mille

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Nom 1) Du latin mille de même sens.
(Adjectif numéral) Du latin milia (pluriel de mille).
(Nom 2) Du latin millia (sous-entendu passuum « pas ») : espace de mille pas, un mille.

Adjectif numéral[modifier]

mille \mil\ masculin invariable

  1. Dix fois cent unités, 103
    • Dans un tiroir, il y avait trente billets de mille francs, trente, attachés, par paquets de dix, avec des faveurs roses, ainsi que des lettres d’amour... (Octave Mirbeau, La tête coupée,)
    • Dix ou vingt mille cornes, klaxons et trompes proclament éperdument la mobilisation du plaisir ; […] (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • John Wesley seul prêcha quarante mille sermons et parcourut deux cent cinquante mille milles. (André Maurois, Histoire de l'Angleterre, Fayard & Cie, 1937, p.601)
  2. Quantité indéfinie mais fort grande.
    • La cause de ces insurrections est presque toujours la même : les exactions, les extorsions et mille autres injustices commises par les caïds (gouverneurs) qui, ayant acheté leur poste, ne songent qu'à rentrer dans leurs fonds et à s'enrichir aux dépens de leurs administrés. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc: étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p.10)
    • Une sphère lumineuse, tournant au plafond, scintillait de ses mille petites facettes dont les lueurs éclairaient curieusement les visages. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Elle revient du cabinet de toilette, un peu traînante et lasse des mille riens qu’elle a entrepris déjà, […]. (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Il avait repassé le Doubs à la minuit, au lac de Chaillon, puis il avait remonté les crêts par un des milles sentiers que l’ingéniosité des contrebandiers leur fait sans cesse frayer à travers ces prés-bois et ces boqueteaux de sapins. (Louis Pergaud, L’Évasion de Kinkin, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
Note[modifier]
Selon la nouvelle orthographe, chaque nombre précédant ou suivant mille est attaché à celui-ci par un tiret (-) : deux-mille-cinq.
(Vieilli) Dans la date des années, quand mille est suivi d’un ou de plusieurs autres nombres, on met de préférence mil. Ainsi on écrit l’an mil sept cent, pour l’an mille sept cent, etc. Toutefois cette règle n’a aucune justification historique et n’a été fondée que par analogie avec les exceptions de la graphie de vingt et cent. Aussi est-il correct d’écrire l’an mil concurremment à l’an mille.
Historiquement en ancien français mille est le pluriel de mil, aussi ne faudrait-il utiliser ce second terme qu’au singulier en ne parlant que d’un seul millier alors que le premier a étendu son sens au singulier (→ voir mil#Utilisation).

Variantes orthographiques[modifier]

Synonymes[modifier]

Transcriptions dans diverses écritures[modifier]

Quasi-synonymes[modifier]

Pour exprimer un grand nombre indéfini :

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun 1[modifier]

mille \mil\ masculin invariable

  1. Le nombre 1000.
    • Il demande des mille et des cents.
  2. En termes de librairie,
    • Cet ouvrage a atteint le centième mille.
  3. Centre de la cible (l’atteindre, dans certains jeux, rapporte autant de points).
    • Il a touché en plein dans le mille.

Transcriptions dans diverses écritures[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun 2[modifier]

Singulier Pluriel
mille milles
\mil\

mille \mil\ masculin

  1. (Métrologie) (Vieilli) Ancienne mesure de longueur française, valant environ mille pas.
  2. (Métrologie) (Canada) (Vieilli en France) Mile : Unité de mesure de longueur anglo-saxonne, valant 1760 yards (verges), soit 5280 pieds, ou encore exactement 1609,344 mètres. Son symbole est mi.
    • Chacun d’eux semblait aussi long que le Strand et aussi large que Trafalgar Square. Certains même devaient avoir un tiers de mille de longueur. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 130 de l’éd. de 1921)
    • John Wesley seul prêcha quarante mille sermons et parcourut deux cent cinquante mille milles. (André Maurois, Histoire de l'Angleterre, Fayard & Cie, 1937, p.601)
  3. (Métrologie) Ancienne mesure de distance du Danemark.
    • En moins de dix heures nous avions parcouru 15 milles danois (115 kil.), y compris notre marche pédestre à travers les laves. (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.223)
  4. (Marine) (Par ellipse) Mille marin.
    • La rade de Casablanca — nous l'avons vu déjà — n'est pas idéale; tant s'en faut. Les vapeurs y mouillent à un mille ou un mille et demi, les voiliers, à plus de deux milles de terre. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 21)
    • Le navire ayant été dépallé dans le Sud par un courant polaire, le cap Brewster, promontoire septentrional du Scoresby Sund, était à une dizaine de milles au N.-W. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Je pouvais être satisfait de mon atterrissage. Après quarante-huit jours de mer, mon erreur de longitude était inférieure à deux milles. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)

Synonymes[modifier]

Unité de mesure anglo-saxonne 

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Unité de mesure anglo-saxonne 
→ voir mile
Mille marin 
→ voir mille marin

Prononciation[modifier]

  • France  : écouter « mille [mil] »

Références[modifier]

Voir aussi[modifier]

Italien[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin mille, même sens.

Adjectif numéral[modifier]

mille \ˈmil.le\

  1. Mille.

Latin[modifier]

Étymologie[modifier]

Les noms de nombre sont les mêmes dans toute la famille indo-européenne jusqu’à cent inclusivement mais, à partir de mille, l’accord cesse ou devient douteux. Ceci, indirectement, nous donne une indication sur la taille relative de la société avant que les peuples indo-européens ne se séparent (la même chose a eu lieu dans la société moderne → voir milliard et billion entre l'anglais et le français, par exemple).
Pokorny[1] l’apparente « peut-être » au radical indo-européen commun *ĝhéslo qui donne le grec ancien χίλιοι, khilioi (« mille ») en conjoncturant un préfixe smi (« un » → voir semel) et une construction *smi-ĝhsli : « un millier, une fois mille ». Lewis[2] le compare au radical *mil de ὅμιλος, omilos.
Mille était d'abord un substantif neutre. On disait mille hominum, passuum « un millier d'hommes, de pas ». Il a un pluriel, millia. Mais au singulier, le plus souvent, mille a été assimilé aux autres noms de nombre, comme decem, centum, c'est-à-dire qu'il est devenu indéclinable et s'emploie adjectivement.

Nom commun[modifier]

mille indéclinable au singulier (pluriel : milia ou millia)

  1. Millier.
    • mille equitum, César. B. C. 3, 84
      un millier de cavaliers.
    • mille passuum.
      un millier de pas, mille pas.
    • decem milia talenta, Évangile selon saint Matthieu 18, 24
      dix mille talents.
    • tria milia numero habebat. César
      il avait des archers, au nombre de trois mille.
    • Graecis peditibus mercede conductis, triginta milibus, praepositus, Curt. 3, 9, 2

Dérivés[modifier]

Références[modifier]

  1. Julius PokornyIndogermanisches etymologisches Wörterbuch, 1959 → consulter cet ouvrage
  2. « mille », dans Charlton T. Lewis et Charles ShortA Latin Dictionary, Clarendon Press, Oxford, 1879 → consulter cet ouvrage