chute

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : chuté, chutě

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Participé féminin substantivé de l’ancien participe passé cheüt, dérivé de choir (aujourd'hui chu). Du latin populaire *cadūta, féminin de *cadūtus, participe passé de *cadēre (latin classique cadĕre) « choir, tomber ». La plupart des autres langues romanes ont usé semblablement de ce participe passé : → voir caída et caduta en espagnol et italien.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
chute chutes
/ʃyt/
De larges chutes d’eau en arrondis.
Les chutes du Dhuandhar, en Inde. (2)
dessin en noir et blanc montrant deux hommes à côté d’une chute d’eau
Sherlock Holmes et James Moriarty luttant aux chutes du Reichenbach. (2)

chute /ʃyt/ féminin

  1. Le fait de choir, de tomber ou de se détacher d’un tout ; le mouvement ou l’action correspondante.
    • Le bruit sourd de la chute, les flots de sang qui jaillirent du corps et diaprèrent au loin le pavé, frappèrent d’épouvante jusqu’au duc lui-même. (Alexandre Dumas , La Reine Margot, C. Lévy, 1886)
    • On volait certes, et dans des machines plus lourdes que l’air, mais il y avait aussi les chutes où parfois le moteur se brisait et parfois l’aéronaute, souvent les deux à la fois. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit en 1910 par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, Mercure de France, p.17, éd. 1921)
    • Déjà Luxeuil plus privilégié subit un enneigement très faible. En 1926-1927, la neige disparut dans les huit jours qui suivirent la chute, celle-ci de courte durée ; […]. (Gustave Malcuit, Contributions à l'étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises, les associations végétales de la vallée de La Lanterne, thèse de doctorat, Soc. d'édit. du Nord, 1929, p.19)
    • Il m'est dit à chaque instant que l’un des grands soucis des autorités départementales, c'est l’entretien des routes, souvent emportées par des torrents, par les coulées de boue, par les éboulements, par des chutes de blocs. (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité -1931)
    • Instinctivement Éric esquive le coup, bascule en arrière en entraînant l’homme dans sa chute et l’envoie bouler à quelques mètres. (Michel Remoissenet, Ondes et catastrophes: Du soliton au tsunami, p.111, Books on Demand, 2008)
  2. (Géographie) Puissante cascade d’un cours d’eau ; chute d’eau.
    • Les chutes du Niagara sont parmi les plus visitées du monde.
  3. La partie restante de la séparation d’un tout
    • La chute d’un coupon de tissu.
    • Le sol était jonché de chutes de papier, de carton, de tôles et de plastique.
    • De tout le travail que nous avions fait, il ne restait que quelques chutes.
  4. La partie ou période finale de quelque chose, avec ou sans notion de déclin
  5. (Littéraire) Trait final d'une pièce de théâtre, d'un vers, d'un madrigal, d'une épigramme, d'un couplet de chanson.
  6. (Astrologie) Partie d'un signe où une planète a moins de vertu et d’influence.
  7. (Astronomie) Météorite que l’on a vu tomber et que l’on a retrouvée peu après son atterrissage, par opposition à celle que l’on a découverte par hasard et que l’on appelle une trouvaille.
  8. (Horlogerie) Arc que parcourt la roue quand une de ses ailes quitte le pignon sur lequel elle engrène, et qu’une autre aile tombe sur la suivante.
  9. Action de diminuer fortement.
    • […]; à ce moment mes yeux tombèrent sur le baromètre enregistreur qui marquait une chute subite de 1 mm. 8. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  10. (Figuré) Tout indicateur qui permet de mesurer une tendance.
    • (Finance)La chute du cours des actions.
    • La chute du jour.La chute des températures.
  11. (Théologie) (Religion) Passage d'un état non fautif à un état fautif.
    • En cédant à la Tentation, Adam et Eve ont entraîné la chute. → voir Chute
  12. (Cartes à jouer) Ensemble des levées demandées et non réalisées
    • Leur contrat à sans-atouts se solda par un trois de chute.
  13. La partie basse.
    • La duchesse de Bourgogne revint, les épaules, les bras, le sein découverts, la chute des reins bien marquée. (Louis de Rouvroy, 2, 235.)
    • La chute d’une colonne ou d’un mur.
  14. Fait de prendre une position anormalement basse.
    • La chute des paupières ou blépharoptose peut être lié à un relâchement musculaire.
  15. (Marine) (Arts) Hauteur ou différence de niveau
  16. (En particulier) (Ponts et Chaussées) Différence de niveau entre deux biefs d'une rivière ou d'un canal.
  17. (Par analogie) (Horticulture) Raccordement, par des perrons ou gazons en glacis, etc., entre deux terrains qui ne sont pas de niveau.
  18. Partie libre et non tendue de quelque chose dont la position n'est pas contrainte
    • (Marine) La chute d'une voile ou d'un filet.
    • La chute d'un bout de fil.
    • La chute d'une étoffe, d'un voile, d'une robe ou d'un rideau.
  19. Partie d'un appareil aménagée pour recevoir quelque chose qui tombe.
    • On identifiait un sujet utilisant un téléphone public. [...] Or, dans certains cas, le responsable de l'expérience avait pris soin de placer une pièce de 25 cents dans la chute du téléphone. (David Robichaud et Patrick Turmel, La juste part, Atelier 10, Montréal, 2012, p. 60)

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

sens 1

sens 2

sens 3

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikitexte]

Forme de verbe[modifier | modifier le wikitexte]

Conjugaison du verbe chuter
Indicatif Présent je chute
il/elle/on chute
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je chute
qu’il/elle/on chute
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
chute

chute /ʃyt/

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de chuter.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de chuter.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de chuter.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de chuter.
  5. Deuxième personne du singulier de l'impératif de chuter.

