Annexe:Glossaire du parler gaga

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Voir aussi[modifier]

Concernant le parler gaga
Autres parlers et dialectes
Dictionnaire arpitan/français de Saint-Etienne, 1897

Parler gaga : quoi et où ?[modifier]

Français populaire issu de l’arpitan, le parler gaga est pratiqué à Saint-Étienne et dans sa région. Il serait restrictif de lui imposer une zone géographique exclusive. On retrouve par ailleurs de nombreuses expressions communes avec des parlers de localité voisines, comme le parler lyonnais, le parler savoyard ou parler dauphinois, le parler ardéchois, le parler du Velay et le parler forézien pour les plus proches. Parler vivant par essence, les échanges régionaux sont constants dans l’Histoire. Parler populaire par définition, les attestations écrites manquent parfois et l’orthographe peut être mal assise.

Pour rester le plus authentique possible dans la transcription de ce glossaire, nous faisons acte absolu de contrition en n’affirmant rien que la certitude d’avoir entendu ou ouï dire est parfois une justification de ce que nous écrivons. Pour cela, nous remercions la communauté intéressée de nous faire l’honneur d’une réflexion, d’une correction, ou d’une information complémentaire attestant la réalité du sens.
Enfin, la liste est ouverte : les oublis ou les omissions sont à rajouter.

Vocabulaire[modifier]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

(n) : nom ; (n.f) = nom féminin ; (n.m) = nom masculin (adj.) = adjectif ; (v. tr) = verbe transitif ; (v. intr.) = verbe intransitif ; (v. pron) = verbe pronominal.

A[modifier]

  • à barreau : Fatigué
  • abistrogné : (adj.) blessé, déformé
  • ablagé[1] : (adj.) diminué, blessé, en piteux état « Beauseigne, les Verts c'te saison, y z'ont fini bien ablagés !»
  • abonde[2] : dans l'expression faire d'abonde, opulence, caractère copieux « Ils avaient préparé une fricaude, avec des fricassées, ça faisait bien d'abonde »
  • abriver : (v pron. ou intr.) : presser, se dépêcher, exciter.[3]
  • aborgnon[4] : dans l'obscurité, avec un mauvais éclairage « Le Jacky y' rentrait de la pampille, beauseigne, il a débaroulé dans l'escalier tout aborgnon »
  • abouser[5] : (v pr.) tomber - « il s'est abousé dans le gouillat, il était tout émaselé »
  • acclaper[6] : (v pron. ou intr.), s'effondrer tomber sur soi même « le 11 septembre, quand les deux tours se sont acclapées, Beauseigne ! y'en a du pauvre monde qui a été petafiné !»
  • acapler (s') ( ou s'acater) : (v. pron.) , s'accroupir. Pourrait être à l'origine de l'expression : à cacasson ( accroupi)
  • à cha peu ou (a châ-peu) : petit à petit, l'un après l'autre
  • acucher : voir cucher.
  • achiné[7] : (adj.) Amoureux, attaché à quelqu'un.
  • acques : (adv) avec.
  • affreux [8] : (adj.), incroyable, étonnant : « C'est affreux ce qu'il fait beau !» (orthographié également afrou ou afru en patois des Monts du Forez); Employé également dans le sens de : merveilleux « C'est affreux c' qu'elle est gentille ![9] »
  • agroumir (s')  : (v. pron.) Se ratatiner, se replier sur soi-même.
  • ambignon[10] : (n.m) nombril
  • amiteux (amiteuse) : (adj.) Affectueux - « Mon caillon il est tellement amiteux, ça fera tirer peine de le tuer.  »
  • annarser ( ennarser): (v.tr.) s'embourber, c'est à dire tomber dans une narse (un marécage)
  • apette (d')[11] : partager dans l'expression faire d'apette
  • appeger[12] : (v.tr.) Donner un coup. « Je lui ai appegé une beigne »
  • appelou : (n.m) habitant de Firminy
  • appincher : (v.tr.) Épier, espionner quelqu'un « beauseigne, tout le monde l'appinche celui là »
  • applater (s')  : (v. pron.) Tomber, « Il s'est applaté de tout son long »
  • aquari [13](ou accoiri) :Décoloré, terni, marqué par une crasse tenace ; se dit notamment du linge très mal lavé portant des traces de saleté. « Il y vait tellement écrasé d’airelles que j’ai pas pu ravoir sa chemise ; elle est tout aquarie  »
  • aquiger : (v.tr)
  • arpion : (n.m) doigt de pied. Tu peux te mettre les arpions en éventail.
  • arraper[14][15] : (v.intr.) attraper. Adhérer fortement, attacher, en parlant d’aliments au fond d’une casserole, d’un plat. « Cette grande babielle, elle a tellement cancané au téléphone avec sa copine que la viande a arrapé après la coquelle »
  • artisons ou artisous : (n.m) petits acariens se développant sur les fromages à croûte fleurie. « Fouilla ! son fromage avec les artisons, il piquait drôlement. »
  • avoinée : correction (il a pris une de ces avoinées, j'te dis rien que)
  • avoiner : (v.) donner une correction (voir avoinée)
  • avoir le babaud
  • avoir les gonfles
  • avoir la lourde

B[modifier]

