chapelle

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin capella diminutif de cappa le mot désigne successivement la cape de saint Martin de Tours (In oraturio nostro super cappella domni Martine) puis l’oratoire du Palais royal où était conservée la relique (788), par extension, il prend les sens de « oratoire rattaché à un domaine privé, église non pourvue des pleins droits paroissiaux » (vers 800) puis « bénéfice attaché à une chapelle » (avant 842) ; d’autre part, celui de « chancellerie » (794) ; et enfin celui de « objets de culte, vases, livres liturgiques » (811) ; « clercs chargés du culte au Palais royal ».
Comparez avec chapelet, diminutif de chapel (« chapeau, chevet d’une église »).

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
chapelle chapelles
/ʃa.pɛl/
Intérieur de la Sainte-Chapelle à Paris

chapelle /ʃa.pɛl/ féminin

  1. Petit édifice religieux.
    • Une chapelle qui est au milieu des champs. Les chapelles sépulcrales d’un cimetière.
  2. (Christianisme) Chacune des enceintes ménagées dans une église pour y enfermer un autel sous l’invocation particulière d’un saint.
    • Cette église se compose d’une nef […], et d’un transept avec abside et chapelles, datant du commencement du XIVe siècle. (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • La chapelle des fonts ou baptistère, […], est une des parties les plus remarquables de la basilique ; ce fut là, pendant des siècles, le vrai sanctuaire lorrain. (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1923)
    • Les colonnes qui supportent les voûtes de la chapelle de la Vierge sont d'une légèreté telle que pour un peu on crierait au miracle. (Jean Bertot, Août 1893: la France en bicyclette de Paris à Grenoble et Marseille, Ancienne maison Quantin, 1894, p.42)
  3. (Par extension) Église dépendant d’une paroisse.
  4. (Religion) Lieu où l’on célèbre l’office religieux, dans un domaine privé, dans un hospice, dans un collège, etc.
    • La chapelle du roi, lieu où le roi entendait ordinairement la messe.
  5. (Par extension) Corps des ecclésiastiques attachés à la chapelle du roi.
  6. Ensemble des musiciens d’une église.
    • La chapelle pontificale. Il faisait partie de la chapelle.
  7. (Par extension) Toute l’argenterie dont on se sert, trésor d’une église privée, royale ou princière.
    • Ce prélat a une belle et riche chapelle.
  8. (Figuré) Coterie littéraire ou autre.
    • Elle a été conduite ainsi à rompre avec les anciennes chapelles officielles, utopistes et politiciennes, qui ont horreur de la grève générale, et à entrer, au contraire, dans le mouvement propre du prolétariat révolutionnaire. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.IV, La grève prolétarienne, 1908, p.157)
    • Le rejet du radical permet à Bourdieu de poser la question du photographiable et du non-photographiable au sein de valeurs établies, de normes en vigueur, de chapelles artistiques. (Steven Bernas, La photographie et le sensible, 2009, p.16)
    • À rebrousse-poil des sentiers battus, Onfray s'attire naturellement la haine des béni-oui-oui de toutes les chapelles. (Basile de Koch,Histoire universelle de la Pensée de cro-Magnon à Steevy, 2005)
  9. (Agriculture) Serre rattachée par un groupe de serre.
  10. (Charpenterie) (Menuiserie) Cavité ménagée dans une pièce à boulonner perpendiculairement à une autre, pour pouvoir placer le boulon ou visser son écrou.

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

  • France, région parisienne : écouter « chapelle [ʃa.pɛl] »

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]