Annexe:Prononciation/norvégien

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Application-certificate Gion.svg Prononciations des langues du Wiktionnaire — passez votre souris pour voir le nom de la langue en clair — pour la liste des codes, voir Wiktionnaire:Liste des langues.
Règles du WiktionnaireAide sur les prononciations

ady · ae · ang · ar · arn · av · avk · ba · bg · br · ca · chr · co · cs · cu · de · egy · el · en · eo · es · esu · et · fc · fi · fr · fro · gem-pro · got · grc · hi · hu · is · it · ja · ka · kbd · ko · la · lbe · lez · lv · mn · mr · ne · nl · no · oc · pcd · pl · pt · ro · ru · sa · se · sk · sq · sus · sv · sw · swb · tab · tlh · tr · tsolyáni · vi · vo · xh · zh

D’une manière générale, l’écriture du norvégien est très phonétique (c’est-à-dire qu’il y a une correspondance simple entre la graphie et la prononciation).

La plupart des consonnes se prononcent comme en français. Il y a quelques différences entre l’orthographe française et celle du norvégien : un ‹ h › avant un ‹ j › ou un ‹ v › au début d’un mot est toujours muet ; c’est le même pour un ‹ g › avant un ‹ j ›. Si un mot se termine par -d, le d est normalement muet. Le son qui en français s’écrit ‹ ch › est en norvégien écrit ‹ sj › ; il y a aussi un son similaire, écrit ‹ skj ›. Les deux se représentent dans l’API comme \ʃ\ ; la différence est que pour le premier les dents ne se touchent pas, quant pour le deuxième, les dents se touchent. Le son le plus difficile est peut-être le son qui s’écrit ‹ kj › - \ç\ ; une fricative palatale sourde. Ce son est peut-être en train de disparaitre, car beaucoup de jeunes locuteurs ne font plus la distinction entre le \ç\ et le \ʃ\.

Il y a dans l’alphabet du norvégien trois lettres qui n’existent pas dans celui du français : les voyelles æ, ø et å – au contraire du français, où la ligature ‹ œ › est considérée comme un ‹ o › et un ‹ e › qui se suivent, ces trois graphèmes sont des lettres à part entière dans l’alphabet. Une différence importante avec le français est que les voyelles longues et courtes sont discriminantes. Une voyelle courte est indiquée par le fait qu’une double consonne la suit : hell (« de la chance ») opposé à hel (« complet »).

Phonèmes du norvégien en API[modifier]

Voyelles
  API X-SAMPA Exemple Similaire à
a /a/ /a/ matt /mat/ patte
/ɑː/ /A:/ mat /mɑːt/ pâte
æ /ɛː/ /E:/ ære /ɛːre/ bête
/ɛ/ /E/ kjær /hɛl/ père
å /oː/ /o:/ kål /koːl/ pôle
e /e/ /e/ hell /hel/ café (bref)
/eː/ /e:/ hel /heːl/ café (long)
i /ɪ/ /I/ sild /sɪl/ (anglais : ship)
/iː/ /i:/ sil /siːl/ (anglais : sheep)
o /uː/ /u:/ bot /buːt/ cool
/ɔ/ /O/ toll /tɔl/ colle
ø /øː/ /2:/ søk /sø:k/ peu
/ø/ /9/ søkk /søk/ heureux
u /ʉ/ /}/ full /fʉl/ -
/ʉː/ /}:/ fugl /fʉːl/ -
y /yː/ /y:/ syl /syːl/ pur (long)
/ʏ/ /Y/ by /bʏ/ pur (bref)
Semi-consonnes
  API X-SAMPA Exemple Similaire à
j /j/ /j/ jord /juːr/ fier
Consonnes
  API X-SAMPA Exemple Similaire à
b /b/ /b/ bok /buːk/ bol
d /d/ /d/ dame /damə/ donne
f /f/ /f/ fot /fuːt/ folle
g /g/ /g/ god /guː/ garigue
h /h/ /h/ hei /hej/ ha !
k /k/ /k/ ku /ku:/ colle
l /l/ /l/ lov /loːv/ colle
m /m/ /m/ mot /muːt/ molle
n /n/ /n/ nod /nuːd/ nul
p /p/ /p/ pol /puːl/ pull
r /r/ /r/ rov /roːv/ roule
s /s/ /s/ sot /suːt/ seau
t /t/ /t/ tok /tuːk/ truc
v /v/ /v/ hva /vɑː/ vrai
kj /ç/ /c/ kjole /çuːle/ -
ng /ŋ/ /N/ lang /laŋ/ camping
sj /ʃ/ /x\/ sjokk /ʃɔːk/ choc

La lettre ‹ å › notait initialement un « a long » (/aː/) qui a changé de nature, tandis que le /a/ court n’a pas changé ; c’est pourquoi ‹ å › est toujours prononcé long. Après que /aː/ est devenu /oː/, le « o long » a évolué en /uː/ et ‹ u › a évolué de /uː/ à /ʉː/.

Il y a six diphtongues, elles sont :

  • /ɑɪ̯/, écrit ‹ ai ›
  • /eɪ̯/, écrit ‹ ei ›
  • /oɪ̯/, écrit ‹ oi ›
  • /ʉɪ̯/, écrit ‹ ui › ; en français, un peu comme « nuit », mais l’accent est sur le « u », pas sur le « i »
  • /æʉ̯/, écrit ‹ au ›
  • /øʏ̯/, écrit ‹ øy › (dans quelques noms propres la graphie ‹ øi › persiste)

Les diphtongues /oɪ̯/ et /ʉɪ̯/ ne sont pas souvent utilisées. /oɪ̯/ n’est utilisé que comme interjection qui montre l’étonnement positif. /ʉɪ̯/ n’est utilisé que dans l’expression « hui og hast » (parfois prononcée « hu og hast ») qui signifie que l’action s’est passée très rapidement.

En norvégien, l’usage du tréma est inconnu, ce qui mène à une ambigüité quand deux voyelles se suivent graphiquement. Par exemple, la graphie du mot naiv (« naïf ») peut représenter les deux prononciations /nɑɪ̯v/ et /nɑ.ɪv/ (la dernière étant la correcte). Dans la majorité des cas, deux voyelles qui se suivent représentent un diphtongue.

Le R[modifier]

En norvégien, il existe trois prononciations différentes pour le ‹ r › : [ʀ], [ɾ] ou [ʁ]. On trouve la première prononciation sur la côte nord-ouest, la deuxième dans l’Østlandet et la troisième sur la côte ouest et la côte sud. La manière avec laquelle on prononce le r est importante : si on le prononce [ɾ], il influence la consonne qui suit. Si une des consonnes l, n, d, t ou s suit le son [ɾ], ce dernier devient muet et la deuxième consonne devient une rétroflexe, c’est-à-dire /ɭ/, /ɳ/, /ɖ/, /ʈ/ ou /ʂ/. Les trois prononciations du r sont également toutes correctes. Ainsi, il y a trois prononciations possibles du nom de la langue : « norsk » /noʀsk/ /noʁsk/ ou également /noʂk/.