Wiktionnaire:Critères d’acceptabilité des articles

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Raccourcis [+]
WT:CAA
WT:CFI

Cette page récapitule les critères d’acceptabilité des articles.

Avertissement : Ne vous fiez pas nécessairement à la longueur de la page, longueur qui peut paraître repoussante. Il vous est conseillé de vous contenter seulement du (ou des) paragraphe(s) dont le titre semble pouvoir répondre à vos questions.

Pourquoi des critères ?

Le Wiktionnaire est un dictionnaire francophone (écrit en français) qui décrit « les lettres, mots, symboles, caractères, préfixes, suffixes et expressions de toutes les langues » que, dans la suite de cette page, nous désignons par souci de concision sous le terme de mot.

Chacun pouvant contribuer et s’y référer, il est important de comprendre que les critères d’acceptabilité des articles sont nécessaires pour éviter que le Wiktionnaire devienne n’importe quoi. Les mots courants doivent être clairement définis, les mots rares doivent être présents et l’ajout de mots nouveaux ne doit répondre qu’à une réalité.

Principes fondamentaux

Ces principes servent de base à l’élaboration des critères qui suivent. Ils peuvent aussi servir dans les cas où les critères ne permettent pas de trancher.

1. Le principe de l’existence d’un article est accepté si on peut justifier cette existence d’un point de vue linguistique.
2. La création effective est acceptée si l’article créé a un contenu exact et répondant aux principes énoncés ci-dessous.

Grands principes

Tous les mots, comme définis plus haut, de toutes les langues sont acceptés, y compris les mots récents, les mots désuets, les mots régionaux, les mots de jargons spécialisés, ainsi que les locutions dont la présence est justifiable linguistiquement. Si quelque chose est indiscutablement un mot, et que ce mot est indiscutablement utilisé dans la langue voulue, les critères qui suivent ne sont pas utiles, et ne s’appliquent donc pas. En cas de contestation de l’existence du mot, il est essentiel de l’attester avec plusieurs sources différentes, principalement écrites, c’est-à-dire des phrases où le mot a effectivement été utilisé, et qui peuvent donc servir de références.

Les mots ne sont assujettis à aucune censure morale, politique, philosophique, religieuse... ni liée à une quelconque bienséance.

Qu’est-ce qu’un mot ?

Un mot, comme défini plus haut, est composé d’une unité ou d’un ensemble de lettres, idéogrammes ou symboles du même genre (et parfois d’autres caractères), séparés éventuellement par un caractère (tiret, point, barre oblique...) ou une espace, et qui a un sens bien défini.

Structure du mot Types Exemples
Caractères uniques lettres, symboles, idéogrammes, chiffres a, @, , 1
Association de caractères noms, flexions, locutions, adjectifs…, préfixes, suffixes, sigles… renard, renards, renard polaire, prudent, géo-, -graphie, SNCF, 共和国

Ce mot doit être pertinent du point de vue du Wiktionnaire, c’est à dire avoir un intérêt linguistique (et non encyclopédique, c’est alors l’affaire de Wikipédia).

