saisir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

En latin médiéval sacīre « revendiquer, affecter à », de l'ancien français saisir, issu du vieux haut allemand *sazjan[1] (« mettre quelqu'un en possession de quelque chose »), qui donne l’allemand setzen (« poser »). La forme pronominale se saisir signifie « se mettre en possession de, prendre » et explique le sens moderne. Le bas latin ad proprium sacire est synonyme de ad proprium ponere[2].
Le Wiktionary[3] donne pour étymon *sakan « accuser, intenter une action en justice » qui donne sake (« cause, égard ») en anglais.

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

saisir /sɛ.ziʁ/ ou /se.ziʁ/ transitif 2e groupe (conjugaison)

  1. Prendre vivement, rapidement, délibérément, avec vigueur.
    • Elle saisit le feuillage d’une façon très-singulière, faisant sortir pour cet effet une langue longue, rugueuse, très-étroite et noire, en l’entortillant autour de l’objet qu’elle convoîte. (Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, Quelques Considérations sur la Girafe, 1827)
    • D’une main, l’assassin avait dû saisir la vieille femme à la gorge et, de l’autre main, la bâillonner pour l’empêcher d’appeler au secours. (Francis Carco, L’Homme de Minuit, 1938)
    • Saisir quelqu’un au collet, lui saisir le bras.
    • Saisir la bride de son cheval.
    • Saisir quelqu’un par les cheveux, par le bras.
    • Saisir avec la main, avec les dents, avec le bec, etc.
    • Saisir l’occasion, saisir le moment favorable, Se hâter d’en profiter.
    • Saisir un prétexte, Prendre la première raison qui se présente, bonne ou mauvaise, pour faire une chose, ou se justifier de l’avoir faite.
    • Saisir une chose du regard, L’apercevoir rapidement et avec netteté.
    • Il saisit d’un regard la configuration du terrain.
  2. Prendre une chose de manière à pouvoir la tenir, la porter, à ne pas la laisser échapper.
    • Il saisit Héloïse, l’enlève entre ses bras comme une balle de fougère, une sachée de linaigrettes floconneuses, et la transporte doucement, parmi les couvertures qu’il rabat sur elle. (Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, 1958)
    • Le manche de cet outil est trop gros, est trop court, on a de la peine à le saisir, on ne peut le saisir commodément.
    • Saisir par l’anse une marmite qui est sur le feu, pour l’en retirer.
  3. Inscrire de façon à avoir une trace tangible, comptabiliser, noter.
    • Tu as saisi cette écriture comptable dans le compte de report à nouveau ?
    • Saisir des données dans un ordinateur et les sauvegarder ensuite.
  4. (Figuré) Discerner, concevoir nettement, comprendre.
    • Bien sûr, il n’y pige rien et comme il croit, dur comme fer, qu’on lui débite des cochoncetés, il voudrait bien saisir. (Francis Carco, Images cachées, 1929)
    • Je ne saisis pas, quant à moi, un seul mot de leur jargon. Ni le maire, ni le curé je ne les entends. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, 1958)
    • Il a saisi sur-le-champ mon intention.
    • Vous n’avez pas bien saisi le sens de ses paroles.
    • Saisissez bien ce que je vous dis.
  5. Représenter, croquer avec exactitude, esquisser avec précision.
    • Ce poète comique saisit parfaitement les ridicules.
    • Cet artiste a bien saisi la ressemblance de son modèle, il a su le représenter d’une manière très ressemblante.
  6. (Cuisine) Brûler modérément la partie extérieure d’un solide.
  7. (Figuré) S’emparer vivement et fortement d’une personne, en parlant des maux du corps, des maladies, des passions, des sentiments.
    • Le froid l’a saisi.
    • La douleur, la crainte, le désespoir l’a saisi.
    • Cette pensée m’a saisi.
    • Être saisi de joie, de peur, d’étonnement, de respect, etc.
    • (Absolument) Être saisi, être frappé subitement, touché de plaisir, pénétré de douleur.
    • Quand on lui dit cette nouvelle, elle fut tellement saisie, qu’elle perdit connaissance.
    • J’en suis encore saisi, tout saisi.
  8. (Droit) Confisquer, arrêter, retenir par voie de saisie.
    • Saisir des meubles et des immeubles.
    • Saisir réellement des immeubles.
    • Saisir les revenus d’une terre entre les mains des fermiers.
    • Il y a des objets qui ne peuvent être saisis pour aucune créance.
    • Saisir des objets de contrebande.
    • Le garde-chasse lui a saisi son fusil.
    • On a saisi ce numéro de journal.

saisir de transitif

  1. Mettre en possession de.
    • Être saisi d’un gage.
    • Saisir d’une affaire un tribunal, une juridiction, Porter, par les voies de procédure normale, une affaire devant la juridiction compétente.
    • Il a saisi la Cour d’appel de son affaire.
    • La seconde chambre du tribunal de première instance est saisie, a été saisie de cette affaire.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Antonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Composés[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Ancien français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Voir saisir.

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

saisir /Prononciation ?/ transitif (conjugaison)

  1. Saisir.
    • Guenes li quens l'ad dessuz lui saisie [la lance] (Ch. de Roland, LV, XIe s.)
    • Car nessuns hom [nul homme], puis k'amours l'a saisi,
      Ne devroit jà si grief faix entreprendre.
      (Couci, XXIV, XIIe s.)
    • Tut saisi [le roi] en sa main e terres e mustiers. (Th. le mart. 64)
    • Par le reson de ce que li mors saisist le vif. (BEAUMANOIR, XLI, 9, XIIIe s.)

Variantes[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés dans d’autres langues[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]