  •  : (n.m) bise ( pour les enfants).« Allez Toinou, viens faire un bâ à ton pépé.»
  • babau 1) :(Bobo) (n.m.)[16] Léger mal, en langage enfantin. « Oh le matru!Ttu vas pas nous cancorner les oreilles pour un babau. »2):babau : (n.m.):[17] Loup, croquemitaine dont on menace les enfants.
  • babaud[18] ou parfois babeau, babo : (n.m) Cafard, « Depuis que j'ai quitté mon pays, j'ai le babaud.»
  • babet[19] : (n.m) pomme de pin et, au figuré, quelqu'un de benêt, de niais. « Pendant les restrictions, le grand père allait chiner du vin dans la plaine, beauseigne qu'il était raide, un vrai vin de babet. »
  • babièle[20] ou parfois babielle : (n.f) femme bavarde, commère « C'est que la femme à Mathevon, c'est une vraie babielle, beauseigne il ferait mieux d'être souriat que l'avoir après toute la sainte journée.»
  • babièler : (v.int) jabiasser, piailler « dans la chambre d'à côté, y'a deux gambelles qui arrêtent pas de babièler»
  • bâchat : (n.m.) Petit point d'eau ou cuvette rustique, auge. « le Lanlu voulait tuer le cochon, pour la fricaude, mais le bestiau, il l'avait estourbi qu'à moitié, il lui est revenu dessus comme un rinoféroce, il l'a basculé dans le bâchat. Ça qui braillait le plus c'était pas le caillon.»
  • bacon [21][22][23] : (n.m) lard. Se prononce à la française. Différent du bacon britannique (pron béconne)
  • badabet : (n.m) benêt. « Arrêtes de faire ton badabet ! »
  • badabeu : personne ayant la comprenote plutôt difficile
  • badinguet (adj) : attardé, simple d’esprit
  • bali-balant (adv) : tranquillement. «tu jettes les poraux dedans, et bali-balant, tu les laisses mijoter»
  • bamborgne[24] : (n.f) Jouet musical « A la vogue, j'ai acheté une bamborgne au coissou, je crois que j'aurais mieux fait de m'abstenir »
  • baraban[25] : (n.m) pissenlit « Une salade de barabans avec les lardons déglacés au vinaigre, une rapée, y'a rien de meilleur.»
  • barboton : (n.m.) Plat composé de pommes de terre accommodées avec du jus de viande ou de la viande elle-même[26].
  • bargaille[27] : (n.f) Tache qui coule. En séchant la bargaille peut devenir catolle. « Vois-tu le : il a encore foutu de la bargaille sur son costume ». Employé également sous la forme margaille.
  • bargailler (v.tr) Barbouiller/Salir : T'es tout bargaillé de chocolat.
  • barjaque : (n.f) personne qui parle à tort et à travers. (Ex: Le Toine faut rien lui dire, c'est une barjaque)
  • barjaquer[28] : (v. intr.) parler à tort et à travers.
  • barlat : (adj) bancal, voilé
  • baronter[29]  : (v.intr) Gronder, marmonner, rouspéter. « Depuis que le papy est à la Charité, il fait que baronter.» Peut également signifier tonner par temps orageux : « Ça baronte ! »
  • bartassaille[30] : (n.f) ferblanterie, par extension ramassis d'objets métalliques (ex. médailles) « Il fallait les voir pour le 11 novembre, y z'avaient tous sorti la bartassaille !»
  • basseuille (ou bassoille') Le petit gaga illustré, p. 26</ref> : (n.f) Bavard inconsistant. («  »|taisa-te, basseuille « ! »)
  • bassouiller (v. tr.) patauger, agiter dans l’eau. «il faut dépeger la terre en les bassouillant dans le bâchat»
  • batailler : (v. tr.) Peiner. Avoir du mal à faire quelque chose.
  • bater : bâtard.
  • baveux : (n.m) tireur à la sarbacane, sport pratiqué dans la Loire et notamment à Saint-Etienne
  • bayayet[31] : (n.m) simple, naïf, niais, benêt « Il est resté là, la bouche ouverte, on aurait dit un vrai bayayet !»
  • bazut : (adj) bête, idiot. « T'es bazut, le Toine ! »
  • beauseigne ou beausseignes[32] : le pauvre, la pauvre (apitoiement sur une personne)
  • béate ou biate: (n.m) Bigotte (très-employé)
  • belet [33] : (n.m. ; f. belette) terme désignant à l’origine un petit agneau. Mot désormais surtout employé pour exprimer de la tendresse envers un proche, souvent un enfant. Beaucoup de mamans appellent leur petit garçon « mon belet ». L’usage du féminin « ma belette » est plus rare.
  • benons : (n.m) bassines pour la lessive, par extension lavoir « C'est qu'y faut voir comme ça débigoisait derrière les benons ! »
  • berchu (adj.) : édenté, notamment en parlant des enfants qui ont perdu leurs dents de lait.
  • bicarelle (n.f): en général une personne ayant la bise facile. Ou alors un enfant souvent dans les jupes de sa mère pour se faire câliner et embrasser.
  • biche [34] : (n. f.) Récipient, bidon (en fer blanc) destiné à contenir le lait
  • bichette : équivalent de beauseigne
  • bichon [35] : (n. m.) Pot en terre dans lequel les ouvriers mangeaient leur soupe
  • biganche[36] : (adj.) difforme, déséquilibré « Depuis qu'il a eu son accident, il est tout biganche, beauseigne !»
  • bisangoin (de)) : (adv) de travers.
  • bissorler : (v. intr.), passer son temps à boire. « La mère de lui, elle bissorlait sec, et le père d'elle : un vraie bissorlette. Je vous dis pas mieux. »
  • bissorlet (bissorlette) : (n.m ou f) ivrogne. Personne qui bissorle
  • bitognot : (n.m) bouton ou se dit d'une petite maison, d'un appentis (terme péjoratif) "il faut que je déménage, j'habite un vrai bitognot."
  • bobias,-asse ou bobiat : (adj) qui est peu dégourdi, « le garçon de Jean, c'est un vrai bobias !»
  • boge[37] : (n.f) Toile de sac, Sac de toile grossière (« On est allé aux babets ; on en a ramené une pleine boge ») Cartable, (« J’ai mon plumier dans ma boge »), au sens figuré ivresse[38].
  • boit d'bout : (n.m) Buvette « Il est resté au boit d'bout jusqu'à point d'heure, il tenait une de ces boges !»
  • bouliquer (v): bouger sans cesse
  • bougnette : (n.f.) Défaut « Cette chemise fait plein de bougnettes ! »
  • bougrasser : (v. intr.) Faire un travail sans soin sans toutefois détruire. Raccommoder grossièrement
  • boutasse : (n.f) mare, trou d'eau, flaque d'eau boueuse (voir gouillat).
  • bouyou: (n.m) Veau.
  • broger[39] : (v. intr.) penser, méditer, gamberger. Par extension : broyer du noir. « A force de broger, on finit par prendre le babaud (babeau)! »
  • bronquer: cogner violemment contre. Existe aussi dans le vocabulaire du parler lyonnais[40] « Je lui achète une auto toute neuve, et voilà pas qu'y va bronquer la camionnette du boucher »
  • bugne[41][42] : (n.f) gâteau de mardi-gras frit dans l’huile, originaire des régions stéphanoise et lyonnaise, que l’on trouve désormais dans beaucoup de régions. Coup et trace de coup[43] « Ma bagnole a encore pris une bugne sur l’aile droite »
  • bugner : (v.tr) avoir un accident de voiture. « Ce matin, ça a encore bugné sur la Place du Peuple ».
  • burle (n.f) vent du nord rasant

C[modifier]

