essence

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(1130) Du latin essentia (« nature d’une chose »), du verbe esse.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
essence essences
/e.sɑ̃s/
ou /ɛ.sɑ̃s/

essence /e.sɑ̃s/ ou /ɛ.sɑ̃s/ féminin

  1. Ce qui fait qu’une chose est ce qu’elle est, ce qui constitue la nature d’une chose.
    • Le bien physique et le mal physique, le bien moral et le mal moral ont donc évidemment leur origine dans les lois naturelles. Tout a son essence immuable, et les propriétés inséparables de son essence. D’autres lois auraient d’autres propriétés essentielles […] (François Quesnay, Observations sur le Droit naturel des hommes réunis en société, 1765)
    • « Nous ne connaissons rien, dit le baron de Bielfeld, nous ne connaissons rien de la nature ou de l’essence de Dieu ; — pour savoir ce qu’il est, il faut être Dieu même. » (Edgar Poe, Eureka, 1848, traduction de Charles Baudelaire, 1864)
    • En France nous sommes traditionnels. […] C’est l’extérieur des institutions, et non leur essence, qui possède chez nous le privilège de l’inviolabilité. (Pierre Louÿs, Liberté pour l’amour et pour le mariage, 1900, dans Archipel, 1932)
    • Il y a entre le ritualisme occidental et le mysticisme oriental une différence d’essence, une incompatibilité radicale que vingt siècles d’échanges et de compénétrations n’ont pas entamés. (Jacques-Henry Bauchy, Histoire de la Forêt d’Orléans, 1985)
    • À coup sûr, l’essence de la laïcité, mis à part la séparation de la religion et de l’État, est l’acceptation de la proposition selon laquelle il n’y a pas de finalité des formes, pas de possession exclusive de la vérité absolue et indivisible. (P. J. Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction de Odette Guitard, 1992, p. 159)
  2. (Botanique) Espèce apte à produire du bois.
    • Dans quelques endroits, ils étaient entremêlés de hêtres, de houx et de taillis de diverses essences, si étroitement serrés, qu’ils interceptaient les rayons du soleil couchant […] (Walter Scott, Ivanhoé, traduction de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Chaque tendeur paraît avoir une essence de prédilection pour ses hayettes. Ici, on me dit du « chêne ». Certains retiennent le charme […] (Jacques Lambert, Campagnes et paysans des Ardennes : 1830-1914, 1988)
    • L’autécologie des mélèzes est assez mal connue, tout du moins dans les zones où ils ont été et sont introduits comme essence de reboisement. (Philippe Riou-Nivert, Le Mélèze, 2001, p. 52)
    • Plus précisément les écologistes accusent les essences résineuses de podzoliser les sols, […]. (Maurice Bonneau, La forêt française métropolitaine à l'aube du XXIème siècle, 2006, p.290)
  3. (Sylviculture) (Par extension) Espèce dominante d’une forêt.
    • Un bois d’essence de chêne.
  4. (Cosmétologie) Huile aromatique très subtile qu’on extrait de certaines substances.
    • Essence de roses.
  5. Extrait concentré et épuré de certaines substances.
    • Essence de café. - Essence minérale, pétrole distillé. - Essence de naphte.
  6. (En particulier) (Automobile) (Motocyclisme) Carburant pour automobiles, issu du pétrole raffiné, et généralement opposé au gazole.
    • Notre hydravion chargé de 2.600 litres d’essence accusait un poids de 5.500 kilogrammes. (Jean Mermoz, Mes Vols, p.61, Flammarion, 1937)
    • […] de nombreuses unités blindées d'avant-garde étaient stoppées sur les routes, faute de combustible : […]. Les appels radio des tankistes réclamant de l’essence se faisaient entendre sans cesse. (Georges Blond, L'Agonie de l'Allemagne 1944-1945, Fayard, 1952, p.153-154)
  7. (Par métonymie) N’importe quel carburant pour une voiture.
    • Le plus ennuyeux pour les agriculteurs fut sans aucun doute le défaut d’essence et de ficelle pour les lieuses. (Gérard Giuliano & ‎Jacques Lambert, Les Ardennais dans la tourmente: l'occupation et la libération, Charleville-Mézières : Terres ardennaises, 1994, p.81)
  8. (Philosophie) Par opposition à accident, ce qui constitue la nature permanente d’un être, indépendamment de ce qui lui arrive.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Antonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Anglais[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin essentia (« nature d’une chose »), du verbe esse.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
essence
/ˈɛs.əns/
essences
/ˈɛs.ənsɪz/

essence /ˈɛs.əns/

  1. (Philosophie) Essence.
  2. Essentiel.

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]