f

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Caractère[modifier]

Minuscule Majuscule
f F
Les lettres F et f.

f

  1. Sixième lettre et quatrième consonne de l’alphabet latin (minuscule).
  2. Chiffre hexadécimal quinze (minuscule).

Voir aussi[modifier]

→ voir F

Conventions internationales[modifier]

Symbole [modifier]

forte

f

  1. (Métrologie) Symbole du préfixe femto- du Système international10−15).
  2. (Musique) Forte.

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Musique :

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin f.

Lettre [modifier]

Minuscule Majuscule
f F
\ɛf\
(effe)

f \ɛf\ masculin ou féminin (l’usage hésite) invariable

  1. Sixième lettre et quatrième consonne de l’alphabet français. Elle représente une des consonnes prononcées \f\.
    • Une f.
    • Un grand f.
    • Une petite f.
    • Une soif ardente.
    • Il fut piqué jusqu’au vif de ce refus.
  2. Symbole du degré hydrotimétrique en degré français (symbole °f ou °fH) (à ne pas confondre avec le symbole °F, degré Fahrenheit). 1 degré français correspond à 10-4 mol/L, soit 4 milligrammes de calcium ou 2,4 milligrammes de magnésium par litre d’eau).

Transcriptions dans diverses écritures[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]

Voir aussi[modifier]

  • f sur Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg

Anglais[modifier]

Lettre [modifier]

Minuscule Majuscule
f F
\ˈɛf\
(ef)
Singulier Pluriel
f
\ˈɛf\
f’s
\ˈɛfs\

f

  1. Sixième lettre et quatrième consonne de l’alphabet anglais (minuscule).

Prononciation[modifier]

Basque[modifier]

Lettre [modifier]

Minuscule Majuscule
f F
\e.fe\

f \e.fe\

Dalécarlien[modifier]

Lettre [modifier]

Minuscule Majuscule
f F

f \Prononciation ?\ minuscule

  1. Neuvième lettre de l’alphabet dalécarlien.

Finnois[modifier]

Lettre [modifier]

f \æf\, \ef\, \æ.fːæ\

  1. Sixième lettre et quatrième consonne de l’alphabet ; représente le son \f\.

Prononciation[modifier]

  • (Région à préciser) : écouter « f [æf] »


Latin[modifier]

Étymologie[modifier]

Pour la graphie, du grec ancien Ϝ, w même si les deux lettres n'ont jamais correspondu au même son [1].

Lettre [modifier]

Minuscule Majuscule
f F
\f\

f neutre indéclinable, parfois féminin (sous-entendant littera)

  1. Sixième lettre et quatrième consonne de l’alphabet latin qui traduit :
    1. l’indo-européen commun *bh → voir fero.
    2. l’indo-européen commun *dh → voir fello et ferus ; Le grec [2] θ était une sorte de souffle émis entre les lèvres ; son correspondant en latin était un \f\, surtout comme lettre initiale, ainsi qu'on le voit par les mots fumus, findo, facia, formus, fingo, fello, fores, suffire, fastus, rufus, qui ont tous un équivalent grec en \θ\. En grec même, dès la plus ancienne époque, on trouve l’éolien φήρ phêr (« bête sauvage »), à côté de l’attique θήρ, thêr.

Des changements analogues ont lieu dans les langues modernes : ainsi en anglais, dans les mots three, through, nothing, un étranger croit quelquefois entendre free, frough, nofing ; en russe, le nom propre Théodore est devenu Féodor. En latin, le changement est allé plus loin : comme il arrive souvent que le \f\, qui est une consonne labiale, devienne dans la prononciation un \b\, on trouve quelquefois un \b\ en regard du grec. Ainsi uber, ruber, liber, correspondent à οὖθαρ, ἐρυθρός, ἐλεύθερος. Il est probable que c'est le voisinage de \r\ qui a déterminé ce dernier changement [3].

    1. l’indo-européen commun *gh → voir foedus, dans ce cas, il subit parfois un amuïssement en \h\.

Références[modifier]

Tchèque[modifier]

Lettre [modifier]

Minuscule Majuscule
f F
\ɛf\
(ef)

f (pluriel : f’s)

  1. Sixième lettre et quatrième consonne de l’alphabet tchèque (minuscule).
Note[modifier]
Le \f\ est absent du protoslave et des langues slaves qui en sont héritières. Il apparait en tchèque au XIVe siècle, sans doute avec l’arrivée massive des Allemands, invités par les ducs, puis rois, de Bohême pour développer le pays.
Avant le XIVe siècle, le \f\ est remplacé par le \b\ ou le \p\ dans les emprunts au haut allemand (→ voir barva, biskup et půst) ou au latin (→ voir biřmovat)
Tous les mots tchèques comportant un f sont donc un emprunt postérieur à cette date.

Références[modifier]

  • Jiří Rejzek, Dictionnaire étymologique tchèque, Leda, Prague, 2001, pour l’étymologie