coupe

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Coupe, Coupé, coupé

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Nom 1) Déverbal de couper.
(Nom 2) Du latin cupa (« grand vase en bois, tonneau, barrique, coupe, tasse, sarcophage »).

Nom commun 1[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
coupe coupes
/kup/

coupe /kup/ féminin

  1. Action de couper.
    • Cette étoffe est dure à la coupe : Elle résiste au ciseau, et, en la coupant, on s’aperçoit qu’elle est dure.
    • La coupe des foins se fait en juin.
    • La coupe des cheveux.
    • La coupe du gâteau qu’on fait pour le jour des Rois.
    • Rien n’est plus efficace pour redresser les arbres et pour leur donner une tige droite et nette, que la coupe faite au pied. (Georges Louis Leclerc, Exp. sur les végét. 2e mém.)
    • Cette association puissante a tourné ses vues vers la coupe du bois, vers la multiplication des troupeaux, vers le coton et le cacao, mais principalement vers le tabac. (Abbé Raynal, Historique Phil. XIII, 12.)
    • Vers le temps de la coupe des blés, on entendait au lever de l’aurore les petites sonneries de nos hameaux. (François René Chateaubriand, Génie, IV, I, 1)
    • Faire des coupes dans une substance : La couper en différents sens pour en examiner la structure.
    • Il faisait d’une partie qu’il examinait toutes les coupes différentes qu’il pouvait imaginer, pour la voir de tous sens. (Bernard le Bouyer de Fontenelle, Du Verney)
  2. Action de couper le verre avec le diamant.
  3. Manière de couper, disposition qui en résulte.
    • […], un accoutrement de voyage qui n’est de bon goût ni dans sa coupe démodée ni dans sa couleur tapageuse. (Jules Verne, Claudius Bombarnac, Hetzel, 1892, chap.3)
    • Coupe de corps [du cygne] élégante, formes arrondies, gracieux contours. (Georges Louis Leclerc, Cygne)
    • Dans sa coupe légère, avec solidité, il réunit la force à la rapidité. (Jacques Delille, Imagin. V.)
    1. (Coiffure) Manière ou résultat de couper les cheveux.
    2. (En particulier) Manière de tailler les pierres.
      La coupe des pierres est un art particulier.
      M. Desargues, qui était du petit nombre de mathématiciens de Paris, et M. Bosse, fameux graveur, avaient fait une première partie d’un traité de la coupe des pierres, matière alors toute neuve. (Bernard le Bouyer de Fontenelle, Lahire)
    3. (En particulier) Manière de découper les étoffes, les cuirs.
      On vante cet ouvrier pour l’habileté de sa coupe.
      Coupe des voiles, action, art de les tailler.
  4. Résultat de l’action de couper.
    • Tu as une belle coupe de cheveux.
    • On dit dans le même sens : la coupe du visage ; une coupe gracieuse du visage, comme s’il avait été taillé.
    • Le fripon qui me vola la moitié d’une coupe de bois, obtient de l’équité des juges un encouragement de 800 francs. (Paul Louis Courier, I, 148.)
  5. Endroit où une chose a été coupée.
    • La coupe d’un tronc d’arbre.
  6. (Architecture) Plan qu’on suppose couper l’intérieur d’une construction, pour en montrer les dimensions relatives et les détails intérieurs, représentation d’un édifice, d’un vaisseau, etc., selon ce plan.
    • Coupe perpendiculaire.
    • Coupe horizontale d’un navire, d’un moulin.
  7. Division, distribution. Arrangement des repos dans le vers, dans la phrase.
    • La coupe en cinq actes est la plus usitée pour une tragédie.
    • La coupe d’un poème, d’un ouvrage.
    • La coupe d’un vers, d’une phrase.
    • Les coupes du style.
    • Un écrivain, qui a de l’oreille et assez d’art pour donner à son style le mouvement de la pensée ou du sentiment qu’il exprime, saura bien varier encore la coupe et le rhythme du vers. (Jean-François Marmontel, Élém. litt. Œuvres, t. X, p. 472, dans Pougens)
  8. (Cartes à jouer) Séparation qu’on fait en deux parties du jeu de cartes qu’un joueur a mêlé.
    • ''Faire sauter la coupe, rétablir avec dextérité les deux paquets comme ils étaient avant d’avoir fait couper.
    • Cet homme est heureux à la coupe, manière adoucie de dire qu’un homme triche au jeu.
  9. (Sylviculture) Bois destiné à être coupé.
    • Avant d'exploiter une coupe, on a dû marquer les arbres que l'on veut réserver, tant dans le taillis que dans la futaie ; […]. (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l'industrie dans le département des Ardennes, Charleville : E. Jolly, 1869, p.161)
    • (Par extension)Espèce héliophile, le Genêt à balai envahit les cultures abandonnées et — conjointement avec la Callune ou la Myrtille — les clairières des forêts ainsi que les coupes après l'abatage ; […]. (Gustave Malcuit, Contributions à l'étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises, les associations végétales de la vallée de La Lanterne, thèse de doctorat, Soc. d'édit. du Nord, 1929, p.127)
  10. (Gravure) Action et manière d’entamer la planche avec le burin.
  11. (Verrerie) Quantité de verre en fusion que l’on prend pour faire une glace soufflée.
  12. (Maçonnerie) Petit canal qui, placé sous les appuis de croisée, sert à l’écoulement des eaux.
  13. (Vieilli) Manière de nager, qui, consistant à porter, alternativement et avec force, chaque bras en avant et à le ramener le long du corps, d’avant en arrière, coupe l’eau rapidement. → voir crawl
    • Nager à la coupe.
    • Faire la coupe.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Nom commun 2[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
coupe coupes
/kup/
Exemples de coupes.

coupe /kup/ féminin

  1. Récipient de forme évasée, généralement hémisphérique, plus large que haut et donc peu profond.
    • Le Prince était perdu dans ses méditations. Il les interrompit cependant pour boire à l’Empereur, en levant une coupe de champagne. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 147, Mercure de France, 1921)
  2. Prix en forme de coupe, remis au vainqueur d'une compétition sportive.
  3. (Jeux) (Cartes à jouer) Une des quatre enseignes, ou couleurs, du jeu de cartes traditionnel espagnol.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikitexte]

Forme de verbe[modifier | modifier le wikitexte]

Conjugaison du verbe couper
Indicatif Présent je coupe
il/elle/on coupe
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je coupe
qu’il/elle/on coupe
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
coupe

coupe /kup/

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de couper.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de couper.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de couper.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de couper.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de couper.

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

  • France  : écouter « coupe [kup] »

Homophones[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Néerlandais[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

coupe /Prononciation ?/

  1. Taille.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]