coq

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : Coq

Conventions internationales[modifier | modifier le wikicode]

Symbole[modifier | modifier le wikicode]

coq

  1. (Linguistique) Code ISO 639-3 du coquille.

Références[modifier | modifier le wikicode]

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Nom 1) Terme de formation onomatopéique attesté dès le VIe siècle en bas latin sous la forme coccus (Loi Salique) et qui a supplanté l’ancien français jal représentant le latin gallus. L’onomatopée imitant le cri du coq est elle-même attestée en latin impérial coco coco.
(Nom 2) Emprunté, au moment où dominait la navigation hollandaise, au néerlandais kok (« cuisinier »), dérivé du latin coquus. Voir maître queux pour l’équivalent français directement issu du latin.

Nom commun 1[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
coq coqs
/kɔk/

coq /kɔk/ masculin

Un coq
Un coq caricaturé par Gustave Doré
Une pièce de la Marianne au Coq, dite un coq.
Un coq de clocher.
Un coq (apogon)
  1. (Zoologie) Oiseau de l’ordre des Galliformes ; mâle de la poule.
    • Le chant des coqs, l’aboiement des chiens, les appels des oiseaux l’éveillèrent. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit en 1910 par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, Mercure de France, p.99, éd. 1921)
    • Les cris des coqs, les sabots des ânes poussés par l’encouragement sonore et monotone des paysans, réveillèrent Elhamy le lendemain. (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », 1940)
    • Nous nous précipitons tous trois vers la grange pour trouver l’œuf d’une poule qui chante, ayant trouvé le moyen de pondre entre les deux premier cris du coq. (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • D’une lucarne, dans le haut du mur, je voyais la nuit s’éclaircir. J’entendis un coq chanter […] (Henri Alleg, La Question, 1957)
  2. (Par extension) (Cuisine) Ce même animal cuisiné.
    • Commune à ces divers récits, la résurrection par Jésus d'un coq rôti, placé sur la table lors du dernier repas : revenu à la vie, le coq annonce la Passion du Seigneur. (François Bovon, L’Évangile selon saint Luc: texte imprimé; vol. 4, p. 225, Labor et Fides, 2009)
    • Parce qu'en hiver, l'on y sert des petits plats mijotés façon grand-mère et servis... en cocotte, tels le sauté de veau, le bœuf bourguignon, le coq au vin. (Petit Futé Rouen 2010, p.50)
  3. (Par extension) Mâle de la perdrix et de quelques autres oiseaux.
    • C’est comme pour appeauter un tétras, rien de plus simple. Tu tends une feuille de chiendent entre tes deux pouces et tu souffles dans l’intervalle. Tu vois arriver le coq, la crête droite, écarlate et le collet ébouriffé. (Jean Rogissart, Passantes d’octobre, 1958)
  4. (Figuré) Personne dont le comportement se veut séducteur par de la suffisance.
  5. (Par extension) Figure de coq située sur la pointe des clochers des églises, et servant de girouette.
    • Les coqs des clochers s’amusent à pencher le plus possible sans ouvrir les ailes. (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
  6. (Argot) (Désuet) Pièce d'un louis.
    • Il convient de savoir qu'un « coq », dans l'argot d’avant guerre, signifiait un louis, car mon récit repose sur cette explication, […]. (Francis Carco, Histoire sans titre, dans Pages choisies, Albin Michel, 1935, p.37)
  7. (Zoologie) Synonyme d'apogon, espèce de poisson.
  8. (Horlogerie) (Désuet) Petite platine vidée et gravée qui couvrait le balancier dans les montres ; sorte pièce de laiton fixement attachée sur la platine de derrière, pour suspendre le pendule des horloges.
    • On opère alors la levée d'un côté, le balancier étant gêné par un papier léger. Quand le dégagement a lieu, on fait une marque avec du rouge au balancier, juste au-dessous du trait du milieu du coq. (Claudius Saunier, Traité d'horlogerie moderne: théorique et pratique, 1869, p.85)

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Nom commun 2[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
coq coqs
/kɔk/

coq /kɔk/ masculin

  1. (Marine) Cuisinier sur un bateau.
    • Ils nous enlevèrent de la sorte une poêle à frire, des casseroles, des couteaux, la hache du coq, etc. (Dillon, Voyage dans la mer du sud, Revue des Deux Mondes, 1830, tome 1)

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

  • coq sur Wikipédia Article sur Wikipédia

Références[modifier | modifier le wikicode]

Picard[modifier | modifier le wikicode]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Terme de formation onomatopéique attesté dès le VIe siècle en bas latin sous la forme coccus (Loi Salique) et qui a supplanté l’ancien français jal représentant le latin gallus.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

coq /Prononciation ?/ masculin

  1. Coq.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  • Jean-Baptiste Jouancoux, Études pour servir à un glossaire étymologique du patois picard, 1880, vol. I