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

  • France  : écouter « chute [ʃyt] »

Homophones[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Citations[modifier | modifier le wikitexte]

  • Débile et mal remis encor de la faiblesse Où ma perte de sang et ma chute me laisse. (Jean de Rotrou, Vencesl. IV, 2.)
  • Cette allée nous a fait souvenir de la chute que vous y fîtes un jour. (Marquise de Sévigné, 70.)
  • … la chute du ciel ne pourrait l’ébranler [ma fidélité]. (Pierre Corneille, Cinna, V, 3.)
  • Je comptais à peine dix-sept chutes de feuilles, lorsque […] (François René Chateaubriand, Atala, 211.)
  • Si vous voulez nous suivre, nous campons au bord de la chute. (François René Chateaubriand, Atala, 317.)
  • Comment vous trouvez-vous des trois vingtièmes et de la chute des actions sur les fermes ? — (Voltaire, Lettres, Mme de Fontaine, 5 novembre 1759.)
  • Quand il le ciel élève un trône, il en venge la chute. — (Pierre Corneille, Cinna, III, 4.)
  • Vous eussiez pu tomber, mais tout couvert de gloire, Votre chute eût valu la plus haute victoire. — (Pierre Corneille, Pompée, III, 2.)
  • En vous qui de sa chute êtes l’unique auteur. — (Pierre Corneille, Nicom. IV, 5.)
  • Il te peut en tombant écraser sous sa chute. — (Pierre Corneille, Cinna, I, 1.)
  • Et tout le peuple même avec dérision De ma chute certaine en tirait le présage. — (Jean Racine, Esther, III, 1.)
  • La chute désormais ne peut être qu’horrible. — (Jean Racine, ib.)
  • Cet esprit d’imprudence et d’erreur, De la chute des rois funeste avant-coureur. — (Jean Racine, Ath. I, 2.)
  • Par une belle chute il faut me signaler. — (Jean Racine, Baj. IV, 7.)
  • Je vous prie de considérer avec une attention plus particulière la chute des Juifs dont toutes les circonstances rendent témoignage à l’Évangile. — (Jacques-Bénigne Bossuet, Historique II, 8.)
  • Insensible à sa chute et grand dans ses misères. — (Voltaire, Zaïre, II, 1.)
  • Biron […] Un trépas si fameux, une chute si belle Rendait [eût rendu] de ta vertu la mémoire immortelle. — (Voltaire, Henr. VIII.)
  • Et tombent avec eux d’une chute commune Tous ceux que leur fortune Faisait leurs serviteurs. — (François de Malherbe, I, 3.)
  • J'avais prévu ma chute en montant sur le faîte. — (Jean de la Fontaine, Fabl. X, 10.)
  • Il marque les différentes erreurs qui s’étaient élevées, et le temps de leur chute aux pieds de la foi. — (L'Abbé Houteville, dans DESFONTAINES.)
  • La nouvelle Babylone, orgueilleuse de ses trois cents triomphes, tombe d’une chute immense. — (Jean de la Fontaine, ib.)
  • Qui m’anime moi-même à la chute de Troie. — (Lamotte, ib.)
  • [Laharpe] Tout meurtri des faux pas de sa muse tragique Tomba de chute en chute au trône académique. — (Nicolas Gilbert, Apologie.)
  • J'ai soixante et six ans, et je ne veux plus mourir de la chute d’une pièce de théâtre. — (Voltaire, Lett. d’Argental, 11 janv. 1760.)
  • Il y a force tragédies, force comédies ; vous aurez le plaisir de voir des succès et des chutes. — (Voltaire, Lett. d’Argental, 10 déc. 1762.)
  • Le crime d’être un sujet de chute à ses frères. — (Jean-Baptiste Massillon, Petit Car. Vices.)
  • Le coup encore frais de ma chute passée Me doit avoir appris à me tenir debout. — (François de Malherbe, I, 4.)
  • Tremblez, âmes réconciliées, qui renoncez si souvent à la grâce de la pénitence, tremblez, puisque chaque chute creuse sous vos pas de nouveaux abîmes. — (Jacques-Bénigne Bossuet, Anne de Gonz.)
  • Dans le crime il suffit qu’une fois on débute ; Une chute toujours attire une autre chute. — (Nicolas Boileau-Despréaux, Sat. X.)
  • La chute en est jolie, amoureuse, admirable. — (Molière, Mis. I, 2.)
  • Vous daignez employer dans les chutes des strophes les trois petits vers de trois pieds. — (Voltaire, Roi de Prusse, 87.)
  • Les mêmes nombres et les mêmes chutes mettent de l’ennui dans un long poëme. — (Charles-Louis de Secondat Montesquieu, Goût, variété.)
  • Si bien que, comme l’auditeur prévoit d’ordinaire cette chute qui doit arriver, il va au-devant de celui qui parle, et le prévient, marquant, comme en une danse, la chute avant qu’elle arrive. — (Nicolas Boileau-Despréaux, Longin, 33.)
  • On aurait beau montrer ses vers tournés sans art, Seuls et jetés par ligne exactement pareille, De leur chute uniforme importunant l’oreille. — (Nicolas Gilbert, XVIIIe siècle.)

Références[modifier | modifier le wikitexte]