  1. En principe, un article est pertinent pour Wiktionnaire
    • s’il décrit des termes de la langue réellement utilisés (anciennement ou actuellement),
    • que ces termes peuvent être attestés avec des sources sérieuses (limite basse),
    • et qu’ils ne soient pas de simples utilisations de termes plus simples qui se suffisent à eux mêmes (limite haute).
    Ainsi, une locution est admise dans la mesure où il ne suffit pas de connaître le sens des mots qui la composent pour comprendre son sens ou quand il s’agit d’une locution figée dont on ne peut pas deviner l’existence, même si on la comprend quand on l’entend. Par exemple : prendre son pied ou nager dans ses vêtements.
  2. Quand les noms faisant partie d’une certaine catégorie de choses sont habituellement des mots simples, tous les noms entrant sans aucun doute dans cette même catégorie sont aussi acceptés, y compris les locutions. Par exemple, les noms de pays sont habituellement des mots simples, donc tous les noms de pays sont acceptés, même si ce sont des locutions (comme Principauté de Monaco). Les noms de sports sont en général des mots, donc football en salle est accepté, car c’est un nom de sport, qui a ses propres règles, mais pas football amateur. À l’inverse, les noms de rues (rue de la Paix) ou les noms de personnes complets (prénom + nom, par exemple Winston Churchill) ne sont pas considérés, de façon générale, comme des mots ; ils ne sont donc acceptés que s’ils constituent effectivement des mots (par exemple, Champs-Élysées, Canebière ou Charlemagne sont acceptables).
  3. Toutes les formes que peut prendre un mot admis sont également admises (pluriels, conjugaisons), à condition de respecter les règles d’usage. Par exemple, certains mots ne s’emploient généralement qu’au pluriel (fiançailles, obsèques…). Certains verbes sont défectifs ou sont impersonnels.

Quelles langues sont acceptées ?

Conformément à la mission du projet (tous les mots de toutes les langues), toutes les langues, vivantes ou mortes, sont acceptées, sans exception, y compris les langues construites quand elles peuvent réellement être considérées comme de vraies langues. Les critères suivants visent simplement à vérifier qu’une langue existe effectivement avant de l’introduire dans le Wiktionnaire.

Toutes les langues reconnues internationalement comme des langues ont leur place dans le Wiktionnaire. Le critère est l’existence :

  • d’un code ISO-639 (voir Wiktionnaire:ISO 639-1, Wiktionnaire:ISO 639-2 et Wiktionnaire:ISO 639-3), sauf les codes de « groupes de langues » et les codes « spéciaux » (pseudo-langues) ou « privés » (pour des langues non humaines, ou non encore officiellement reconnues et codées dans une norme internationale).
  • ou d’un code langue de la fondation WikiMedia (codes utilisés pour les liens interwikis : certains de ces codes informels peuvent faire (ou ont déjà fait) l’objet d’une migration vers un code standard s’ils entrent en conflit avec des codes ISO 639, et utilisera alors le nouveau code standard).

Les langues n’ayant encore ni code ISO 639 ni code Wikimédia doivent impérativement faire l’objet d’une discussion et d’une décision préalable à leur introduction, ceci afin de vérifier qu’elles peuvent effectivement être considérées comme des langues existantes. Les critères principaux à prendre en compte sont les suivants (non cumulatifs, un seul suffisant pour accepter la langue) :

  • existence (actuelle ou passée) de personnes ayant cette langue comme langue maternelle ;
  • existence d’écoles ayant enseigné cette langue ;
  • existence d’une littérature dans cette langue ;
  • existence évidente d’un nombre important de personnes connaissant cette langue ;
  • langue faisant l’objet d’un article dans au moins deux des dix plus grosses Wikipédias, sans que l’existence de ces articles y soit contestée.

