quatre-vingt-dix

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Composé de quatre-vingts et dix : 4×20 + 10.
La dénomination se base sur l’ancien système vigésimal de numération, qui était très répandu partout en Europe depuis le Moyen Âge, notamment dans le commerce qui s’appuyait sur des unités de mesure et monétaires : en effet la vingtaine servait d’unité multiple plus accessible et plus facile à compter que la centaine pour désigner les grands nombres, notamment quand existait la nécessité de gérer des multiples d’ordres de grandeur différents et avec des subdivisions ou regroupements simples à représenter et réaliser correctement et équitablement dans le monde réel ou à contrôler à l’œil nu sans nécessiter l’usage d’instruments.
Le système de numération décimal n’a pu se généraliser (en même temps que la décimalisation des unités de mesure et monétaires) que tardivement à l’époque moderne à tous les multiples et sous-multiples de l’unité, quand tous les nombres ont pu s’écrire de façon positionnelle avec un nombre réduit de chiffres, mais seulement après avoir incorporé dans l’usage commun la signification du zéro comme un chiffre significatif dans ce système, mais aussi grâce au développement de l’arithmétique moderne et son utilisation de plus en plus nécessaire pour les sciences et techniques et la finance qui demandaient de pouvoir manipuler ensemble des nombres d’ordres de grandeur très différents et avec une précision non limitée.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

quatre-vingt-dix /ka.tʁə.vɛ̃.dis/ masculin invariable

  1. Neuf fois dix. 90.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Adjectif[modifier | modifier le wikicode]

quatre-vingt-dix /ka.tʁə.vɛ̃.dis/ cardinal invariable

  1. Adjectif numéral correspondant au nombre 90.
    • Il entrait en qualité de « fait-diversier » dans un quotidien de Marseille, moyennant quatre-vingt-dix francs par mois. (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930, p.26)

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]