  • cacasson (à) : accroupis
  • cafi (être) : (adj.) ne s'utilise qu'à la voie passive, plein de, rempli de « Devait y'avoir un grossium en visite, la grand' rue était cafie de policiers !»
  • cafuron : (n.m) Lucarne, petite fenêtre. « Fermes le cafuron ! Ca commence à baronter ! »
  • cagnas cagnasse : (n.m et f) Paysan, plouc, personne mal dégrossie (péjoratif)
  • caille (fém.), caillon (masc.) : (n) au propre truie ou verrat, au figuré surnom affectif ou injure.
  • caisse : (n.f) Arrêt maladie. « Depuis qu'il a débaroulé dans le gouillat d'eau, le Toinou est en caisse ! »
  • camphrer (v.tr.) : tabasser, « C'est que, les garagnats qui l'ont camphré à la vogue ils z'y sont pas allé de main morte, il lui ont drôlement mis pour les vers » et à la forme intr. heurter violemment une autre voiture « Avec ces nouveaux feux rouges à Chavanelle, ça arrête pas de camphrer, sûr que les assureurs et les carrossiers doivent faire bien d'abonde ! »
  • cancorner (v. int.). Faire du tapage, répéter avec insistance. « C't'affaire de Claudius, faut rien lui dire, parce qu'après, il va le cancorner partout. ». Ce verbe est issu du mot cancorne (bruit, vacarme) qui est aussi le nom du hanneton en ancien français (cancolle)
  • canit : (n.m) Bistrot, Café.
  • canon : (n.m) verre de vin généralement rouge. s’enquiller des canons.
  • caravirer[44] : (v. tr. et intr.) Tout chambouler en cherchant quelque chose. « Arrête de caravirer dans ce placard, sinon une caille y retrouvera pas ses petits »
  • carcameler[45] : (v. intr.) tousser par quintes « Beauseigne, il me fait tirer peine à l'entendre carcameler comme ça !». Autre orthographe : carcaveler
  • carotte rouge : (n.f) betterave. « Elle m'avait mis un plein de saint pierre de salade de carottes rouges et de patates, c'est pas mauvais mais ça coufle ! »
  • casser la margoulette (se) : (v.pron) tomber
  • catole : (n.f) ( ne pas confondre avec Catolle ci dessous), commère, femme qui fait des ragots et qui médit des autres.
  • catolle : (n.f) Tache comportant de la substance (par exemple sur les vêtements après le repas) « Il est toujours après manger ses sandwichs au-dessus de son ouvrage, pas étonnant qu'on y retrouve plein de catolles ».
  • catons : (n.m), nœud formé par des cheveux emmêlés et très difficiles à défaire. S'emploie aussi en terme culinaire comme synonyme de grumeau, de morceaux collants dans une sauce qui devrait être liquide ( comme la béchamel par exemple)
  • cempote ou cenpotte [46] : (n.f) tonnelet d'une contenance approximative de 110 litres.
  • chambon : (n.m) champ de bonne terre (recevant autrefois les alluvions de la Loire en crue, avant la construction du barrage de Grangent).
  • chanforgne[47] : Chanson désagréable, mauvaise musique.
  • chaniotte(n.f.) dent: le coissou chouine, il a mal à ses chaniottes (dire également: "il a mal aux chailles")
  • channe [48] : (n.f) (souvent prononcé chiane) Petite quantité. « Une petite gnole ? – Oh juste une channe »
  • chaudron : (n.m) terme utilisé par les journalistes à partir du milieu des années 1970[49] pour désigner le stade Geoffroy-Guichard. En 1998 les dirigeants de l’ASSE ont fait inscrire « Ici c’est le chaudron » à la sortie des vestiaires. Aujourd’hui le terme est surtout utilisé par les journalistes ; les Stéphanois l’utilisent très peu à l’écrit, pratiquement jamais dans la conversation (ils disent « plutôt le stade » ou « Geoffroy Guichard »).
  • cheneau : (n.f) chéneau (masculin en français et avec l'accent aigu)
  • chiôre : (n.f.) 1)chèvre (animal), 2)chèvre (instrument) pour scier le bois, 3)petite cuvée de vin.
  • chougner ( ou chounier) : (v. intr.) Gémir, pleurnicher. « Arrêtes de chougner sinon je te colle une retournée (claque)! »
  • chourer (v.) : voler (elle s'est fait chourer son sac)
  • cime : (n.f) Dessus, partie supérieure (en français, restreint à cime d'un arbre ou d'une montagne). («  »|J'ai rangé ta valise vide à la cime de l'armoire.}})
  • clanquer : (v.int.) Bavarder, faire des cancans. « Au lieu de clanquer, tu ferais mieux de mettre à cuire qu'il est déjà midi »
  • coinche : (n.f) : belote aux enchères.
  • coissou[50] : (n.m) le petit, le plus jeune enfant de la famille
  • consulte : (n.f) Ordonnance
  • coquelle[51] : (n.f) Poëlon, cocotte (en fonte)
  • corniole ou corniôle ou corgnole : (n.f) gorge, gosier, trachée.
  • coufle[52] : (adj.) Repu « je dois dire qu'après la troisième rapée et le sarrasson j'étais franc coufle !»
  • couramiaud : (n.m) habitant de Saint-Chamond
  • courater ou couratter : (v.int.) courir les jupons pour les garçons, tromper son mari ou fréquenter plusieurs garçons à la fois pour une fille.
  • courpatta : (adj) court sur jambes.
  • coursière : (n.f) Généralement un sentier qui offre un raccourci « J'la retiens la coursière à Mathevon, deux heures qu'on a mis à slalomer entre les merdes de chiens ! »
  • crassier : (n.m) terril « Je te dis que ces garagnats sont aller jouer sur le crassier à Michon, pas étonnant qu'ils soyent tout machurés »
  • crézieu[53] : (n.m) lampe d'éclairage à feu nu, utilisée par les mineurs avant la mise au point des lampes de sécurité à feu couvert. Par extension lampes ou éclairage de faible efficacité. « Fouilla, c'était tout aborgnon là-dedans, on aurait autant fait de s'éclairer acque un crézieu !»
  • cuche (n.f) : Prendre une bonne cuche signifie se saouler
  • cucher (voir aussi acucher) : (v. tr.) entasser, accumuler, faire des tas (de foin, le cuchon étant une petite meule de gerbe de blé non battu, avec laquelle on construira ensuite une grande meule))
  • cuchon, cuchonner[54] : (n.m., v. tr.) tas désordonné, entasser sans ménagement « Kevin !, j't'ai déjà dis de pas cuchonner tes vêtements comme ça au fond du lit !»
  • cule : alcoolique (littéralement celui qui reste le dernier au bar)

D[modifier]

  • débarouler[55] : (v. tr) Dégringoler, descendre très vite ou tomber en roulant — « il a débaroulé les escaliers, il a la tête abistronnée et les genoux écorpelés »
  • débeloise[56] : (n.f) Cafetière
  • débigoiser : (v. tr) Médire, rapporter des ragots « Fouilla ! çui-là, c'est jamais le dernier à débigoiser ! »
  • découssiner : (v.int). démêler une masse de cheveux embrouillés et dans lesquels il y a des catons.
  • dégobiller : (v.tr) vomir
  • dégoiser (v. intr.) : Raconter des bêtises, parler pour ne rien dire. « Arrête un peu de dégoiser, tu nous saoules."
  • déguenillé : mal habillé, mal fagoter. "Vois tu moi le, il est encore tout déguenillé"
  • déjeuner : (v. intr.) Prendre le petit-déjeuner et (n.m) Petit-déjeuner. « Moi, au déjeuner, je prends juste un bol de café.»
  • démachurer : (v.tr) dénoircir
  • dépenailler : (v.int) être mal mis, débraillé.
  • déprofiter : (v. tr) Gaspiller.
  • dedzeu ! : ou nom de dzeu ! juron, forme atténuée de Nom de Dieu !
  • des fois : par hasard. « Vous seriez pas la nièce au Gérard, des fois ? »
  • dîner : (v. intr. et n.m) Déjeuner. « Venez diner demain vers 12h30.  »

E[modifier]

