellerie fédérale a publié la Formulation non sexiste des actes législatifs et administratifs en 1991.
Le mot ministresse n’a pas réussi à s’imposer au sens de femme ministre ; il se rencontre au sens de femme de ministre.

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

  • Ministre plénipotentiaire, Agent diplomatique de la seconde classe, venant après les ambassadeurs.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Hyponymes[modifier | modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Adjectif[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
ministre ministres
/mi.nistʁ/

ministre /mi.nistʁ/ masculin et féminin identiques

  1. Identique à celle utilisé par un ministre.

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Forme de verbe[modifier | modifier le wikicode]

Conjugaison du verbe ministrer
Indicatif Présent je ministre
il/elle/on ministre
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je ministre
qu’il/elle/on ministre
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
ministre

ministre /mi.nistʁ/

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe ministrer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe ministrer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe ministrer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe ministrer.
  5. Deuxième personne du singulier de l'impératif du verbe ministrer.

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Catalan[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin minister.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

ministre masculin

  1. Ministre.

Tchèque[modifier | modifier le wikicode]

Forme de nom commun[modifier | modifier le wikicode]

ministre /Prononciation ?/

  1. Vocatif singulier de ministr.

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. http://www.ciep.fr/chroniq/femi/fem.pdf