cité

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : cite, cíṭe, Cite

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin civitas (« état de citoyen, droit de cité, ensemble des citoyens d’une ville, cité, nation, État »), apparenté à civis (« citoyen »).

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
cité cités
/si.te/
La cité de Carcassonne. (6)

cité /si.te/ féminin

  1. Ville, surtout quand on veut en faire ressortir l’importance.
    • Le plateau sur lequel est assise la cité de Carcassonne commande la vallée de l’Aude, qui coule au pied de ce plateau, […]. (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • La ville avait la réputation d’être imprenable ; son château s’élevait à l’est et la ceinture de murailles qui entourait la cité venait s’y attacher […] (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1923)
    • […] Saint-Cirq-la-Popie était, au moyen-âge, une riche cité fortifiée ; il n’est plus qu’un bourg croulant où s’attardent 150 habitants. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le Problème de la natalité, 1931)
  2. (Par métonymie) Habitants d’une ville ; ensemble des citoyens qui la composent.
    • Le 22, au point du jour, la cité entière, entassée sur les quais du port et sur les côtes voisines, guettait d'un œil avide et colère le steamer qui amenait à Copenhague la députation du meeting de Rendsbourg. (Louis-Antoine Garnier-Pagès, Histoire de la Révolution de 1848, tome 2 : Europe, Paris, Pagnierre, 1861, p.40)
    • Toutefois, les cités islamiques n’avaient jamais créé d’institutions autonomes, pas plus qu’elles n’avaient pris de mesures de défense comparables à celles des ligues lombardes ou hanséatiques. (P. J. Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction de Odette Guitard, 1992)
  3. Citoyenneté.
  4. Constitution de l’état, dans les expressions :
    • Cité antique, cité moderne, cité future.
  5. (Antiquité) Territoire composé quelquefois de villes et de bourgades et gouverné par des lois communes.
    • À l’apogée de l’empire maritime athénien, un millier de cités lui versaient un tribut. (P. J. Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction de Odette Guitard, 1992, p. 163)
    • Sous Tibère, on comptait soixante-quatre cités dans les Gaules.
  6. Partie la plus ancienne de la ville et où se trouve l’église cathédrale ou principale.
    • Le 13 décembre 1838, par une soirée pluvieuse et froide, un homme d’une taille athlétique, vêtu d’une mauvaise blouse, traversa le pont au Change et s’enfonça dans la Cité, dédale de rues obscures, étroites, tortueuses, qui s’étend depuis le Palais de Justice jusqu’à Notre-Dame. (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, §.1, 1842-1843)
  7. Groupe de maisons formant un ensemble.
    • Aucun dealeur local ne peut satisfaire la totalité de la nouvelle demande de cannabis et les jeunes les plus téméraires s’aventurent dans les cités des environs pour s'approvisionner, puis consomment et revendent dans les rues de leur quartier. (Thomas Sauvadet, Jeunes de rues et trafic de stups, dans Agora : Débats/jeunesse n° 48, L'Harmattan, octobre 2008, p.94)
  8. (Au singulier) Banlieue d’une grande ville.
  9. Ensemble architectural d’habitats collectifs.
    • La cité des Minguettes.

(Par métonymie) Ensemble des jeunes banlieusards qui l’habite.

    • Le langage de la cité est très fleuri.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Forme de verbe[modifier | modifier le wikitexte]

Conjugaison du verbe citer
Participe Présent
Passé (masculin singulier)
cité

cité /si.te/

  1. Participe passé masculin singulier du verbe citer.

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Homophones[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]