Typologie des codes langues standards et codification de nouvelles langues

  1. Les « collections » de langues codées dans ISO 639 sont toutes classées dans Wiktionnaire:ISO 639-5 en tant que familles inclusives, mais certaines ont des codes équivalents dans ISO 639-2, soit en tant que « groupes inclusifs » quand ils sont identiques dans ISO 639-5, soit comme « groupes résiduels » destinés à rassembler pour ISO 639-2 toutes les langues d’une famille qui n’ont pas un autre code langue ou de groupe de langues plus précis codé dans ISO 639-2). Les codes de groupes de langues résiduels utilisés selon ISO 639-2 sont essentiellement destinés à la classification bibliographique, mais ne permettent pas de distinguer toutes les langues intelligibles entre elles. Les codes de familles de langues ISO 639-5 (tous inclusifs) ne peuvent servir qu’à une catégorisation des langues ou macrolangues, mais la liste complète des langues individuelles ou macro-langues incluses dans chaque famille est encore mal connue, ce qui rend les définitions de termes qui se rapporteraient à ces familles complètement erronées. De plus de nombreuses familles de langues ne sont pas encore codées dans ISO 639-5. Il n'est donc pas encore possible de les utliser de façon fiable pour classer les termes selon leurs étymologies.
  2. Les codes de « macro-langues » sont acceptés pour les définitions de termes, sous certaines réserves (par exemple le chinois codé zh ou l’arabe codé ar) mais peuvent être ambigus pour définir certains termes, et on devra alors séparer les définitions en utilisant un des codes plus précis parmi les « langues individuelles » regroupées dans la même « macro-langue » (consulter la page Wiktionnaire:ISO 639-2 pour le détail des correspondances). Les différences entre elles peuvent n’exister que dans leur forme orale (par exemple la prononciation) mais pas la forme écrite de ces langues (cas fréquents dans les langues individuelles du chinois ou de l’arabe), mais il reste préférable de les distinguer quand même pour distinguer les prononciations (et assez souvent les usages), mais pour les usages communs la macro-langue pourra être utilisée pour éviter de répéter les mêmes prononciations, définitions et usages dans les exemples de citations.
  3. Quand une langue individuelle ou une macro-langue dispose de plusieurs codes selon ISO 639, le standard Internet BCP 47 est utilisé pour déterminer le code à utiliser en priorité (les autres codes sont traités alors comme des codes valides et synonymes, mais non recommandés ; le registre IANA des codes langues pour BCP 47 contient une liste exhaustive des codes reconnus et recommandés pour les langues, macro-langues et familles de langues, ainsi que des codes qui ne sont plus recommandés mais pour lesquels il mentionne éventuellement un code préféré). Toutes les langues individuelles ou macro-langues codées dans ISO 639-1 ou ISO 639-2 disposent aujourd’hui d’un code reconnu par le Wiktionnaire, mais pas encore toutes les langues codées seulement dans ISO 639-3 (ces langues codées sont très nombreuses, plus de 7000, dont un grand nombre de langues anciennes ou parlées par une petite minorité ou lues par des linguistes spécialistes).
  4. Toutefois, les langues hypothétiques (seulement reconstruites par déductions ou analogies sémantiques et par similitudes lexicales) n’étant pas acceptés, cela n’a pas de sens pour les langues dont aucun mot n’est précisément connu par une forme écrite (cas de toute « proto-langue », souvent très ancienne, qui est à la racine d’une famille entière de langues mais qui ne dispose d’aucun autre code langue que celui de la famille de langues dont elle est la base). Ces proto-langues supposées constituent donc une exception : leurs « mots » hypothétiques ne disposent pas de leur propre article dans le Wiktionnaire mais sont listés dans une annexe (ces proto-langues sont mentionnées uniquement dans les étymologies probables de mots dans des langues dont on ne dispose d’aucune trace écrite attestée). Voir le détail sur la page Aide:Formes reconstruites.

La page Wiktionnaire:BCP 47 contient un compte-rendu des codes (et sous-codes) standards définis pour de très nombreuses langues et leurs principales variantes : bien qu’étant toutes définies dans le standard Internet, toutes ne disposent pas encore d’un code utilisable dans le Wiktionnaire ; cette table de codification, issue du registre IANA associé mais plus facile à lire, contient une liste assez exhaustive de codes langues avec leurs noms en anglais (mais pas de leurs traductions en français comme dans les normes ISO dont ils sont issus), mais elle peut encore omettre certains codes ajoutés plus récemment dans le registre IANA (essentiellement ceux provenant du registre ISO 639-3 officiel) et de nouvelles recommandations d’utilisation d’autres codes « préférés » ; pour ces raisons la table mentionne la date de dernière modification de chaque entrée.

