bête

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Bete, bete, bété, -bɛ́tɛ

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(xie siècle) De l’ancien français beste, issu du latin bestia (sens identique).

Adjectif[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
bête bêtes
/bɛt/

bête /bɛt/ masculin et féminin identiques

  1. (Injurieux) Sot, stupide, abruti, etc., en parlant de la conduite, des propos, des manières, etc.
    • […] j’ai bien cru que c’était une de ces femmes comme on en voit beaucoup, qui prennent un mari pour avoir une contenance, qui le choisissent riche pour se donner du bon temps, et bête pour le duper sans danger. (Casimir Colomb, Mademoiselle Renée, dans La Revue des deux mondes, tome LXXXVIII, 1870, p. 154)
    • – Imbécile de cataracte ! – maugréa Bert. – Y a-t-il rien de plus bête que de tomber comme ça tout le temps. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908, traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, Mercure de France, 1921, p. 361)
    • Il a connu aussi un idiot, qui vendait des journaux et auquel on n’a jamais pu repasser une pièce fausse; il ne faudrait pas croire que les idiots soient plus bêtes que les autres. (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
bête bêtes
/bɛt/

bête /bɛt/ féminin

  1. Tout animal autre que l’Homme.
    • Posément le uhlan avait replié sa carte, ressanglé, puis enfourché sa bête. Il disparut. (Paul et Victor Margueritte, Le Désastre, p.184, 86e éd., Plon-Nourrit & Cie)
    • Là, un champ labouré n’avait pas été ensemencé ; ici, une pièce de blé était trépignée par les bêtes […]. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908, traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, Mercure de France, 1921, p. 418)
    • Dans l’air rafraîchi où une impalpable brume se condensait en rosée, les bêtes levèrent leur mufle humide […]. (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • […] l’ouverture donnait sur la loge de Gaby Million où la vedette avait laissé ses chiens. Les bêtes se mirent à aboyer.
      — Naturellement c’est plein de cabots, crut devoir déclarer spirituellement Mr. Morgan. Mes girls aussi en trimbaleraient une meute si je le tolérais.
      (Francis Carco, L’Homme de Minuit, 1938)
  2. (Par ellipse) Bête sauvage.
    • Par là, en effet, et par cet instituteur moitié homme et moitié bête, ils ont voulu signifier qu’un prince doit avoir en quelque sorte ces deux natures, et que l’une a besoin d’être soutenue par l’autre. Le prince, devant donc agir en bête, tâchera d’être tout à la fois renard et lion : car, s’il n’est que lion, il n’apercevra point les piéges ; s’il n’est que renard, il ne se défendra point contre les loups ; et il a également besoin d’être renard pour connaître les piéges, et lion pour épouvanter les loups. Ceux qui s’en tiennent tout simplement à être lions sont très-malhabiles. (Nicolas Machiavel, Le Prince, 1513 (ch. XVIII))
    1. (Chasse) Pièce de gibier, tout animal qu’on poursuit dans les chasses à courre.
      • Relancer la bête.
      • La bête donne le change.
    2. Animal féroce que, chez les Romains, on faisait combattre dans le cirque.
      • Combat de bêtes.
      • Ces martyrs furent exposés, livrés aux bêtes.
  3. (Religion) (Au singulier) Le mal ; le malin ; le diable.
    • […] toutes deux dramatisées par le discours polémique qui tente de faire vivre l’imminence eschatologique à travers la prise de conscience d'une surgie de la Bête remplie d'ordure et d’impiété […]. (Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu : la violence au temps des troubles de religion (vers 1525 - vers 1610), Champ Vallon, 2005, p. 262)
  4. (Jeux) (Cartes à jouer) Jeu de cartes auquel on joue à trois, à quatre ou à cinq. Ce jeu, ou un jeu très approchant, s’appelle aussi « bête ombrée ».
    • Jouer à la bête.
  5. (Jeux) (Cartes à jouer) Somme que l’on dépose quand on a perdu un coup et qui reste au jeu pour être payée à celui qui gagnera le coup d’après ou un des coups suivants.
    • Ma bête est sur le jeu.
    • Mettre sa bête.
    • Tirer la bête, gagner la bête.
  6. (Figuré) Personne.
    • La bête est dans nos filets, nous nous sommes rendus maîtres de telle personne.
    • C’est une fine bête, une maligne bête, se dit d’une personne rusée et artificieuse.
    • C’est une bonne bête, se dit d’une personne de peu d’esprit, mais d’un bon naturel.
    • Vivre en bête, mourir en bête, vivre, mourir sans aucun sentiment de religion.
  7. Ce qui, dans l’homme, le rapproche de l’animal : les sens, les passions, les appétits matériels.
    • Si l’on pouvait toujours réfléchir, on ferait moins de fautes, mais la bête l’emporte.
  8. Personne stupide ou qui n’a que peu ou pas d’esprit, de bon sens. Synonyme : bêta.
    • C’est une vraie bête.
  9. (Éducation) Élève très doué.
    • C’est une bête en maths.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]