barrière

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : barriéré

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

→ voir barre

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
barrière barrières
/ba.ʁjɛʁ/
Barrière mobile de la gendarmerie française
Barrière Blanche de l'octroi de Paris vers 1800

barrière /ba.ʁjɛʁ/ féminin

  1. Assemblage de plusieurs pièces de bois ou d'autres matériaux, servant à fermer un passage.
    • Les pâturages, enclavés dans les bois de tous côtés, sauf au levant, où des haies vives érigeaient leurs épaisses barrières épineuses, restaient d’un vert dru malgré la chaleur torride de cette fin d’été. (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • La barrière de ciment qui entourait les pelouses était facile à franchir. (André Dhôtel, Le Pays où l'on n'arrive jamais, 1955)
  2. (Histoire) Porte d’entrée grillée d’une ville fortifiée.
    • Les assiégeants ont envahi la barrière, n’est-ce pas ? demanda Ivanhoé. (Walter Scott, Ivanhoé, Traduction de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  3. (Par extension) Bureaux placés aux voies d’accès des villes pour percevoir les droits d’entrée.
    • Un ancien officier d'ordonnance de Napoléon, […], était venu passer les beaux jours à Versailles, où il habitait une maison de campagne située entre l'église et la barrière de Montreuil, sur le chemin qui conduit à l'avenue de Saint-Cloud. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, 1832)
  4. (Par métonymie) Endroit mal famé.
    • On y respirait une atmosphère frelatée de barrière, qu'un petit groupe d'individus en pull-over et en casquettes à carreaux s'employaient de leur mieux à rendre mystérieuse. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, 1927)
  5. (Histoire) Enceinte fermée de barrières où se faisaient les joutes, les tournois, les courses de bague, etc.
    • Combattre à la barrière.
    • Combat de barrière.
  6. Ce qui sert de borne et de défense naturelle à un état.
    • L’Espagne est séparée de ses voisins par de puissantes barrières, la mer et les Pyrénées.
    • Les Alpes servent de barrière entre l’Italie et la France.
  7. (Figuré) Empêchement, obstacle à quelque chose.
    • Opposer une barrière à son ambition.
    • Les lois sont des barrières, de fortes barrières contre les abus, contre les crimes.
    • Il est partisan de rétablir toutes les barrières qui séparaient au siècle précédent les juifs d'avec les chrétiens. Quitte sans doute à accuser ensuite les juifs de séparatisme ! (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937, p.45)

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Forme de verbe[modifier | modifier le wikitexte]

Conjugaison du verbe barriérer
Indicatif Présent je barrière
il/elle/on barrière
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je barrière
qu’il/elle/on barrière
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
barrière

barrière /ba.ʁjɛʁ/

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe barriérer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe barriérer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe barriérer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe barriérer.
  5. Deuxième personne du singulier de l'impératif du verbe barriérer.

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Néerlandais[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

barrière

  1. Barrière.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]