Si vous ne trouvez pas la langue cherchée avec son nom en français dans les pages Wiktionnaire:ISO 639-1 ou Wiktionnaire:ISO 639-2 (la page Wiktionnaire:ISO 639-3 ne contient qu’une partie non exhaustive des très nombreux codes de la norme ISO 639-3), ni dans les tableaux de codes et sous-codes pour BCP 47, veuillez consulter le registre IANA.

La nouvelle Commission des langues Wikimedia a créé un espace d’échange international communautaire, approprié pour la codification de nouvelles langues à supporter pour les projets Wikimedia — les propositions de codification doivent toutes être compatibles avec le standard BCP 47, en utilisant autant que possible un sous-code d’extension privée d’un autre code standard d’une langue, macrolangue ou famille de langues, même si la langue à coder ne dispose pas encore de code ISO 639, afin d’éviter tout conflit ultérieur : ne surtout pas utiliser un code langue inventé à 2 ou 3 lettres, il sera tôt ou tard en conflit avec une autre langue déjà codifiée (si ce n’est pas déjà le cas).

Ce comité est également responsable d’organiser les migrations de codes pour les anciens codes de langues restants pour les projets Wikimédia et qui ne sont pas conformes au standard Internet BCP 47.

Codification des variétés dialectales d’une même langue

Si une langue a déjà un code, mais qu’on estime, après discussion, qu’il est bon d’accorder à plusieurs des variantes/dialectes de la langue leurs propres noms de langues et leurs propres sections (les variantes étant suffisamment différentes et inintelligibles entre elles pour penser que des codes séparés seront créés tôt ou tard), alors :

  • ces variantes pourront être acceptées en tant que langues séparées ;
  • ces variantes devraient être proposées avec un code compatible avec le standard BCP 47, après avoir consulté le registre IANA associé ;
  • ces variantes ne peuvent pas être codées avec une extension sur 2 lettres, réservées aux codes pays, ni 3 lettres, réservées aux variantes standards, ni 4 lettres, réservées aux codes de systèmes d’écriture, et au delà des variantes standards peuvent déjà exister dans le registre IANA où il serait souhaitable d’en demander la réservation avant de les utiliser ;
  • sinon on codera ces variantes avec un code d’extension privé totalement conforme à BCP 47, tel que be-x-old propre aux projets Wikimedia).

Malgré tout, les sections dans la langue disposant de leur propre code individuel devront être conservées, et de nouveaux mots pourront être créés dans la nouvelle variante codée, par ceux qui le désirent.

Noms des langues mentionnés dans le Wiktionnaire

Le nom utilisé en interne pour une langue est toujours le nom le plus couramment utilisé en français, dans son orthographe la plus usuelle, sauf cas de force majeure (deux langues différentes portant le même nom, par exemple). Si aucun nom n’est couramment utilisé, ou si plusieurs noms sont très couramment utilisés, c’est si possible le nom privilégié par les organismes officiels ou les organismes de standardisation qui est préféré. (texte adopté par décision collective : voir Wikidémie, en juillet 2009, et aide à l’ajout de langue). Ce qui n’empêche pas l’existence de plusieurs entrées précisant les différentes orthographes.

Quand un mot fait-il partie d’une langue ?

En cas de doute ou de contestation sur l’existence d’un mot dans une langue, un moyen de preuve peut être la présence du mot dans une terminologie officielle. Sinon, il faut vérifier que le mot est bien attesté.

