frapper

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Origine incertaine, soit du francique *hrappan « arracher, saisir » (cf. néerlandais reppen « se depêcher », allemand raffen « s'emparer de »), romanisé en *frappare, soit d’une onomatopée *frap.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

Frapper monnaie. (4)

frapper /fʁɑ.pe/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Donner un ou plusieurs coups à quelqu’un, à quelque chose.
    • […]; et, surprenant un homme qui volait la ration d’un camarade, il l’invectiva et le frappa à la face. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 272, Mercure de France, 1921)
    • […]; les deux danseurs à tour de rôle s’agitaient en frappant sur un tambourin de peaux de phoque. Ce n’était pas beaucoup plus étrange que le charleston ou le black-bottom ; […]. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • L’infortuné n’avait pas eu le temps de presser ce bouton. Déjà ses assaillants le frappaient, sauvagement, par derrière. (Francis Carco, Les hommes en cage, Albin Michel, 1936, p.120)
  2. (Spécialement) Donner des coups à une porte pour signaler sa présence et se faire ouvrir.
    • Ne m’avez-vous pas dit qu’un instant avant que nous arrivassions, un homme sans chapeau, […], était venu frapper à la porte, et qu’on lui avait ouvert ? (Alexandre Dumas , La Reine Margot, C. Lévy, 1886)
    • Toute la nuit, nous entendons marcher, devant les chambres, des gens chaussés de souliers. De temps en temps, les pas s’arrêtent : on frappe à quelque porte, d’un doigt seulement, et il est amusant de se dire que malgré cela, la dame qui habite cette chambre a bien reconnu tout de suite, à sa manière de frapper, celui qui est là. (Sei Shonagon. Notes de chevet, Trad. André Beaujard, p.97-98)
  3. (En particulier) Donner une empreinte à quelque chose, au moyen d’une matrice ou autrement.
    • Frapper de la monnaie. Frapper des médailles.
    • (Figuré)[…], retenant et prodiguant les phrases toutes faites qui se frappent régulièrement à Paris pour donner en petite monnaie aux sots le sens des grandes idées ou des faits, les gens du monde le réputèrent homme de goût et de savoir. (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, 1832)
  4. (Par extension) Produire des espèces monétaires, de la monnaie.
    • Frapper monnaie
  5. (Par extension) Se diriger vers, tomber sur, en parlant de la lumière
    • Les parties d’un objet que la lumière frappe, où la lumière frappe.
  6. (Figuré) Faire de l’impression sur les sens, sur l’esprit, sur l’âme.
    • Le bruit sourd de la chute, les flots de sang qui jaillirent du corps et diaprèrent au loin le pavé, frappèrent d’épouvante jusqu’au duc lui-même ; […]. (Alexandre Dumas , La Reine Margot, C. Lévy, 1886)
    • Ce qui me frappait le plus en lui, c'était le sourire le plus franc, le plus engageant que j'aie jamais vu sur aucune face humaine. (Henry Miller, L'ancien combattant alcoolique au crâne en planche à lessive, dans Max et les Phagocytes, traduction par Jean-Claude Lefaure, éditions du Chêne, 1947)
    • Tout ce qui frappe nos sens.- Le son frappe l’oreille. - Une grande lumière frappe la vue.
    • Cet objet m’a frappé l’imagination.
      N’'êtes'- vous pas 'frappé' de cette coïncidence ?
  7. Faire périr, exterminer, ou affliger par quelque grand malheur, par une calamité.
    • Dieu l’a frappé dans ce qu’il avait de plus cher. (Absolument) La mort frappe sans pitié.
  8. (Droit) Être établi, assigné sur.
    • Je le répète, il n’entre pas dans ma pensée, ni dans mon sujet, d’insister particulièrement sur ce personnage […] qui, d’ailleurs, vient d’être frappé durement par un rigoureux arrêt de cour d’assises. (Léon Bloy, Le Salut par les Juifs, Joseph Victorion et Cie, 1906)
    • Une hypothèque qui frappe tous les biens du débiteur. Un immeuble frappé d’hypothèques.
  9. Rafraîchir ; rendre extrêmement frais par le moyen de la glace.
    • Frapper le champagne.

se frapper /fʁɑ.pe/ pronominal

  1. (Absolument) (Familier) Se remplir l’imagination de toute pensée sinistre.
    • Ne vous frappez pas pour ces balivernes.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Dans sa détresse il frappait à toutes les portes.
Il résolut de frapper un grand coup.
On dit dans un sens analogue Cet ouvrage est frappé au coin du génie.
  • Vers bien frappé. (Figuré) Vers dont le sens est plein et la forme parfaite.
  • Être frappé de quelque chose, (Figuré) En être atteint, saisi.
Être frappé d’une maladie, de la peste. Être frappé d’apoplexie. Être frappé d’épouvante, de stupeur, d’étonnement.
  • Avoir l’imagination frappée de quelque chose, ou, simplement, Avoir l’imagination frappée, et même, (Familier), Être frappé, (Figuré) Avoir l’imagination remplie de quelque appréhension, de quelque idée sinistre.
Ce malade a l’imagination frappée, est frappé.
  • Avoir l’esprit frappé d’une idée, être frappé d’une idée, (Figuré) Être obsédé, préoccupé de cette idée, ne pouvoir l’écarter.
  • Frapper d’étonnement, d’admiration, etc. Causer tout à coup un grand étonnement, etc.
On dit en des sens analogues Frapper d’aveuglement, de stupeur, de crainte.
  • Frapper le drap, Le bien fouler pour qu’il soit serré.
  • Velours frappé, Velours dont on a écrasé le poil pour y imprimer des dessins.

 (information à préciser ou à vérifier)

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]