boîte

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : boite, boité

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(xie siècle) Du bas-latin buxida, accusatif du latin pyxis, buxis ou buxa, emprunté au grec ancien πυξίς, puxís (« petite boîte en buis ») chacun de ces mots étant apparenté au mot « buis » (buxus en latin). Buxida a évolué en buxdia, bustia, bostia pour donner boiste en ancien français, puis boîte et enfin boite avec la réforme de l’orthographe de 1990.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
boîte boîtes
/bwat/
Une boîte en carton. (1)

boîte /bwat/ féminin (orthographe traditionnelle)

  1. Objet rigide et creux ayant la capacité de se fermer et qui a vocation à accueillir quelque chose.
    • Imbécile de Grubb, – maugréait-il, fouillant en vain ses poches. – Il avait bien besoin de garder ma boîte… avec sa maudite habitude de vous « faire » vos allumettes. (H. G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908, traduit en 1910 par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, Mercure de France, éd. 1921, p. 89)
    • La boîte noire contient mes clefs.
    • Dans les petites boîtes sont les bons onguents : (Proverbial) (Vieilli) Flatterie populaire envers les personnes de petite taille pour faire entendre qu’elles ont souvent plus de mérite que les autres.
    • La version canadienne est Dans les petits pots les bons onguents, auquel il est coutumier de répliquer Dans les grands les excellents.
    • Il faudrait que cette personne fût toujours dans une boîte : (Vieilli) Elle est si délicate que les moindres impressions de l’air l’incommodent.
  2. (En particulier) Boîte de conserve
    • La harka savait nomadiser. Dix fois plus mobile qu'une troupe métropolitaine, plus souple, elle pouvait rester en opération trois ou quatre jours avec une galette de pain et trois boîtes de sardines. (Bachaga Boualam, Les Harkis au service de la France, p.171, France-Empire, 1963)
  3. (Familier) Lieu de travail, entreprise.
    • Au bout d’une vingtaine de mètres, il s’arrêta devant un restaurant, une boîte à bon marché, et nous invita à entrer avec lui, histoire de manger et de boire un peu. (Henry Miller, L’Ancien Combattant alcoolique au crâne en planche à lessive, dans Max et les Phagocytes, traduction par Jean-Claude Lefaure, éditions du Chêne, 1947)
    • Mlle Evelyne Verjois est convoquée demain à la boîte à dix-sept heures et je ne pense pas qu'elle nous quitte sans nous avoir donné le nom de son mystérieux cavalier. (Jo Barnais, Mort aux ténors, Série noire, Gallimard, 1956. Ch. IX, p. 87)
  4. (Par ellipse) (Familier) Boîte de nuit, discothèque.
    • On sort en boîte ce soir !
  5. (Pyrotechnie) Espèce de petit mortier de fonte ou de fer, qu’on charge de poudre, qu’on bouche ensuite d’un tampon de bois et auquel on met le feu.
    • Dans les réjouissances publiques on tire des boîtes.
    • Aux feux d’artifice on commence par tirer des boîtes.
  6. (Vieilli) (Par analogie) Tout dispositif où entre et joue une pièce mobile, comme, par exemple, la douille qui emboite la mèche d’un vilebrequin ; la mortaise qui maintient le crochet de fer d’un établi, etc.

Variantes orthographiques[modifier | modifier le wikicode]

Variantes dialectales[modifier | modifier le wikicode]

Quasi-synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Hyponymes[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]