  1. Bien attesté est à interpréter plus ou moins largement selon les cas : le nombre d’attestations (indépendantes entre elles) nécessaires peut varier de 1 (par exemple pour un mot très ancien utilisé par un auteur connu, comme Rabelais, pour lequel on ne peut guère s’attendre à trouver de nouvelles attestations) à au moins quelques-unes (cas normal), ou plus si cela semble nécessaire pour éviter les abus (par exemple pour les marques). Quand on peut dire qu’il existe un procédé systématique de formation de nouveaux mots dans la langue, une seule attestation extérieure peut suffire : par exemple, en anglais, les adjectifs formés en ajoutant le suffixe -like à un nom, ou les verbes français obtenus en ajoutant le préfixe re- à un verbe. Il est préférable que les attestations puissent être accessibles facilement, y compris des années après (les attestations sur Internet conviennent donc bien, quand elles sont archivées d’une façon durable).
  2. Les attestations directement liées au créateur du mot ne sont pas prises en compte (sauf pour les recommandations ayant un caractère officiel).
  3. Les mots inventés de toutes pièces par l’auteur de l’article ou de la citation utilisée ne sont pas considérés comme faisant partie de la langue. Il peut y avoir des exceptions, quand il s’agit d’un écrivain connu, ou d’une œuvre importante, ou quand ils sont devenus suffisamment connus pour faire partie de la culture générale d’un locuteur de la langue, et qu’on peut donc considérer qu’ils font partie de la langue (par exemple Syldavie ou Moulinsart en français).
  4. Les mots étrangers, mais utilisés dans la langue, sont acceptés, même quand il est difficile de dire qu’ils font partie de la langue. Cela est valable également pour les noms propres. Par exemple, il peut être utile d’avoir highway en français, avec des citations, bien que ce ne soit pas un mot français, pour montrer que le sens est beaucoup plus particulier que le sens en anglais, et pour montrer quel article (masculin ou féminin) est utilisé.
  5. La rareté ou la notoriété d’un mot n’est pas un critère, contrairement à Wikipédia, pourvu que l’on soit sûr qu’il soit bien attesté.
  6. Les mots récents, les mots familiers, les mots argotiques, sont considérés comme faisant partie de la langue. Il est d’autant plus utile qu’ils soient présents ici qu’ils sont souvent absents des autres dictionnaires (ou qu’ils sont trop récents pour y être présents).
  7. Les mots et les définitions désuets (c’est-à-dire que l’on n’utilise plus) peuvent figurer sur le Wiktionnaire, du moment qu’ils sont attestés. Par exemple, loix, l’ancien pluriel de loi n’est jamais utilisé en français contemporain, mais existe toujours dans des documents écrits, notamment La déclaration des droits de l’homme et du citoyen.
  8. Les variantes orthographiques d’un même mot peuvent être toutes présentes, sauf quand il s’agit clairement de fautes d’orthographe (sauf erreurs répandues, voir ci-dessous). Quand une orthographe est très nettement prédominante, cette orthographe peut être privilégiée, même si les autres sont présentes également. Voir les modèles {{variante de}} et {{variante ortho de}}.

Note : Cette énumération de conditions pour qu’un mot soit considéré comme un mot de la langue est notablement incomplète et insuffisante pour permettre de définir un mot de la langue acceptable sur le Wiktionnaire. D'où des interprétations fréquentes par les uns et les autres provoquant des discussions contradictoires. Il convient donc de prendre les conditions ci-dessus comme des conditions a minima, d'autres conditions seront ajoutées en tenant compte de la jurisprudence des cas traités dans les pages de Propositions de suppression. Il faudra aussi préciser les critères qui font qu’un mot faisant l'objet d'un article sur Wikipédia peut ou non figurer sur le Wiktionnaire.

Contenu des articles

Si un article est créé avec un contenu non pertinent (en particulier purement encyclopédique), il peut être conservé, mais sa partie non pertinente doit être supprimée. Il faut noter que la définition est une partie commune entre un article de dictionnaire de langue et un dictionnaire encyclopédique, et que la présence d’éléments encyclopédiques dans la définition peut donc être normale, à condition que ces éléments soient indispensables pour comprendre de quoi il s’agit. Par exemple, il est possible de donner une définition mathématique d’une notion mathématique.

Mis à part le fait qu’il y ait un contenu exact et pertinent, aucun contenu minimal n’est fixé, car l’article peut toujours être complété.