  • ébarioles, parfois ébarliaudes[57]: (n.f) avoir le tournis, voir des étoiles, également avoir le regard vacillant, peu assuré, notamment sous l'emprise de la boisson ou les lendemains de fête «J'me suis levé du lit, j'avais les ébarioles.»
  • ébouillé[58] : (adj.) déformé, par l'usure, le temps, la vieillesse « Plus jeune, la Suzie c'était une vraie beauté, maintenant, beauseigne, elle est toute ébouillée.»
  • ébravager  : (v. tr) Effaroucher ou au participe passé écervelé, fou[59]
  • écorniauler (s’) (v.pron) : s'égosiller
  • écorpelé[60] : (adj.) écorché, ensanglanté
  • égrointer : (v. tr) littéralement enlever le groin, abîmer l'extremité, l'angle ou l'arète d'un objet « J'ai échappé la débeloise, ça m'a égrointé deux carreaux de l'évier.»
  • enfle : (adj.) gonflé, boursoufflé (pour une blessure) « Il s'est émaselé le genou et ménan( maintenant) c'est tout enfle.»
  • équeville : (n.f) détritus, miettes, pelures - « Ramasses donc tes équevilles ! »
  • émaseler (s’) : (v. pron.) se blesser, se faire mal - « Fouilla ! Il s'est tout émaselé, beausseigne »
  • embugner : (v.) avoir un accident automobile (voir bugne)
  • encabouler (s') : (v. pron.) se casser la figure - «  »|Je me suis encaboulé dans le tapis « ! »
  • étendre (s') : (v. pron.) se coucher pour faire un petit somme, faire une sieste - «  »|Je vais aller m'étendre une petite heure.}}
  • encarfourner : (v.int) Se trouver ratatiné dans un espace réduit de manière inconvenante.
  • enquiller (v.tr) : enfiler les uns à la suite des autres : s’enquiller des canons.
  • être oublié (s’) : (v.pron) avoir dormi trop longtemps et être en retard

.
  • évanler (s') autre forme évanlà (s'):  : (v. pron.) S'étendre, se vautrer, s'étaler, tomber en avant[61][62]. « Il a bissorlé ni peu ni trop, il va s'évanler sur le lit ».

F[modifier]

  • faramelan[63] : (n.f) prétentieux, vantard « Avec sa nouvelle voiture, le Lanlu y' fait son faramelan ! »
  • farrasser (se) : (v. intr.) S'habiller de chiffons, de manière ridicule.
  • fion : (n.m) propos venimeux : « Elle est peton ! Elle m'a encore envoyé un fion ! »
  • flique : dans l'expression « ça m'fait flique » : « ça m'ennuie, ça m'énerve » (ne s'utilise pas seul.)
  • flûte : (n.f) grosse baguette de 400 g (à Paris, et en français officiel, « un pain »)
  • fouga : (n.m) feu allumé sur la place du village pour Mardi gras.
  • fouilla ! : interjection marquant la surprise, l'étonnement, synonyme de l'expression « ho là là ». Elle est caractéristique du parler gaga.
  • franc : (adv.) très, beaucoup, vraiment, « Il est franc tabazut c'matru ! »
  • fréquenter[64] : (v. tr. et intr.) flirter « C'est que le Toine, il est grand main'nant, il fréquente ! »
  • frézille[65] : (n.f) copeaux de bois utilisés pour l'emballage ou résultant de l'usinage des pièces de métal. « Le Toine quand il était jeune, il avait des cheveux comme de la frezille, maintenant, beauseigne, il est vite peigné ! »
  • fricaude[66] : (n.f) assortiment d'abats frais, constitué après l'abattage du cochon. Considéré comme un mets de choix.

G[modifier]

  • gadin (n.m.): pierre, caillou (il a jeté un gadin dans les vitres). Prendre un gadin (tomber, s'affaler)
  • gaga ou gagat : (n.m) et (adj)
  • galapiat : (n.m) garnement, qui traîne dans les rues, se dit également affectueusement pour les enfants si ceux-ci font quelques bétises.
  • gambelle : (n.f) fille ou femme légère « C'est que la Lison, c'était une saprée gambelle, toujours à minater après l'un après l'autre.»
  • gandolle, gandot : (n) sac à casse-croute, par extension boite en fer blanc: « Les mineurs emmenaient leur portion dans le gandot »
  • gandou : (n.m) éboueur
  • gandouse ou gandouze : (n.f) poubelle, décharge publique
  • garagnas : (n.m ; fém : garagnasse) gamin chahuteur
  • gargouillou : (n.m) mare, petit point d'eau, par métonymie tétards.
  • gâté : (n.m) câlin (aux enfants). «  »|Viens mon grabot, viens faire gâté avec Papa « ! »)
  • gnon : (n.m) coup (généralement de poingt)
  • godiveau : (n.m) petite saucisse de la taille d'une chipolata. Un plat : la purée aux godiveaux.
  • gôgne : (n.f) bosse, renflement « Il était allé se faire tirer une dent de sagesse, il a eu la gôgne pendant 15 jours !»
  • gone : (n. mf.) (parler lyonnais : enfant des rues). Par extension en gaga : un lyonnais.
  • gonfles (avoir les) : (loc.v) être sur le point de pleurer.
  • gongonner : (v. intr) ronchonner, marmonner. « Le pépé, il est toujours à gongonner, qu'on sait jamais ça qui lui passe par la tête. »
  • gorgeron : (n.m) lard gras
  • gouillat : (n.m) mare, trou d'eau, flaque d'eau boueuse (voir boutasse)
  • gouverneur : A la mine, le gouverneur était le chef de chantier, l'équivalent du porion dans les mines du Nord.
  • grabot : (n.m) : enfant, petit garçon.
  • grataille (à la) : (loc. adv) : À la volée « À la sortie de la messe les garçons d’honneur ont jeté des dragées à la grataille »
  • groule : (n.m) : clochard, vagabond, pauvre type « C'te groule de Marcel, beauseigne, sers-y donc un canon quand même. »
  • guenille : (n.f) Vaurien, individu méprisable. «  »|T'es qu'une guenille, et puis c'est tout « ! »
  • gueniller : (v. intr) peiner (voir batailler). « Les Verts, beauseigne, y m'ont fait tirer peine de les voir gueniller comme ça toute la saison pour le maintien.»

J[modifier]

  • jabiasse : pie, par extension bavard, bavarde avec une nuance péjorative d'inconséquence ou de malveillance. Le verbe jabiasser en dérive. « C'est qu'au Helder [ancien salon de thé huppé de la place Dorian], c'est pas mieux que derrière les benons. Et va z'y que ça jabiasse ! et pas qu'des gentillesses.»
  • jacasser : (v.int) : jabiasser, clanquer « Assez jacasser voilà juste pour vous »
  • jarjille ou jigorne : (n.f) se dit de quelqu'un de taquin, d'un enfant qui a la "bougeotte"
  • jigorgner : (v.int.) taquiner

K[modifier]

  • kinarelle : (n.f.): Sifflet au son de crécelle fonctionnant lors du dégonflage d'un ballon. Par extension: enfant qui "kine", qui pousse des cri aigus ou qui pleure sans discontinuer.

L[modifier]

  • lermuze : (n.f) lézard « Vois tu moi les sur la plage ! acclabousés comme des lermuzes au soleil !»
  • lever les broches : (loc.v) mourir, décéder.
  • loube : (n.f) : scie à grosses dents
  • lourde : (n.f) tournis, tête qui tourne.

