ael

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : AEL

Conventions internationales[modifier le wikicode]

Symbole [modifier le wikicode]

ael

  1. (Linguistique) Code ISO 639-3 de l’ambele.

Références[modifier le wikicode]

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Pronom personnel [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
ael aels
\a.ɛl\

ael \a.ɛl\ neutre

  1. (Néologisme) (LGBT) Pronom de la troisième personne du singulier permettant de désigner les personnes, sans distinction de genre. — Note : Il sert notamment à désigner une personne ne s’inscrivant pas dans la binarité de genre masculin/féminin, non binaire, ou dont le genre n’est pas connu.
    La voix d’Arès était posée et presque sirupeuse, ses traits fins sous la cagoule qu’ael releva avant de rouler sa paille. — (Malika B., Transaction directe dans Collectif Altfem, Anthologie de lecture transfem, volume 2 : La violence en nous, 2023, PDF, page 44, 114 pages)

Synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  • France (Auvergne-Rhône-Alpes) : écouter « ael [aɛ̆l] »
  • Grenoble (France) : écouter « ael [ɛl] »

Anagrammes[modifier le wikicode]

Modifier la liste d’anagrammes

Breton[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1499)[1][2] Du moyen breton ael, emprunté au bas latin altéré *angelus pour angelus emprunté au grec ἄγγελος, aggelos[3].
À comparer avec les mots angel en gallois, el en cornique, aingeal en gaélique (sens identique).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel 1 Pluriel 2
ael aeled aelez

ael \ˈɛːl\ masculin

  1. (Religion) Ange.
    • Hag an tri ael digeri o diouaskell ha nijal kuit o kana an Alleluia. — (Yann ar Flocʼh, Koñchennou eus Bro ar Ster Aon, Kemper, 1950, page 38)
      Et les trois anges déployèrent leurs ailes et s’envolèrent en chantant l’Alléluia.
    • An aeled o henche. — (Jakez Riou, Lizer an hini maro, Brest, 1925, page 58)
      Les anges les guidaient.
    • Morse ne varv un ael
      Nijal ’ra d’ar vro vat
      M’eo pep tra divarvel
      Ha pep amzer peurbad.
      — (Anjela Duval, Morse, in Oberenn glok, Mignoned Anjela & alii, 2000, page 643)
      Un ange ne meurt jamais
      Il vole jusquʼau pays bon
      Où chaque chose est immortelle
      Et chaque moment éternel.

Dérivés[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. Martial MénardDevri : Le dictionnaire diachronique du breton, 2018 → consulter cet ouvrage
  2. Jehan LagadeucCatholicon, Tréguier, 1499
  3. Victor Henry, Lexique étymologique des termes les plus usuels du breton moderne, J. Plihon et L. Hervé, Rennes, 1900lire sur wikisouce

Kotava[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Racine inventée arbitrairement[1].

Nom commun [modifier le wikicode]

ael \a.ˈɛl\ ou \a.ˈel\ (Indénombrable)

  1. Faim, état de faim.

Dérivés[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  • France : écouter « ael [a.'ɛl] »

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  • « ael », dans Kotapedia}
  1. Selon l’argumentaire développé par l’initiateur du kotava, cette langue ne tire pas des autres langues son vocabulaire.