Règles pour certains cas particuliers

Noms communs d’individus et d’animaux ayant une forme masculine et une forme féminine

En français, en principe, un nom commun est soit masculin, soit féminin (il y en a aussi qui peuvent être l’un ou l’autre selon le cas, par exemple Russe). Le nom commun chat est masculin, le nom commun chatte est féminin. Voilà la logique. Maintenant, certains dictionnaires traitent parfois deux noms en correspondance dans la même entrée, mais c’est pour gagner de la place, et c’est au détriment de la clarté. Pour un nom commun, féminin de peut être interprété de différentes façons, et souvent mal (parfois aussi, il y a plusieurs sens possibles) : ça peut vouloir dire en particulier femelle de, ou épouse de, ou équivalent en parlant d’une personne de sexe féminin) ; par exemple, le sens doit être défini de façon différente pour comtesse, amirale, boulangère, lionne et assistante sociale.

Flexions

Contrairement à un dictionnaire papier où l’espace est limité, le Wiktionnaire accepte toutes les flexions d’un mot. Flexions, dans le contexte grammatical, veut dire le pluriel, les féminins, les cas grammaticaux (nominatif, génitif, datif entre autres) et les verbes conjugués. Pour quelqu’un qui a le français comme langue maternelle, que maisons soit le pluriel de maison est très évident, mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. De la même façon, il n’est pas évident que nez soit le pluriel de nez, eaux soit le pluriel d’eau. Il en est de même pour les autres langues où le lecteur francophone ne connaît peut-être pas les règles de déclinaison.

Voir aussi Wiktionnaire:Flexions

Animaux et végétaux

Consulter Aide à la création des articles relatifs au monde vivant (animaux et végétaux)

Transcription et translittération

Les transcriptions et translittérations ne donnent pas lieu à la création d’un article, sauf dans le cas où une transcription ou une translittération est un mot à part entière.

Exemple de création possible

Le nom de lettre grecque ἄλφα est translittéré álpha et transcrit [alpha]. alpha est en français le nom de cette même lettre.
alliq est la forme romanisée de ᐊᓪᓕᖅ en inuktitut, c’est une langue à deux alphabets dont l’un provient de transcriptions.

Exemple de création impossible

Le mot grec ancien στρόβιλος est translittéré stróbilos et transcrit [strobilos]. Mais les articles stróbilos et strobilos ne peuvent pas être créés, ils n’existent pas.

Toponymes

Les toponymes (couramment appelés des noms de lieux) sont acceptés sur le Wiktionnaire, notamment pour inclure l’étymologie et les dérivés (Paris donne les gentilés parisien et Parisien, par exemple). Si un même toponyme est utilisé dans plusieurs langues, on peut créer une section pour chacune (→ voir London et Londres pour un exemple).

Mots contenant des astérisques

Certains mots rencontrés à l’écrit comprennent des astérisques par souci de décence, comme p****n (putain) en français ou f**k (fuck) en anglais.
De telles formulations sont acceptées si elles sont utilisées de façon classique et sous une forme à peu près standard ; ces pages sont utiles : on ne peut pas forcément deviner ce qu’il y a là-dessous.

Langues

Les noms des langues sont toujours acceptés, même quand il s’agit d’un nom propre (en allemand ou en anglais par exemple) ou une locution nominale dont le sens est assez évident, (vieux néerlandais par exemple). En effet le Wiktionnaire accepte toutes les langues qui peuvent apparaître comme lien dans des articles, des catégories et des annexes.

Nombres

Les nombres sont un cas particulier, car ce sont des mots, bien répertoriés, mais dont il existe un nombre infini. Ils sont acceptés (écrits en toutes lettres) dans le cas des premiers (jusqu’à cent), et de ceux dont la présence a un intérêt linguistique certain. Pour les autres, on peut les mettre, si on y tient absolument, mais en fournissant obligatoirement dans l’article au moins trois citations montrant leur utilisation effective dans des textes normaux, et écrits en toutes lettres.