M[modifier]

  • mâchon : (n.m) repas simple
  • mâchurer : (v.tr) maculer, salir - « il s'était tout mâchuré »
  • mainnant : (adv) maintenant
  • malhonnête : grossier, mal élevé (sens courant en français il y a un siècle, conservé dans la région). («  »|Je ne veux plus que tu fréquentes le fils Pichon, il est tellement malhonnête « ! »)
  • manger les barabans par la racine  : (loc.v) être mort.
  • mani : (n.m) hanneton « Le coissou s'est fait attraper par l'instit' à amener des manis en classe, ça a bardé »
  • manu[67] (la) : (n.f.) Manufacture nationale d’armes de Saint-Étienne (en abrégé MAS). Beaucoup de Français pendant la période kaki de leur existence ont manipulé le MAS 49-56. Ne pas confondre la Manu avec Manufrance (que les Stéphanois appelaient « chez Mimard »)
  • margaille : (n.f) Tache qui coule. (idem bargaille)
  • maronner : (v.) embêter, énerver (tu me fais maronner)
  • marpailler: (v. tr) tripoter, ou caresser vigoureusement. « C'était au début qu'ils fréquentaient, tu les aurais vus se marpailler !»
  • mate-faim (n.m de Mater la faim) Sorte de crêpe de plus d'un centimètre d'épaisseur faite d'un mélange de farine, d'eau, d'un peu de lait et d'un œuf. Il est cuit à la poêle dans de l'huile chaude et se mange en plat de résistance.
  • matru : (n.m) enfant, (adj.) petit - « Ma grande (fille), cà va , mais mon matru il a la rougeole. »
  • matrue : (n.f) fille, mère (péjoratif)
  • ménager (se) : (v.pron] prendre soin de sa santé

.
  • mener (v. intr.) : Mettre de l’ambiance dans une soirée, être un boute en train. « Il mène ce soir, l'Dédé ! ». Signifie également : « être en rut » pour les animaux comme pour les humains. (avoir le feu au derrière). « Comment qu'elle mène la Janou. Elle en a trois au derrière »
  • méjourné : petite collation qu'on prend entre deux grand repas. Variété de quatre-heures.
  • mettre en caisse (se) : (v.pron) se mettre en arrêt maladie.
  • mettre la lourde
  • milachien : juron, personne vulgaire sans éducation (voir aussi miladzeu)
  • miladzeu : initialement juron (mille dieux !) par extension personne vulgaire sans éducation, utilisant ce juron « C'est des vrais Miladzeux, je te dis toujours à pitancher !»
  • minarat : (n.m) mineur
  • minater : (v.int) flirter, avoir un comportement calin. « Quand j'lai vu minater, comme ça, je me suis dit, fouilla, il doit avoir quelque chose à se faire pardonner, lui qui est tant jarjille d'habitude. »
  • moment :(n.m) dans l'expression du(es) moment(s) équivalent à fois, si : « Des moments qu'y viendrait, dis-lui que je suis allé voir le papy à l'hospice. », «du moment que j’l’dis !»
  • motte[68] : (n.f) Jeu d’enfants où celui qui est touché devient « la motte ». Il y a diverses variantes « la motte en l’air », « la motte à cacasson » ,.. Ailleurs ce jeu est appelé chat perché ou loup.
  • mouillancher : (v. intr.) pleuvoir légèrement.
  • mouillé de chaud (être) : (loc.nom) : être en sueur, transpirer.

N[modifier]

  • narse ( ou Nèrse) : (n.f) marécage ou trou d'eau dans le pré[69]
  • narsou : (adj.) humide, boueux, marécageux[70]
  • niaque(n.f): l'envie (il a la niaque)

P[modifier]

  • pagnot : (n.m.) voyou.
  • pampille : (n.f) la fête.
  • passer sous le tram (loc.v) : se couper les cheveux.
  • pataire[71] ou patère[72] : (n.m) chiffonnier ambulant, ferrailleur, utilisé autrefois comme image de croquemitaine. « Écoute piozou, si tu veux pas manger ta soupe, demain je te donne au patère.»
  • pâtir : (v.int.) avoir du mal à faire. « Je l'ai vu pâtir avec le chariot alors je suis été lui donner la main. »
  • p'ta ou p'tassou : (n.m) morceau d'étoffe cachant un accroc ou trou dans un vêtement. « M'man m'a rapettassé mon pantalon avec deux p'tas ».
  • pège, pégole : (n.f) proprement la poix, par extension toute matière collante, en dérive l'adjectif pégoleux. « Le coissou avait mis les doigts dans la confiture, y' z'étaient tout pégoleux !»
  • pegeat : (n.m) paquet collant :
  • petafiner : (v.tr) abimer, casser, détruire, gâcher, mettre quelque chose dans un état lamentable « Une auto toute neuve ! Il est allé se la petafiner sur un platane » ;(intransitif) mourir « Plutôt que de se rendre Bonnie et Clyde, y z'ont mieux aimé petafiner ensemble ! ».
  • petarelle : (n.m) pet de loup, champignon qui pète lorsqu'il est sec et qu'on l'écrase. Nom scientifique : lycoperdon[73].
  • petasser[74] : (v.tr.) raccommoder. À l'origine du verbe rapetasser [75]
  • peton(n.f/adj.f): chipie, peste, faiseuse de ragots. « La manière qu'elle est peton la Marie ! Elle te caresse le dos par devant, et elle te crache à la figure par derrière. »
  • piailler : (v.tr) : clanquer, jacasser : « C'est pas la peine de tauner, ce que je viens de te piailler valait bien un mate-faim, pas??
  • pichorgne (n.f) : personne n'a pas bon appétit
  • piat (n.m) : vieux chiffon. « La Jeannine, elle portait une robe, on aurait dit un piat. »
  • pichorgne (n.f) : personne n'a pas bon appétit
  • pichornier ou pichorgner: (v.tr) faire le nez, refuser spécialement en parlant de la nourriture.
  • pimpignole (n.f) : coccinelle
  • pillou ou pillot  : (n.m) petit enfant, poussin. <autres orthographes: piot ou piou (même famille que piozou)>
  • piozou : (n.m) petit enfant, terme affectueux.
  • piquerle : (n.f) humeur sèche au coin des yeux, en général utilisé au pluriel.
  • pirourou : (n.m) rémouleur.
  • pitanche : (n.m) clochard ou ivrogne.
  • pitancher : (v.intr) boire de l'alcool sans modération. « C'est qu'un verrier de Saint-Rambert, ça pitanche mieux qu'un minarat !».
  • pitrogner : (v.tr) Toucher/tripoter avec des doigts sales
  • plier : (v.tr) Emballer, « Ce saccaraut me l'avait plié comme ça dans du papier journal, sans mettre de la frézille, tu penses si ça a été petafiné en moins de deux »
  • porau : (n.m) pour poireau : va donc au jardin, qu’il est cafi de poraux.
  • portion : (n.f) casse-croûte, goûter par extension repas rapide.
  • pourette : (n.f) ciboulette.
  • poutrasse : (n.f) femme trop maquillée, poupée.
  • poutringuer (se) : (v. pron.) se maquiller avec excès.
  • pranière : (n.f) : sieste

