coucher

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(xiie siècle) De l’ancien français couchier, colchier, dérivé [1] du latin collocare (« placer dans »), avec le préfixe con-, de locare (« placer »), dérivé de locus (« lieu »).

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

coucher /ku.ʃe/ 1er groupe (conjugaison)

  1. (Transitif) Étendre de son long sur la terre, sur un lit, etc., mettre quelque chose en position horizontale.
    (Réfléchi) S’allonger sur le sol. Se mettre en position horizontale.
    • Elle était couchée auprès de moi. Elle se retourna sans aucun dessein de me proposer une posture ; […]. (Pierre Louÿs, Trois Filles de leur mère, 1926)
    • Je demeurai couché sur le dos, les yeux grands ouverts, fixant le plafond. (Henry Miller, L’ancien combattant alcoolique au crâne en planche à lessive, dans Max et les Phagocytes, traduit par Jean-Claude Lefaure, éditions du Chêne, 1947)
    • Le vent couchait les arbres.
    • J’ai dû me coucher pour entrer dans ce souterrain.
    • Il le coucha sur l’herbe.
    • On coucha le blessé sur un matelas.
    • Saint Louis en mourant voulut qu’on le couchât sur la cendre.
    • Coucher une statue par terre.
    • Coucher une armoire, une chaise, une poutre, une échelle, etc.
    • Il s’est couché par terre.
    • Se coucher sur un lit, sur un sofa.
    • Se coucher sur le ventre, sur le dos, etc.
  2. (Transitif) Mettre quelqu’un au lit, le déshabiller, l’aider à se mettre au lit. (Réfléchi) Se mettre au lit, s’endormir.
    • Comme aux longs jours, on s’était couché tard pour se lever matin, […]. (Jean Rogissart, Mervale, p.17, Denoël, 1937)
    • As-tu couché les enfants ?
    • Il se couche de bonne heure. On dit plaisamment dans ce sens : un couche-tôt.
    • Ils se sont couchés fort tard.
    • Allez vous coucher.
  3. (Par euphémisme) (Intransitif) (Familier) Faire l’amour ; passer une nuit d’amour.
    • Pour le cocuage, c'est plus sérieux. Il s'agit, pour employer la langue moderne, d'un traumatisme. L'enfant a quinze ans, et s'aperçoit brutalement que sa mère couche avec son précepteur. (Hubert Juin, Un grand poète romantique, en préface de Arthur de Gobineau, Essai sur l’inégalité des races humaines (1853-1855), éd. numérique de l'UQAC, 2004)
  4. (Militaire) Tuer, blesser.
    • À peine les hommes étaient-ils sortis de la tranchée que le feu des mitrailleuses en coucha cinquante sur le sol.
    • Plus de vingt mille hommes étaient couchés sur le champ de bataille.
    • (Par extension) Coucher en joue, ajuster son fusil et viser, pour tirer sur quelqu’un, sur quelque chose.
  5. Inscrire, écrire, enregistrer sur un support.
    • Cette nuit, j’ai couché quelques idées sur le papier.
    • Coucher quelqu’un sur l’état des pensions, sur une liste, etc., l’inscrire sur l’état des pensions, sur une liste, etc.
    • Coucher par écrit, mettre par écrit.
    • Il ne suffit pas de faire cette promesse verbalement, il faut la coucher par écrit.
    • Coucher une clause, un article dans un acte, dans un contrat.
    • Coucher un article en recette, en dépense, employer un article sur l’état de la recette, de la dépense.
  6. (Figuré) Descendre sous l’horizon au sujet du soleil et des astres.
    • Au même moment le soleil se couchait derrière les hautes montagnes pour se lever presque aussitôt, il incendia la côte Nord du Sund et colora d’un rose tendre et féerique la splendide ligne des glaciers de la rive Sud. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Il y a une heure que la lune est couchée.
  7. Courber, incliner ce qui est naturellement droit. Pencher.
    • Couchez un peu votre papier, vous écrirez plus commodément.
    • La grêle, la pluie et le vent couchent les blés, les herbes.
    • Coucher un sarment, un cep de vigne.
    • Coucher les branches d’un arbuste en terre pour faire des nouveaux plants.
    • Coucher le poil d’un chapeau, d’une étoffe.
    • Le vaisseau s’est couché sur le flanc.
  8. (Intransitif) Être étendu pour prendre son repos.
    • Coucher dans un lit, dans des draps, entre deux draps.
    • Coucher sur un matelas, sur la plume, mollement, durement.
    • Coucher sur la dure, sur une paillasse, sur la terre, à terre, sur le ventre, sur le dos, sur le côté.
    • Coucher tout habillé.
    • Quand nous arrivâmes, tout le monde était couché.
  9. (Intransitif) Loger la nuit en quelque endroit en y prenant du repos.
    • […], et le page, après avoir vu entrer paisiblement son seigneur dans le Louvre, […], s’alla coucher, enveloppé dans son manteau, sur l’herbe du fossé et à l’ombre de la muraille. (Alexandre Dumas , La Reine Margot, C. Lévy, 1886)
    • Le 24 avril 1917, de Tascher tente de s'évader. Un feldwebel couche dans la pièce voisine de la sienne et un petit guichet permet de voir ce qui se passe. (Jacques Mortane, La guerre des airs : Traqués par l’ennemi, Baudinière, 1929, p.134)
    • Coucher dehors, en ville, à l’hôtel.
    • Le mauvais temps ne leur ayant pas permis d’aborder, ils couchèrent dans le bateau.
  10. (Cuisine) Dresser un aliment sur une plaque.
  11. (Industrie) Appliquer un enduit, une couche de produit, sur un support.
    • Coucher de la pâte blanche sur un carton de pâte brute.
  12. (Pronominal) Passer sous l’horizon de l’ouest, en parlant des astres.
    • Le crépuscule a partout la même transparence : on ne peut deviner de quel côté s’est couché le soleil, et l’armée française, qui sait si mal s’orienter, n’en a point ce soir le désavantage. (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
  13. (Cartes à jouer) Se retirer de la partie.
    • Alors, tu te couches ou tu joues ?

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
coucher couchers
/ku.ʃe/

coucher /ku.ʃe/ masculin

  1. Action de se mettre au lit pour dormir.
    • Pendant le moment où Modeste s’absenta, vers neuf heures, afin d’aller préparer le coucher de sa mère, madame Mignon et ses amis purent causer à cœur ouvert ; […]. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  2. Moment quand on se couche.
    • Prendre un médicament au coucher.
    • Le coucher du roi (Par ellipse) le coucher, moment que le roi réservait à l’entretien avec des gentilshommes de la cour ou d’autres personnes désignées par lui, avant de se retirer pour la nuit dans ses appartements.
  3. Façon dont on est couché.
    • Un bon, un mauvais coucher.
    • Il est très exigeant sur le coucher.
  4. Usage du lit et du logement en général.
    • […] ; mais sa manière de vivre lui avait été indiquée une fois pour toutes ; en tant que coucher, une paillasse étendue sur des ais de bois ; en guise de nourriture un régime champêtre et monacal comme elle, du lait, du miel et du pain […]. (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  5. Moment de la disparition d’un astre sous l’horizon.
    • Levers et couchers du soleil, de la lune et des autres astres peuvent résulter respectivement d’une inflammation et d’une extinction, […]. (Épicure, Lettre à Pythoclès, traduction anonyme.)
    • Le coucher de soleil est d’un gris inquiétant et de gros nuages noirs s’accumulent vers l’occident. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]