dieu

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : Dieu, diệu, diều, điều

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin deus, apparenté au grec ancien Ζεύς, Zeús (« Zeus »).

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin dieu
/djø/
dieux
/djø/
Féminin déesse
/de.ɛs/
déesses
/de.ɛs/
Les dieux du Panthéon grec.

dieu /djø/ masculin

  1. (Religion) Être surnaturel objet de déférence d'une religion.
    • Rôde-t-il de par l’univers je ne sais quel dieu de la malédiction et du carnage ayant pouvoir à de certaines heures d’arracher de la vie les fils aînés de la famille humaine taillés pour lui faire obstacle ? (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • Mais le diable a soufflé là-dessus, de son haleine fiévreuse et empestée, et les pires billevesées ont pris leur vol. L’homme a inventé les dieux et il a créé l’amour avec son cortège de sensibleries ridicules ou criminelles. (Victor Méric, Les compagnons de l’Escopette, 1930, p.118)
    • Malheur dieu pâle aux yeux d’ivoire
      Tes prêtres fous t’ont-ils paré
      Tes victimes en robe noire
      Ont-elles vainement pleuré
      Malheur dieu qu’il ne faut pas croire.
      (Guillaume Apollinaire; « La Chanson du mal-aimé » in Alcools -1913)
    • Vivre comme un dieu exige que l’on cesse de croire aux dieux. Ainsi, la leçon des épicuriens est que la philosophie change les hommes en dieux en leur enseignant qu'il n’y a pas sur cette terre d’autres dieux qu’eux-mêmes dès lors qu’ils auront cessé de croire et vainement d’espérer. (Robert Redeker, Les épicuriens, professeurs de liberté, dans Marianne du 5 au 11 février 2011, p.72-73)
  2. (Figuré) Celui qui est l’objet d’un grand enthousiasme, d’une vénération profonde, d’une vive reconnaissance, d’un extrême attachement.
    • Goldsmith, l’auteur d’Obermann, Charles Nodier, Maturin, les plus pauvres, les plus souffrants étaient ses dieux ; elle devinait leurs douleurs, elle s’initiait à ces dénûments entremêlés de contemplations célestes, elle y versait les trésors de son cœur ; … (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  3. (En particulier) Personne qui démontre un talent exceptionnel dans un domaine particulier.
    • Il est le dieu du jazz.
Note[modifier | modifier le wikicode]
Dieu prend une majuscule lorsqu’il désigne le principe démiurge de l’univers, le créateur du monde, ou – comme n'importe quel nom en français – lorsqu’il désigne un objet unique dans le contexte de la phrase on constitue le premier mot de la phrase. Dans tous les autres cas le mot débute par une minuscule.
  • Croire en Dieu. — Le dieu des chrétiens.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

(voir aussi à Dieu)

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

  • dieu sur Wikipédia Article sur Wikipédia

Références[modifier | modifier le wikicode]

Occitan[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin deus apparenté au grec ancien Zeus Ζευς ou Δίας.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

dieu [Prononciation ?] (graphie normalisée) masculin (équivalent féminin : dieusa)

  1. (Religion) Divinité, dieu.

Variantes dialectales[modifier | modifier le wikicode]

  • diu (aranais)

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]