roue

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : roué

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin rota (« roue (de char, de potier, de la Fortune) ; instrument de supplice »).

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
roue roues
\ʁu\
Une roue de locomotive
Roue creuse pour pont arrière à vis
La grande roue du London Eye
Exécution d’une roue en gymnastique.

roue \ʁu\ féminin

  1. Objet de forme circulaire, destiné à tourner autour d'un axe et permettant à un véhicule de rouler.
    • L’adhérence de la roue sur le rail, qui agit le long du plan incliné en sens contraire du mouvement de translation, et produit la rotation de la roue en s’opposant à ce qu’elle puisse glisser sans tourner. (Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, 1837, V.5, p.910)
    • Le train s’ébranle en ce moment, les roues de la locomotive patinent sur le rail, puis la vitesse s’accélère… (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. I, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • On entendait, sur le pavé, le craquement des roues des hautes charrettes chargées de choux, de navets, de poireaux, de carottes […]. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Au fracas grinçant des roues, se devinait le cheminement des camions. (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, p. 41)
  2. Pièce, objet en forme de roue qui entre dans la construction d’une machine et qui sert à la faire se mouvoir.
    • Deux grands défauts qu’on doit éviter dans un engrenage, c’est qu’il soit trop fort ou trop foible. Dans le premier cas, les dents de la roue sont sujettes à quoter, c'est-à-dire, que les deux pointes de deux dents voisines vont toucher les deux faces opposées des deux ailes du pignon ; de sorte que ni la roue, ni le pignon ne peuvent se mouvoir. (Denis Diderot, Jean Le Rond d'Alembert, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1782, p.457)
  3. Objet circulaire que l’on fait tourner.
    • Ainsi, sous ce point de vue, l’on peut considérer une roue de Loterie comme un dé à 43,949,268 faces, sur chacune desquelles seroit marqué un quine diffèrent; car on conçoit que la roue en tournant 5 fois, ou que le dé en roulant une fois, présenteront chacun au moment du repos, un quine quelconque. (Sébastien Antoine Parisot, L'art de conjecturer à la loterie, An X (1801), p.34)
    • Devant eux, se dressait une grande roue foraine décorée de sapins et de guirlandes de Noël.[…]. A peine eurent-ils pris place que la roue fit un léger mouvement pour permettre à d’autres passagers de monter à bord dans la nacelle suivante. (Joël Mulatin, La Roche celtique, 2009, p.19)
  4. (Gymnastique) Figure consistant, à partir d'une position debout, à retourner son corps avant de le ramener à sa position de départ, en s’aidant généralement des mains pour s’appuyer sur le sol lorsque la tête est en bas.
  5. (Par ellipse) Roue à aubes.
  6. Supplice où, après avoir rompu les bras, les jambes et les reins au criminel, on l’attachait sur une roue.
    • L’on apercevait tout de suite au bout de chaque sentier, sans broussailles et sans détour, la roue, le gibet ou le pilori. (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
    • […] le jour d'hui encore le cadavre du nommé Denise, qui avoit expiré sur la roue pour réparation de l’assassinat par lui commis, & qui avoit été porté & exposé le soir précédent au Lieu-Patibulaire, en fut enlevé, enterré, dit-on, à côté, sur les sept heures du matin, & le poteau & la roue sur lesquels il étoit exposé, emportés. (Arrêt du Parlement, qui fait défenses d'enterrer les Suppliciés sans une Permission, du 21 Juillet 1755 ; dans Recueil des édits, déclarations, lettres-patentes, arrêts et règlements du Roi, part.1, 1774)
  7. (Plus rare) (Histoire) Rouelle imposée aux juifs du Moyen Âge.
    • Bien qu’il ait déjà été question dès 1208, dans les statuts synodaux édictés par Eudes de Sully, évêque de Paris, d’imposer aux juifs un signe en forme de roue, la rouelle ne fut officiellement imposée en France qu’en 1227 par le Concile de Narbonne. […]. La roue devait, ordinairement, se porter sur la poitrine. […]. Le défaut du port de la roue était passible d’amende et même de châtiments corporels. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)

Synonymes[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Dérivés[modifier]

Méronymes[modifier]

Hyperonymes[modifier]

Hyponymes[modifier]

Objet permettant à un véhicule de rouler

Objet circulaire que l’on fait tourner

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Forme de verbe[modifier]

Conjugaison du verbe rouer
Indicatif Présent je roue
il/elle/on roue
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je roue
qu’il/elle/on roue
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
roue

roue \ʁu\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de rouer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de rouer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de rouer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de rouer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de rouer.

Prononciation[modifier]

  • France : écouter « roue [ʁu] »

Homophones[modifier]

Paronymes[modifier]

Anagrammes[modifier]

Références[modifier]

Breton[modifier]

Étymologie[modifier]

Du moyen breton roe.
Emprunté à l’ancien français rei, roi « roi », a remplacé le vieux breton ri.

Nom commun[modifier]

roue \ˈruːe\ masculin (pluriel : rouanez \ruˈãːne(s)\), roueed \ruˈeːɛt\, rouizien) ; (féminin : rouanez)

  1. (Histoire) Roi (tous sens : titre, jeu de cartes).
    An Tri Roue.
    Les Trois Rois (Les Rois Mages).
  2. Serran (poisson).

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]

  • roue sur Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg