rompre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin rumpere (« rompre »).

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

rompre /ʁɔ̃pʁ/ transitif 3e groupe (conjugaison)

  1. Séparer un solide en deux parties sans se servir d’instrument tranchant ; briser ; mettre en pièces.
    • (Pronominal) Le bateau raidissant sa chaîne cassa ses bosses ; le frein du guindeau se rompit ; il fallu mouiller le seconde ancre pour pouvoir le réparer. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • (Pronominal) Le gréement dormant en fil d'acier galvanisé, peut supporter un effort de dix tonnes sans se rompre. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Nous y entrâmes par un pont de pierre en dos d'âne, dont une seule arche avait été rompue, et que nos pontonniers, qui avaient déjà jeté les madriers suffisants pour le passage de l'infanterie, s'occupaient activement à consolider […]. (Louis Dumur, Nach Paris, chap.9, 1929)
    • Les essieux de la voiture se rompirent.
    • Le fleuve rompit ses digues.
  2. (Spécialement) (Histoire) Rouer ; supplicier par la roue.
    • Roussel a enfin été rompu vif, à six heures du soir, Raffiat à neuf, et il ont expiré sur la roue. (Edmond-Jean-François Barbier, Journal d'un bourgeois de Paris sous le règne de Louis XV, décembre 1742 , texte établi par A. de la Villegille, 1847, , Union Générale d’Édition, 1963, p.169)
  3. Interrompre ; arrêter ; détourner.
    • Rompre le vent.
    • rompre le cours de l’eau.
    • rompre la vague.
  4. (Figuré) Détruire ; faire cesser ; rendre nul ; en parlant d’amitié, de relations, d’alliance, de traité, etc.
    • Sommé de rompre son second mariage par saint Germain, évêque de Paris, il refusa obstinément, et fut excommunié. (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 1er récit : Les quatre fils de Chlother Ier — Leur caractère — Leurs mariages — Histoire de Galeswinthe (561-568))
    • Rompre une amitié.
    • rompre la paix.
    • rompre des négociations.
    • rompre un traité, une alliance, un marché.
    • (Intransitif) Le pape Innocent III (1193-1216) devait rompre avec cette tradition de tolérance et se faire l'inspirateur d'une politique hostile, qu'il mena avec une vigueur exceptionnelle. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  5. (Absolument) (Intransitif) Renoncer à l’amitié, aux liaisons qu’on avait avec quelqu’un.
    • Ils ont rompu.
    • Ils ont rompu ensemble.
    • Ils ont rompu avec éclat.
    • Il a rompu pour une bagatelle avec son meilleur ami.
  6. (Figuré) Interrompre.
    • Chacun tenant à rester sur la défensive, le silence se prolongeait quand le Carcan, pour rompre cette gêne, trouva un moyen terme et entama l’éloge du vin qui restait dans son verre. (Louis Pergaud, Joséphine est enceinte, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Qu'y a-t-il Héloïse ?
      Le prénom familier rompait l'envoûtement, conjurait le péril. Il la rejetait vers l'enfance, niait sa flamboyante puberté.
      (Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, 1958)
  7. (Figuré) Manquer à une obligation, cesser pour toujours ou momentanément de la remplir.
    • Rompre le clôture religieuse.
    • rompre le carême.
    • rompre sa règle, ses vœux.
    • rompre son serment, ses engagements.
  8. (Figuré) Dresser, exercer, accoutumer, plier.
    • On l’a mis dans tel emploi pour le rompre aux affaires, au travail.
    • rompre la main d’un jeune homme à l’écriture; le rompre à l’écriture.
    • Se rompre à la fatigue, au travail, aux affaires.
  9. (Intransitif) Se casser, se briser.
    • Ne chargez pas trop cette poutre, elle romprait.
    • Son épée rompit à la poignée.
  10. (Escrime) Reculer.
    • Rompre la semelle : reculer de la longueur du pied.
  11. (Absolument) (Intransitif) (Militaire) Rompre les rangs.
    • Le colonel a donné l’ordre de rompre.
    • Un supérieur dit à un soldat qu’il congédie : Allez, rompez!

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Ancien français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin rumpere (« casser »).

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

rompre /Prononciation ?/ transitif (conjugaison)

  1. Rompre.
    • L'osberc [il] li rumpt entresque à la charn. (Ch. de Rol. XCIV)
    • De totes pars la mer l'asaut, Rompent cordes, li trés [mât] lor faut. (WACE, Vierge Marie, p. 4)
    • Puis i ont mis dou feu tout rasé [ras] un tonel ; Les douves sont enprises, si rompent li cercel. (Sax. IX)
    • Qui m'ont toute ma robe depecie et rompue. (Berte, LII)

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Ancien occitan[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin rumpere.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

rompre

  1. Rompre, casser, déchirer, détruire, séparer, se détacher, entrecouper.

Variantes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  • François Raynouard, Lexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l'Europe latine, 1838-1844

Catalan[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin rumpere (« rompre, casser »).

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

rompre transitif

  1. Rompre, briser, casser.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]