Les nombres écrit en chiffres arabes représentent une série infinie (1, 2, 3, 10, 10^3, 3,14 etc.). Néanmoins, certains nombres écrits en chiffres méritent une définition particulière : par exemple 06 est un nom commun en français, et 360 est un nom commun en anglais. Ces cas particuliers sont donc acceptés, en tant que mots.

Noms de famille et prénoms

Les noms de famille et les prénoms sont acceptés sur le Wiktionnaire. Néanmoins, seul leur côté linguistique est admis - une brève définition suffit et on ne cite pas les individus ayant ce nom (par exemple, on ne met pas Bill Clinton et Hillary Clinton dans l’article Clinton). Ces informations sont réservées à Wikipédia.

Fautes d’orthographe

Raccourci [+]
WT:ERR

En principe, les fautes d’orthographe ne sont pas à inclure. Néanmoins, dans certains cas de fautes très courantes, mais néanmoins pas assez courantes pour être considérées comme des orthographes alternatives, le modèle {{S|erreur}} peut être utilisé. Il sert à classer une entrée en tant que faute d’orthographe. Il est difficile de savoir comment définir une faute « courante ». Quelques principes :

  1. Il doit s’agir d’une faute d’orthographe, et pas simplement une faute de frappe comme « qvoir » au lieu d’ « avoir ».
  2. Les fautes consistant simplement en l’absence d’un ou des accent(s) (diacritique(s)) ne sont pas à inclure, pour la simple raison que cela générerait des millions d’articles. C’est parfois simplement une facilité typographique car certains accents sont difficiles à taper.
  3. L’entrée doit indiquer pour quel mot c’est une erreur.
  4. Une entrée peut être à la fois un vrai mot et une faute d’orthographe. Par exemple içi est une variante archaïque d’ici, mais aussi une faute d’orthographe répandue.

Redirections

Contrairement à certains autres projets de la WikiMedia, il est conseillé d’éviter les redirections sur le Wiktionnaire, l’orthographe étant très importante.

  1. Dans le cas des verbes pronominaux, il est possible de les faire pointer vers leurs verbes principaux, lorsque l’article avec le pronom n’existe pas (exemple actuel : se lever). Cependant, il est parfois utile d’avoir les deux pages (infinitif et pronom+infinitif). Par exemple pour indiquer des anagrammes, donner accès à la conjugaison, en cas d’homographie dans une autre langue, etc. Si cette seconde page existe, les liens permettant de passer d’une page à l’autre sont les bienvenus. (Sujet discuté ici, et )
  2. Dans le cas des variantes orthographiques, nous avons les modèles {{variante de}} et {{variante ortho de}}. Si c’est clairement une faute d’orthographe, la redirection sera supprimée, ou transformée en erreur d’orthographe courante (voir ci-dessus).

Voir aussi Wiktionnaire:Redirections.

Cas qui méritent encore discussion

On peut citer les autres cas particuliers suivants qui peuvent mériter des clarifications, ou une définition plus précise du nombre d’attestations requises :

  • verbes pronominaux (ou de façon générale toutes les locutions : se + verbe, exemple espagnol : lavarse)
  • mots composés (y compris le cas de mots comme scénariste-réalisateur ou salon-salle à manger-bibliothèque, ou les cas d’utilisation de l’oblique (/) dans le même rôle que le tiret)
  • flexions dans le cas des locutions
  • noms de voies (odonymes)
  • noms de personnes (y compris surnoms)
  • noms propres d’animaux (célèbres comme Médor)
  • noms de héros de fiction (par exemple, Burma a été créé en tant que mot français, pour prévenir les éventuelles confusions avec la Birmanie)
  • noms d’œuvres (livres ou autres) - ça mérite une discussion : en effet, le wiktionnaire italien est allé jusqu’à accepter les noms d’œuvres pour avoir la traduction du titre dans d’autres langues, c’est-à-dire le nom sous lequel le livre a été traduit.
  • noms de personnes morales (organismes divers, entreprises…)
  • noms de marques (y compris les problèmes juridiques possibles)
  • événements (par exemple Révolution d’Octobre, Jeudi Noir)
  • néologismes (comment juger précisément du caractère indépendant des attestations de néologismes ?)

