jalousie

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : Jalousie

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Nom commun 1) (xiie siècle) Dérivé de jaloux avec le suffixe -ie.
(Nom commun 2) (xve siècle) De l’italien gelosia, extension du sens de « jalousie » au sens premier, et comme le français, dérivé de geloso (« jaloux ») pour désigner un treillis destiné à dissimuler les femmes aux regards.

Nom commun 1[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
jalousie jalousies
/ʒa.lu.zi/

jalousie /ʒa.lu.zi/ féminin

  1. Dépit que l’on a de ne pas obtenir ou posséder ce qu’un autre obtient ou possède, comme la richesse, les succès, la gloire, les talents, etc.
    • La jalousie est un sentiment qui semble être surtout propre aux êtres passifs ; les chefs ont des sentiments actifs, et la jalousie se transforme chez eux en une soif d'arriver, coûte que coûte, aux positions les plus enviées, […]. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.V, La grève générale politique, 1908, p.228)
    • Ce qui détermina la chute de gros Zidore et de gros Léon ce fut tout simplement une petite jalousie de chasseurs provoquée par un malheureux renard, un vulgaire goupil, […]. (Louis Pergaud, La Chute, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • J'adore cette vie plus simple que tu mènes à la campagne, loin de nos potins et de nos jalousies. (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)
  2. Crainte que la personne aimée n’éprouve un sentiment de préférence pour quelque autre, ne soit infidèle.
    • En voyant son amant si occupé de saisir les regards de Napoléon, Julie éprouva un moment de jalousie en pensant qu'il ne l'avait pas encore regardée. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, 1832)
    • Et si les sentiments de jalousie demeurent dans le cœur de chacun vis-à-vis de l’autre, ce n’est pas dans la douleur d’une affection déçue qu’ils résident ; c’est dans l’instinct de propriété. (Alfred Naquet ; Vers l’union libre, 1908)
  3. (Par extension) Humeur jalouse.
    • La fierté de Modeste, son dédain alarmèrent le poète, il revint à elle en donnant le spectacle d’une jalousie d’autant plus visible qu’elle était jouée. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Nom commun 2[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
jalousie jalousies
/ʒa.lu.zi/

jalousie /ʒa.lu.zi/ féminin

  1. (Menuiserie) Treillis de bois ou de fer au travers duquel on voit sans être vu.
  2. (Menuiserie) Persienne formée de planchettes minces assemblées parallèlement, que l’on peut remonter et baisser à volonté au moyen d’un cordon, et qui servent à se garantir de l’action trop vive du Soleil ou de la lumière.
    • Alors, je me mets à la fenêtre et par la fente des jalousies je regarde avec cette jumelle ce qu'on fait à l'hôtel du Coq. (Pierre Louÿs, Les aventures du roi Pausole, 1901)
    • Chemin faisant, j'eus le plaisir de voir plusieurs Portugaises qui soulevaient leurs jalousies pour nous examiner. (Lettre d'Évariste Parny à son frère, septembre 1773)
    • Enfin, je vis les premiers rayons du jour se glisser dans ma chambre à travers les interstices des jalousies. (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes - Le Chat, l’huissier et le squelette,)

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]