Q[modifier]

  • ...que : en fin de phrase sert à souligner :
    • la continuité de l'action, sa fréquence « Il a un de ces babeaux, il pleure que ! »
    • son caractère récent équivalant alors à venir juste de, à l'instant « Vois-tu moi le ct'affaire qu'arrive que ! », « j'arrive que » ou « Essaie rien que ! »
  • quinarelle : (n.f) moulin à musique, jouet bruyant, ou bien se dit d’une personne qui n’arrête pas de pleurer, de se plaindre « Depuis ce matin, il est après sa quinarelle, je crois que je vais faire un malheur, avant d’être souriat !»
  • quiner : (v.) signifiant pleurnicher, se plaindre. Fouilla, mais fais queq chose avec cuila, il arrête pas de quiner.
  • quinquet (n.m) oeil
  • quiquandont : n'importe qui. « Fouilla, y s’prend pas pour le fils à quiquandont »

R[modifier]

  • racine : (n.f) carotte
  • rachat : (n.m) Rachat de porc, viande de porc de deuxième catégorie.
  • ramasilles (n.m.pl) : restes.
  • râpée : (n.f) galette de pommes de terre râpées, avec des œufs, de la farine (parfois de l’ail), et frites, servies en plat de résistance ou en accompagnement.
  • rapiat (adv.) : avare, chiche. «soyes pas rapiat acques le beurre»
  • raptaret (adj) : bas du cul.
  • raze (n.f) : Le caniveau. (« Il a trébuché en montant le trottoir et il s'est tombé dans la raze »)
  • rédimer (se) (v.pr) : Restreindre ses dépenses, prendre un train de vie plus modeste. "Tu devrais te rédimer sur la nourriture". Attention à ne pas confondre cette définition avec celle plus communément utilisée, à savoir "se racheter de".
  • reloge : (n.f) horloge.
  • regarder: (v.tr) économiser d'une manière avaricieuse. L'action de regarder est le contraire de la générosité « Tu vas pas nous regarder le canon, ménan (maintenant)! Allez , remets nous-en un autre !»
  • regretou ou regretteux(se) : (adj.), répugnant, ou qui éprouve de la répugnance.
  • rencontrer une charrette : (loc.v) être retardé.
  • rentrer plan-plan : (loc.v) rentrer tranquillement

.
  • rendre (se): (v. pron.) Rentrer chez soi (« Avec toute cette neige, on va s'amuser pour se rendre »).
  • repapilloter (v.int) : aller mieux, se refaire une santé.
  • rester: (v. intr.) Traîner quelque part (« Dis-moi, t'es ben resté ! »)
  • retournée : (n.f) Claque.
  • rio : (n.m) ruisseau
  • roupiane : (n.f) robe de mauvaise facture, fripe, parfois avec la nuance de voyant, de mauvais goût. Le participe passé adjectival enroupiané équivaut à mal habillée de façon voyante. « Une sapré gambelle celle-là, toujours avec des roupianes pas possib' ! »
  • rousti : (adj.) pris la main dans le sac, roulé, ou trompé. Vocabulaire de braconnier : « pas vu, pas rousti »

raptaret = corniaud qui agace les mollets

S[modifier]

  • Sainté : Saint-Étienne
  • saccaraud (n.m) : personne brusque, traitant les objets sans ménagement « Le Toine, c'est un sapré saccaraud, petit déjà ses jouets étaient petafinés dès le jour de l'an » . Autre orthographe : sacarô, sacaraud
  • sampiane ou sampe (n.f) : femme négligée ou ménagère ne tenant pas son intérieur propre.
  • sampiller (v.tr) : froisser, abîmer. Synonyme de "petafiner". "Marcel, fais attention à pas sampiller tes habits avant d'aller à messe"
  • sampillon (n.m) : personne peu soigneuse ; synonyme de saccaraud
  • sapré(e) (adj.) : équivalent de l'ampliatif sacré(e) « Sapré bon dieu ! t'as encore petafiné ton vélo !»
  • sarrasson (n.m) : Sorte de fromage frais, tiré du babeurre, par extension sa préparation relevée (sel, poivre, pourettes, vinaigre)
  • soir (n.m) : pris dans le sens de après-midi « Je passe te chercher ce soir vers deux heures. »
  • souper (v. intr.) : Dîner.

T[modifier]

  • tabazut (adj.) : fou, excité
  • tâcher moyen (loc. v) : essayer. «tâche moyen de les ramasser bien beaux»
  • Taillé comme un bouchon de radatieur : (loc.nom) tout petit, moins que rien

.
  • taponner (se) (v.pron) : régaler (se), faire plaisir (se).
  • tarauder à sec (v.int) avoir soif.
  • tateminette (ou tate-minette) (n.f. ou adj.): méticuleux jusqu'à la maniaquerie. « Tu devrais essayer de lui faire réparer la reloge, tateminette comme il est y'finirait bien par y arriver »
  • tatouiller (v. tr. et intr.) : tripoter de l’eau, jouer avec. « Arrête de tatouiller dans cette bassine, sinon tu vas être tout trempe » (équivalent : gassouiller, sassouiller[76])
  • taune (n.f) : grogne, (fam) les boules,
  • tauner (v.int) (avoir la taune) : grogner, râler : C'est pas la peine de tauner ce que je viens de te piailler valait bien un mate-faim, pas??
  • tège (adj.) : gavé, repu (de nourriture ou de liquide). Synonyme de coufle. « J’ai repris trois fois de la rapée ; je suis complètement tège ! »
  • teuteu (n. m.) : bidule, truc, machin. «Attrape donc le teuteu, là.»
  • tirer peine (locution verbale): S'inquiéter (« A l'idée de rentrer rue Royet, tout aborgnon, la glaudine elle tirait peine »). Parfois: avoir pitié de (« Ça faisait tirer peine de la voir gueniller comme ça. »)
  • tomber (se) (V. pron): tomber. «Son matru, il s'est tombé en jouant au ballon, il est tout égrointé.»
  • topette : (n.f) petite bouteille. «ouvre donc une topette de vin blanc, mais pas du vin bouché»
  • traboule : passage couvert à travers un pâté de maison, faisant communiquer deux rues (mot également lyonnais)
  • transir (v.intr.) : regretter le pays natal, s'ennuyer. « Il est là-bas à transir. Mais aussi qu'est-ce qu'il avait besoin de partir?  »
  • trifouillée : (n.f) bagarre, : Ils se sont mis une trifouillée !
  • trempe : (adj.) mouillé entièrement, ruisselant. « La grabote est tombée dans la boutasse. Elle était tellement trempe, on aurait pu la tordre »
  • trop soûl (adj.) : se dit d'un enfant qui fait le difficile, surtout en matière de nourriture, parce qu'il a tout à gogo. Et on lui ajoute souvent « Huit jours sous une benne ! » (sous-entendu : te feraient du bien)» [77]
  • tri-tri : (n.m et f) : enfant ou grande personne qui s'agite beaucoup. « Il est là qu'il tient pas en place. Un vrai tri-tri ce gamin! »

V[modifier]

  • vanaret : oreille
  • vara : (n.m.) cochon mâle, déformation de verrat.
  • veson ou vezon : (n.m.) 1) ver « Il se tortillait sur sa chaise, on aurait dit un vrai veson.». 2) (n.f.) personne désagréable, chipie, peste (voir peton). avoir le vezon : être énervé.
  • viron : (n.m.) promenade, tournée. « Du Soleil à Michon, ça fait un sapré viron. »
  • vogue : (n.f.) fête foraine ; la Vogue des noix est une fête foraine qui se déroule à Firminy et qui a lieu à la fin de la récolte des noix.
  • voir (s’en)  : Souffrir à la tâche, peiner pour faire quelque chose ou pour arriver à un résultat. (Ex : « Eh bien, je m’en suis vu pour me rendre ! il y avait 30 cm de neige sur la route… »)
  • Vois-tu-moi-le : (loc.nom) regarde-le.

