croix

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : Croix

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin crŭcem, accusatif de crux (« croix »), via l’ancien français crois.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Invariable
croix
/kʁwa/
Une croix de granit, en Bretagne.

croix /kʁwa/ féminin

  1. (Antiquité) Sorte de gibet où l’on attachait, dans l’antiquité, certains criminels.
    • Les haches et les croix sont lasses de trépas. (Jean de Rotrou, St Gen. II, 8.)
    • Ils l’attachèrent à une croix qui était un supplice ordinaire chez les Carthaginois, et l’y firent périr. (Charles Rollin, Historique ancien Œuvres, t. I, p. 330, dans POUGENS.)
  2. (Par métonymie) (Religion) Supplice de Jésus-Christ, cloué sur une croix.
    • À la croix, il [Jésus] regarde dans les prophéties ce qui lui restait à faire, il l’achève, et dit enfin : Tout est consommé. (Jacques-Bénigne Bossuet, Historique II, 6.)
    • La croix est la vraie épreuve de la foi, le vrai fondement de l’espérance, le parfait épurement de la charité, en un mot le chemin du ciel ; Jésus-Christ est mort à la croix, il a porté sa croix toute sa vie ; c’est à la croix qu’il veut qu’on le suive, et il met la vie éternelle à ce prix. (Jacques-Bénigne Bossuet, ib.)
    • Et, d’une infâme croix souffrant l’ignominie, Doit la mort aux ingrats qui lui devront la vie. (Jacques Delille, Par. perdu, XII.)
  3. (Religion) Le bois même où Jésus-Christ fut attaché.
    • La vraie, la sainte croix.
  4. (Par extension) Le christianisme.
    • Faire triompher la croix. L’étendard de la croix.
    • La prédication du mystère de la croix est folie à ceux qui périssent et ne paraît un effet de la puissance de Dieu qu’à ceux qui se sauvent, c’est-à-dire à nous. (Jacques-Bénigne Bossuet, Historique II, 11.)
    • Un ouvrage [le monde] dont il [l'homme] entendait la sagesse ne l’a point touché ; un ouvrage lui est présenté où son raisonnement se perd, et où tout lui paraît folie, c’est la croix de Jésus-Christ. (Jacques-Bénigne Bossuet, ib.)
    • La conversion du monde ne devait être l’ouvrage ni des philosophes ni même des prophètes ; il était réservé au Christ, et c’était le fruit de sa croix. (Jacques-Bénigne Bossuet, ib.)
    • Constantin devenu la conquête de la croix. (Jean-Baptiste Massillon, Pet. car. Drap.)
    • Paris va révérer le martyr de la croix. (Voltaire, Zaïre, II, 3.)
    • Quand la croix, si honteuse et si dure aux pervers, N'aurait pas subjugué le perfide univers, à sa morale seule on la croirait divine. (Bernis, Relig. vengée, X.)
  5. (Par extension) (Dévotion religieuse) Affliction que Dieu enverrait aux hommes pour les éprouver.
    • Aussi le corps se plaint, le corps gémit sans cesse, Accablé sous les moindres croix. (Pierre Corneille, Imit. I, 21.)
    • La loi la plus propre à l’Évangile est celle de porter sa croix. (Jacques-Bénigne Bossuet, Historique II, 6.)
    • Jésus ne promet que des afflictions et des croix. (Jacques-Bénigne Bossuet, Serm. Sept.)
    • Les croix que Dieu nous envoie. (Jacques-Bénigne Bossuet, Souff. 2.)
    • Leurs croix leur sont insupportables. (Esprit Fléchier, Serm. I, 95.)
    • On a bien de la peine à se convaincre de la bonté avec laquelle Dieu accable de croix ceux qu’il aime. (François de Salignac de la Mothe Fénelon, XVIII, 430.)
    • Les dégoûts du monde sont des croix forcées qui nous viennent sans nous consulter. (Jean-Baptiste Massillon, Car. Dégoûts.)
    • Porter les croix que sa bonté nous ménage. (Jean-Baptiste Massillon, Av. Affl.)
    • Un lien mal assorti devient votre croix de tous les jours. (Jean-Baptiste Massillon, ib.)
    • Il faut trouver le secret de porter sa croix. (Jean-Baptiste Massillon, Car. Samar.)
    • Le monde nous fournit des croix et des afflictions. (Jean-Baptiste Massillon, ib. Mot. de conv.)
  6. Simulacre représentant la croix de Jésus-Christ.
    • […], des frères de charité avec leurs dalmatiques rouges, dont l’un portait une bannière et l’autre la lourde croix d’argent, riaient en dessous, s’amusaient à se bourrer le dos de coups de poing. (Octave Mirbeau, Mon oncle,)
