fonte

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

De fondre.
Le sens typographique vient du fait que les premières fontes de caractères étaient faites d’un alliage de plomb et d’antimoine fondu afin de reproduire plusieurs caractères identiques à partir d’un moule unique.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
fonte fontes
/fɔ̃t/

fonte /fɔ̃t/ féminin

  1. Action de fondre, ou de se fondre, de se liquéfier.
    • La fonte des métaux.
    • Remettre à la fonte. Faire fondre un objet de nouveau, pour le retravailler.
    • (Figuré) Remettez pour le mieux ces deux vers à la fonte. (Jean de la Fontaine, Fab. II, 1.)
    • […], et une fontaine qui ne jaillissait, de mémoire d’homme, qu’à la fonte des neiges, avait coulé sans interruption depuis. (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Arrive le dernier réchauffement, coïncidant avec le recul, la fonte des glaciers. Il a peu à peu conduit à un climat plus chaud et plus sec que le climat actuel : le climat xérothermique. (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.58)
    • Il vit sortir de longues bandes de brouillards et de brumes, qui accompagnent la fonte de toutes les glaces. (Jacques Henri Bernardin de Saint-Pierre, Étude 4.)
  2. (Arts) Action ou de l’art de mouler certains objets qu’on fait avec du bronze ou avec quelque autre métal fondu.
    • La fonte d’une statue, d’un vase.
    • Fonte d’un seul jet.
    • Les Parisiens lui firent [au lieutenant général, en 1536] offre d’une fonte d’artillerie et d’entretenir dix mille hommes pour autant de temps que les ennemis seraient sur la frontière. (Mézeray, Abrégé de l’hist. de Fr. t. II, p. 596, Amst. 1688.)
    • Fonte brute.Fonte moulée.
    • Les quatre consoles qui étaient aux quatre angles de chaque socle faisaient une même pièce avec le socle, et étaient de même fonte. (Isaac Louis Lemaistre de Sacy, Bible, Rois, III, VII, 34.)
  3. (Par extension) Conversion des monnaies de cours en d’autres monnaies nouvelles.
  4. (Sidérurgie) Alliage de fer riche de 2,14 à 6,67 % de carbone. C'est le produit immédiat du minerai de fer traité par le coke dans les hauts fourneaux, également nommé fer de fonte.
    • Le soufre des pyrites donne à la fonte de mauvaises qualités […]. (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l'industrie dans le département des Ardennes, Charleville : E. Jolly, 1869, p.91)
    • On n’entendait que le roulement monotone de l’eau heurtant à petits coups semi-métalliques le couvercle en fonte de la marmite […]. (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Le déplacement des poches à fonte entre les divers postes de travail situés à des niveaux différents et les mouvements de versage sont effectués par un pont roulant. (Revue de métallurgie, vol.61, part.1, p.166, 1964)
    • La bonne qualité du fer provient principalement du traitement de la mine avant et après sa mise au fourneau ; si l’on obtient une très bonne fonte, on sera bien avancé pour faire d’excellent fer. (Georges Louis Leclerc, Min. t. IV, p. 110, dans POUGENS. — cité par Littré)
  5. (Par métonymie) Objet fait de ce matériau.
    1. Poids et haltères.
      • Babtous, karlouches, on t’nourrit de son, criaveur d’hérissons, pousse à fond, pousse la fonte ! (Seth Gueko feat. 25G, Cabochards, sur l’album Drive by en caravane, 2008.)
  6. (Par extension) Tout métal obtenu par un procédé similaire.
    • Une casserole en fonte d’aluminium.
  7. (Typographie) Ensemble de tous les glyphes, c'est-à-dire de représentations visuelles de caractères, d'une même famille, de même style, corps et graisse.
    • Une fonte de petit romain, de cicéro, de neuf, de onze, etc.Une fonte de nouveaux caractères.Une fonte toute neuve.
  8. (Désuet) (Médecine) Fonte d’humeurs, nom donné autrefois aux évacuations abondantes de liquides intestinaux, bronchiques, salivaires, etc. parce qu’on les croyait dues à la liquéfaction de matières solides.
    • J'avais appris hier au soir, madame, la petite fonte que M. le Dauphin avait eue, qu’on ne compterait assurément pour rien à un autre. (Marquise de Maintenon, Lett. à Mme de Ventadour, 23 novemb. 1714.)
  9. (Peinture) Passage bien ménagé d’une teinte à une autre.
    • Ce tableau est d’une belle fonte.
  10. (Manufacture) Se dit du mélange des laines de différentes couleurs qui doivent entrer dans les tissus des draps ou autres étoffes.
  11. Sac à rabat accroché au harnachement d'un cheval, souvent utilisé pour transporter une arme à feu.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

  • fonte noire, fonte d’un gris foncé, qui prend l’empreinte du marteau, se casse et fond facilement, a une texture granuleuse et se forme dans les hauts fourneaux surchargés de combustible par rapport au minerai.
  • fontes blanches, fontes formées d’un carbure homogène obtenu par le refroidissement brusque.
  • fonte truitée, fonte formée de fonte blanche et de fonte noire disposées par place et diversement entremêlées.
  • vives fontes, les fontes de mines qui sont très coulantes.
  • fonte brute ou fonte crue, fer peu malléable et qui résiste à la lime.
  • fontes claires, restes de coulées provenant de ce que le four a reçu trop de métal cru.
  • fontes marchandes, toutes celles qui ne sont pas destinées à être converties en fer malléable.
  • fonte verte, ancien nom du bronze.
    • Le nombre des navires et de tous leurs canons de fonte verte et de fer, armes et munitions, (Ordonn. de janvier 1629 sur la marine, art. 441, dans CAILLET, L'administ. en France sous Richelieu, t. II, p. 45, Paris, 1860)
  • fonte inoxydable, alliage de cuivre, de fer et de zinc, où le zinc domine.
  • (Typographie) fontes hautes, celles qui excèdent la hauteur commune aux caractères d’imprimerie.
  • fonte de bourre, opération de teinture, par laquelle on fait bouillir la bourre dans une dissolution de cendres gravelées, faite par l’urine.
  • fonte purulente d’un organe, la suppuration, consécutive à l’inflammation, de la totalité du tissu d’un organe.

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Italien[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin fons (« fontaine, source »).

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
fonte
/ˈfɔn.te/
fonti
/ˈfɔn.ti/

fonte /ˈfɔn.te/ féminin

  1. Fontaine, source.
  2. (Figuré) Source, référence.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

  •  : écouter « fonte »

Portugais[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin fons (« fontaine, source »).

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

fonte féminin

  1. Fontaine, source.
  2. Fontaine.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]