Expressions[modifier]

Les expressions suivantes peuvent exister en français mais sont utilisées en gaga dans un sens particulier.

  • À barreau : Malade. (Ex : « Il est tellement à barreau que le docteur l'a mis en caisse pour 15 jours. »)
  • Abrivé (être bien) : (Ex : « Le Jackie, il est abrivé de rentrer maintenant que c'est son tour de payer le canon. »)
  • Acheter un enfant : Accoucher.
  • Adieu : au revoir (n'a pas le sens « définitif » que lui prête volontiers le français moderne). S'utilise aussi (mais moins fréquemment) pour dire « bonjour ».
  • À la mine ! : expression utilisée pour provoquer les forces de police lors des manifestations. Expression également prisée lors des manifestations sportives afin d'inciter l'équipe locale à plus de vaillance. Elle a été remplacée par « à l'usine ! ».
  • À un de ces moments ! : à un de ces jours !
  • Allez ! : façon de saluer familière, mais pas désinvolte ni irrespectueuse.
  • Apéter pour pas de monde : attendre pour rien. Se dit qu'une personne qui traîne à attendre on ne sait quoi. « J'ai vu la Janou qui apétait pour pas de monde sur le champ de foire. Elle avait pas bonne façon. »
  • Attention ! le lait se sauve !: traduit le fait que le lait en train de bouillir commence à déborder de la casserole et commence à se répandre sur la plaque de cuisson...
  • Autant qu’un curé peut en bénir : une très grande quantité (Ex. « Mais c'est qu'y ont mangé des cerises autant qu'un curé peut en bénir. Y reste plus rien. ») S'utilise aussi pour boire, manger, dépenser etc. Attesté en beaujolais, [78],existe aussi en Roannais.
  • Beau comme un litre ou comme un lustre : bien habillé. (Ex : « Avec son costume et sa gomina, il était beau comme un litre ! »)
  • Bien ranger (dans le sens de bien arranger) : restaurer ou décorer une maison, un château avec goût, remonter une ruine avec habileté. (Ex : « La manière que c'est joli, La Batie à présent qu'y ont tout bien rangé. J'y suis été dimanche avec la Janou. »)
  • Bois-en mieux ! : expression interjective dite par plaisanterie (ou reproche) à quelqu'un pour lui dire qu'il a trop bu. Au figuré, se dit à quelqu'un qui vient de faire ou dire une sottise énorme.
  • Brave peu (un) : une assez grande quatité. (Ex : -Je vous en mets combien de viande? -Un brave peu, c'est qu'y donnent pas leur part au chien, mes galapiats).
  • Ça fait que : ainsi, donc. Ex : « Ça fait que vous voilà rendu  ». (Ainsi vous êtes rentré, vous êtes revenu chez vous.)
  • ça mien, ça tien, ça sien : mes affaires à moi, tes affaires à toi, ses affaires à lui. Ou encore : Ce qui m'appartient, ce qui t'appartient, ce qui lui appartient (ça notre, ça votre, ça leur). (Ex : « Moi je dis : chacun ça sien, et tout le monde sont content. ») (Ici, emploi spécifique du verbe être avec tout le monde.)
  • Ç't'affaire : cette histoire, ce truc, ce mec ; s'emploie fréquemment avec de nombreuses nuances. (Ex : « Ben, dis donc, c't'affaire ! » équivaut à « Quelle histoire ! » ; « Pour qui il s'prend c't'affaire ?», « Tu m'bouges c't'affaire d'là ! », « Qu'est-c'que c'est que c't'affaire ? », etc.)
  • Claque-dent : qui raconte des balivernes. (Ex : « Si tu te mets à croire un claque-dent comme lui, on est bien propre ! »)
  • Coucher (ou dormir) sous l’homme de bronze : passer la nuit au poste de police, souvent suite à un état d’ivresse sur la voie publique. L’expression vient du fait qu’il y a longtemps eu un poste de police sous la statue située côté ouest de l’escalier de l’Hôtel de Ville. Cette statue, bien que réalisée en fonte, est surnommée l’« Homme de bronze ».
  • Coup de gandot ou avoir reçu un coup sur le gandot : Être un peu fou.
  • Courir la patentaine : multiplier les partenaires sexuels.
  • croire (s'en croire) : faire preuve de prétention, voire d'outrecuidance. (Ex : « Y s'en croit le Robert depuis qu'il a gagné des sous. » Se conjugue souvent ainsi à la troisième personne du pluriel : « ils s'en croivent. »
  • Donner écanpage: faire de l'espace, faire de la place , donner de l'aisance. (Ex : « J'ai coupé les sureaux dans la baume (synonyme de balme). Ça donne écanpage aux chèvres. »). Avant le p il n'y a pas de m mais un n)
  • Être en caisse : être en arrêt maladie ou en arrêt de travail, en référence à la caisse d'assurance maladie.
  • Être doué comme une putain pour faire ses Pâques : ne pas savoir faire la chose dont il est question.
  • Être picassé de merde jaune : avoir des taches de rousseur.
  • Être tout mouillé de chaud : être en sueur, transpirer abondamment.
  • Être tout trempe : être mouillé (pluie ou sueur.)
  • Être fermé dehors : se retrouver devant une porte fermée, sans pouvoir entrer.
  • En savoir pas mieux : être idiot, niais, bête, débile. « Faut pas faire attention au Glaude (prononciation particulière de Claude), il en sait pas mieux. »
  • Eu : passé composé du verbe avoir utilisé pour construire un passé surcomposé, afin notamment de marquer une antériorité plus importante. Ainsi « on l'a eu fait », équivalent de l'imparfait de l'indicatif équivaut à « on le faisait [autrefois] », également proche en termes de nuance de l'anglais we used to do it, « on le faisait [mais on ne le fait plus]. »
  • Faire abonder : diluer, rajouter quelque chose pour augmenter artificiellement le volume d'un plat ou d'une boisson (Ex: « Moi j'en connais des qui mettent de l'eau dans le vin pour faire abonder. ( ou bien des patates dans le barboton pour faire abonder.
  • Faire une tournée de bile : Avoir malaise digestif , qu'il s'agisse du foie de l'estomac ou de l'intestin.
  • Faire pitou : s'agissant des enfants, être anormalement actif de façon dérangeante, en particulier la nuit en se réveillant. (Ex : « Ils ont fait pitou toute la nuit, tu vas voir demain s'ils en auront pas des piquerles ! »)
  • Faire regret : dégoûter, répugner. (Ex : « Il a tout dégobillé sur la table. Cà faisait regret. »). Issu de regretou.