Conventions sur les titres des entrées

  • Contrairement à Wikipédia, les articles ne prennent une majuscule que sous certaines conditions (voir ci-dessous). Ainsi, paris n’est pas identique à Paris.
  • Certains caractères sont impossibles dans les titres, par exemple #. Il est utilisé pour former des ancres, par exemple table#fr et table#en. Les modèles {{titre incorrect}}, {{titre mis en forme}} et {{titre alt}} servent à corriger certains titres, par exemple Titres non pris en charge/Point (.) et Mme (Mme).
  • Le titre doit comporter tous les diacritiques (accents) du mot, donc pais n’est pas identique à païs ni à país. Ne renommez pas un article avec une erreur dans le titre sauf si c’est une erreur dans toutes les langues de l’entrée. Exceptions : les macrons en latin (sum et non pas sūm) et en anglo-saxon (hus et non pas hūs), et les accents toniques dans les langues slaves (рука et non pas рукá) et certaines langues africaines (comme le fon). Dans les dictionnaires, les macrons et les accents toniques indiquent la longueur de la voyelle, mais ils ne sont pas habituellement employés dans les phrases écrites.
  • Les langues qui n’existent pas sous forme écrite ne peuvent évidemment pas figurer dans le Wiktionnaire, sauf s’il existe un système écrit de transcription officielle (voir ci-dessus). Les langues des signes, par exemple, doivent utiliser un système standard de transcription des signes, ou alors des photos (exemple : a#Traductions). À noter qu’il existe des sites spécialisés sur les langues des signes, par exemple Wikisign.

Articles commençant par une majuscule

Voir aussi : Modèle:clé de tri

Le Wiktionnaire admet les articles commençant par une lettre minuscule ou par une lettre majuscule, sous certaines conditions.
Au titre des articles débutant par une majuscule, on trouve plusieurs types de mots dont:

Le tableau ci-dessous recense les différents cas qui peuvent se présenter et la conduite à tenir.

Types de mots Domaines Exemples Codification Résultat obtenu Admission sur Wiktionnaire
Mots commençant par une majuscule et considérés comme des noms propres {{S|nom-fam|fr}} Nom de famille Oui mais… :
  • Ne sont pas admis les noms composés de plusieurs mots (du type Georges Pompidou, alors que le prénom (Georges) et le nom de famille (Pompidou) sont admis.
  • Par « contenu linguistique » pour les domaines Personnages et Lieux, il faut entendre une particularité qui a un intérêt culturel matérialisé par une étymologie à connaître, une prononciation spécifique à connaître, une transposition du nom propre en nom commun à connaître, etc.
{{S|prénom|fr}} Prénom
  • Personnages (s’il y a un contenu linguistique- Voir colonne Admission sur Wiktionnaire)
{{S|nom-pr|fr}} Nom propre
  • Lieux (pays, région, ville, cours d’eau…) et lieux avec un contenu linguistique (Voir colonne Admission sur Wiktionnaire)
(Sous forme de sigle seulement)
  • Le Radeau de la Méduse, Tartarin sur les Alpes
Non (à traiter par Wikipédia)
Oui (seulement s’ils sont suffisamment connus pour qu’on puisse considérer que ces mots font partie de la culture générale de ceux qui parlent la langue, et donc que ce sont des mots de la langue)
Mots commençant par une majuscule et considérés comme des noms communs, des abréviations, des symboles. {{S|nom|fr}} Nom commun Oui
  • Gentilés (Habitants, originaires d’un pays, d’une ville…)
{{S|nom scientifique|conv}} Nom scientifique* Oui
{{S|symb|fr}} Symbole Oui

Voir aussi