    • Tandis qu’il assiégeait Maxence dans Rome, une croix lumineuse lui parut en l’air devant tout le monde avec une inscription qui lui promettait la victoire […] Le lendemain il gagna cette célèbre bataille qui défit Rome d’un tyran et l’Église d’un persécuteur ; la croix fut étalée comme la défense du peuple romain et de tout l’empire. (Jacques-Bénigne Bossuet, Historique I, 11.)
    • Jusqu'au jour, où des morts perçant la voûte sombre, Une voix, dans le ciel les appelant sept fois, Ensemble éveillera ceux qui dorment à l’ombre De l’éternelle croix. (Alphonse de Lamartine, Méd. 22.)
    • Il fallut de longs efforts pour arracher à la tour du Grand-Yvan [au Kremlin] sa gigantesque croix ; l’empereur voulait qu’à Paris le dôme des Invalides en fût orné. (Sophie de Ségur, Historique de Nap. VIII, 10.)
    • Trois croix voisinaient avec celle qui marquait la tombe d'un matelot autrichien. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Une autre fois, nouvel exercice de reptation pour me trouver finalement en face d'une tombe militaire dont la croix blanche faisait tache à travers les ténèbres. (Jacques Mortane, Missions spéciales, 1933, p.175-176)
  7. Monument qu'on élevait autrefois aux lieuxétaient arrivés des accidents, où s’était commis un assassinat.
  8. (Ornement) Petit ornement, en forme de croix.
    • Cette croix dont cent fois mes soins vous ont parée, Peut-être entre vos mains est-elle demeurée Comme un gage sacré de la fidélité Que vous deviez au Dieu que vous avez quitté. (Voltaire, Zaïre, I, 1.)
    • Elle ôta une mignonne petite croix en diamants qu’elle portait au cou. (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, 1858)
  9. Marque formée de deux traits perpendiculaires.
    • Faire une croix au bas d’un acte quand on ne sait pas signer. Marquer quelque chose d’une croix.
  10. (Musique) Signe qui marquait un trille.
    • La croix ne s’emploie plus que dans la basse chiffrée pour indiquer les intervalles augmentés, etc.
  11. Décoration de divers ordres de chevalerie.
    • La croix de Malte, du Saint-Esprit, de Saint-Louis, de la Légion d’honneur.
    • Souvent ce lâche effronté Porte l’habit militaire Avec la croix au côté. (Pierre Jean de Béranger, Judas.)
    • Mon fils le baron, Quoiqu’un peu poltron, Veut avoir des croix ; Il en aura trois. (Pierre Jean de Béranger, Carabas.)
    • […] Ailleurs de vieux guerriers, Échangeant pour du pain, en les baignant de larmes, Ces croix prix de leur sang et l’honneur de leurs armes. (Jacques Delille, Homme des champs, IV, Var et add.)
    • — On les condamne donc à mort ceux qui vont proclamant des vérités,
      — Tiens!... Parbleu!... Il ne manquerait plus qu'on les nommât ministres ou archevêques... ou qu'on leur donnât la croix de la Légion d’honneur!... Ah! çà!... D'où venez-vous?.
      (Octave Mirbeau, La vache tachetée,)
  12. (Absolument) (France) La croix de la Légion d’honneur.
    • Dans cette même année 1819, les produits du nouveau procédé inventé par Madeleine figurèrent à l'exposition de l'industrie ; sur le rapport du jury, le roi nomma l'inventeur chevalier de la légion d'honneur. Nouvelle rumeur dans la petite ville. Eh bien ! c'est la croix qu'il voulait! Le Père Madeleine refusa la croix. (Victor Hugo, Les Misérables, I, 5, 2; 1862)
  13. (Vieilli) Le côté d’une pièce de monnaie opposé à la face et marqué autrefois d’une croix. On dit plutôt maintenant pile.
    • Croix ou pile.
  14. Latte croisée que les maçons et couvreurs suspendent au bout d’une corde quand ils font une réparation au haut de la maison.
    • Là je trouve une croix de funeste présage ; Et des couvreurs grimpés au toit d’une maison En font pleuvoir l’ardoise et la tuile à foison. (Nicolas Boileau-Despréaux, Sat. VI.)
  15. Morceau de bois portant les têtes de chardon à carder.
  16. (Héraldique) Pièce honorable, réunion du pal et de la fasce.
    • La croix est une des douze pièces honorables de l’écu ; il en existe plus de 400 différentes.
  17. (Marine) Forme que prennent les deux câbles d’un bâtiment affourché, lorsqu’en évitant il passe par-dessous le câble qui ne travaille pas.

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

  • Le mystère de la croix, le sacrifice de la croix, (Religion) Le mystère des chrétiens concernant la mort que Jésus-Christ qui souffrit, pour eux, sur la croix.
  • Croix de mission, (Religion) Croix érigée par l'église catholique romaine, dans une ville, dans un village, en souvenir d’une mission qui a été prêchée à l’église.
  • Aller au-devant de quelqu’un avec la croix et la bannière.. Il faut l’aller chercher avec la croix et la bannière.
  • Prendre la croix, (Religion) (Histoire) se disait de Ceux qui s’engageaient, par un vœu solennel, dans une croisade contre les infidèles ou les hérétiques, et qui, pour marque de ce vœu, portaient une croix sur leurs habits
  • Le signe de la croix ou Le signe de croix, (Religion) Le signe que les chrétiens trinitaires font ordinairement en portant la main au front, à la poitrine, puis à l’épaule gauche et à l’épaule droite, et en disant : " Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit".
  • Croix de Saint-André, croix faite en forme d’X.
  • Croix de Saint-Antoine, croix faite en forme de T.
  • Croix d’Anjou ou de Lorraine, croix qui a deux traverses ou croisillons.
  • Croix grecque, Celle dont les branches sont toutes les quatre d’égale longueur.
  • Croix latine, Celle dont la branche inférieure est plus longue que les trois autres.
  • La croix de la Légion d’honneur.
  • Grand-croix, Celui qui a le grade le plus élevé dans la plupart des ordres de chevalerie dont la décoration a la forme d’une croix ou d’une étoffe.
Les grands-croix de l’ordre de la Légion d’honneur.
  • Croix de Guerre, Décoration accordée à ceux qui se sont distingués par leur bravoure dans la Grande Guerre.
  • La croix Rouge, Emblème adopté par les sociétés de secours aux blessés militaires. (Par extension) Il se dit aussi de l’Ensemble de ces sociétés de secours.
Le brassard de la croix Rouge. Le pavillon de la croix Rouge.
  • Faire une croix, se dit en parlant d’une Chose singulière qui mérite d’être notée.
Quand nous serons à dix, nous ferons une croix.

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Variantes dialectales[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

Paronymes[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Picard[modifier | modifier le wikicode]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin crŭcem, accusatif de crux (« croix »).

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

croix /kʁwɛ/~/kʁwe/ (?) féminin

  1. Croix.

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  • Jean-Baptiste Jouancoux, Études pour servir à un glossaire étymologique du patois picard, 1880, vol. I