  • Fiol : complètement saoul - qui a bu un verre (ces deux traductions sont équivalentes à Saint-Étienne.)
  • Fouilla, c'te matrue ! : (Ex : Quelle jolie fille !)
  • Guenille : un rien. (Ex : « Il a que des guenilles » signifiant il n'a rien.) ; il signifie également vaurien. (Ex. : « Ce type-là, c'est une guenille ! »)
  • Huit jours sous une benne ! [79]: référence à une situation difficile devant laquelle on ne doit pas faire la fine bouche. Plusieurs élucidations sont avancées, l'analogie avec le travail des enfants à la mine qui poussaient les bennes ou la situation des mineurs qui pouvaient, en cas d'éboulements ou d'explosions, se retrouver coincés dans la mine plusieurs jours coincés sous une benne avant l'arrivée des secours. (Ex : « Il pichorgne que c'est pas possible, huit jours sous une benne ! voui, ça lui ferait du bien. ») Variante : Quinze jours sous une benne.
  • La manière que : comme. (Ex : « La manière qu'elle s'en croit, avec sa nouvelle robe ! » )
  • Le Pas de la Manu : en référence au rythme de travail des fonctionnaires de la Manu dits Les Manuchards
  • Luzerner : Apparaître puis disparaître. L'expression s'emploie surtout en parlant du soleil qui fait une courte apparition. Dicton : « A la Chandeleur, le soleil qui luzerne, quarante jours hiberne. » (signifie que l'hiver se prolongera de quarante jours).
  • Mâchuré comme le charbon de Gouriot : en référence à la gueule noire des mineurs du puits Gouriot. (EX : y faut pas que le beurre y soye mâchuré comme le charbon de Gouriot = noirci)
  • Mal viré : de mauvaise humeur (autre version de : mal tourné). (Ex. « Le Toinou, il est mal viré. Laisse-le que, tu vas t'en ramasser une. (claque) »
  • Manger les barabans par la racine : Être mort.
  • Même (la) : d'accord, je veux bien. (Ex : « Une autre café Mame X.? -La même. »)
  • Même (c'est la) : c'est pareil, c'est la même chose. (Ex : « Que tu ailles à La Métare par le cours Fauriel ou le tunnel du Rond-Point, c'est la même. »)
  • Même que (+ subj.) : même si. (« Même qu'il pleuve, j'irai au champignons. »)
  • Mettre à cuire : préparer le repas. Ex : « Je vous laisse Mame X..., il faut que j'aille mettre à cuire »
  • Mieux : plus. (Ex : « C'est mieux cher à Auchan qu'à Casino » ; « Elle est bonne, c'te rapée. R'mets-m'en mieux. »)
  • Non mais des fois!. Sans blague!, vous plaisantez!, c'est une plaisanterie! (Ex : « Non mais des fois! Qui c'est qui commande ici? »). Autre sens : expression marquant un acte d'autorité. (Ex : « Y'se mettait les doigts dans le nez, alors je lui en ai retourné une. Non mais des fois ! »)
  • Ni peu ni assez : sans retenue, excessivement. (Ex : « Le Dédé, il boit des canons ni peu ni assez ! »). Autre version : Ni peu, ni trop
  • Passé un temps : À une époque, il y a quelque temps. (« Tu (ne) devais pas t'engager dans l'armée, passé un temps ? »)
  • Le pas de la "Manu" : en référence au pas lent des ouvriers de la Manufacture d'Armes de Saint-Étienne. La rumeur raconte qu'ils gagnaient bien leur vie et travaillaient assez peu. (Ailleurs on parlerait de "Train de sénateur".)
  • Pièces (Faire faire des) : agrandir une maison en rajoutant des pièces supplémentaires à l'habitation d'origine. (Ex : « Maintenant qu'il a fait faire des pièces, il est mieux à son aise avec sa marmaille. »)
  • Plein Saint pierre (un) : une grande quantité, par référence à la pêche miraculeuse de Tibériade dans la Bible.
  • Plier : emballer, faire un paquet. (Ex : « J'ai dit à la vendeuse qu'c'était pour offrir, mais elle m'a plié l'livre n'importe comment ! »)
  • Point d'heure : excessivement tard. (Ex : « Il a bu des canons et il est rentré à point d'heure. »)
  • Pour selon : malgré cela. (Ex : « Il y avait de la circulation, mais on a bien roulé pour selon. »
  • Pour selon que : Bien que, quoique (Ex : « Pour selon qu'il a 70 bougies, l’ancien, il tient la forme ! »)
  • Prendre du souci : envisager de partir de chez son hôte (Ex : Fouilla !! C’est déjà une heure du matin. Il va falloir prendre du souci)
  • Quand on t'invite, faut pas pichornier : ne jamais refuser une invitation (pour les bars.)
  • Qu'est-ce t'en dis ? : comment ça va ? (Ex : « Qu'est-ce t'en dis Jackie ? »). Variante : Qu'est-ce tu dis ? (Ex : «  Qu'est-ce tu dis, l'Ancien ? ». On pourra aussi entendre : « Qu'est-ce qu'y dit, l'Ancien ? »)
  • Quiner (faire) : produire un bruit aigu. (Ex : « faire quiner ses pneus » : les faire crisser) ; gémir, geindre : « Mais qu'est-ce qu'il a à quiner comme ça le matru ? »).
  • Ramassé (une plaie qui a) : une plaie qui s'est infectée et qui a maintenant du pus. (Ex : « T'as pas mis de pansement et méman (maintenant) ça a ramassé. Va voir le pharmacien pour qu'il t'y nettoïe. (prononciation particulière de nettoyer). »
  • Rester (quelque part), ( à tel endroit): habiter. (Ex : « Mais si, vous le connaissez! C'est çui qui reste après le cimetière, à côté de la maison à la Glaudette. »
  • Rien' dans certaines expressions signifie : beaucoup. Ex : « c'est pas rien vrai? Mais qu'est-ce que vous me dites? » (c'est incroyable, ça parait énorme) ou : « t'as pas rien grandi » tu as beaucoup grandi.
  • Rogne (n.f.) : Avoir la rogne au coude, être très paresseux ; se mettre en rogne, râler, se fâcher ; on dit également mettre quelqu’un en rogne, le fâcher, le mettre en colère.
  • S'oublier : se réveiller en retard (et non s'être uriné dessus comme dans d'autres régions de France.)
  • Se retrouver à la Talau: se retrouver en prison (la maison d'arrêt de Saint-Étienne étant située à La Talaudière, l'expression parle d'elle même)
  • Se tirer un nerf : toute douleur due à un effort musculaire ou même à un rhumatisme. (Ex : « En ramassant les barabans, je me suis tiré un nerf dans le dos, tellement ça fait mal qu'après j'ai fait une tournée de bile. »)
  • Tâcher moyen : Essayer. (Ex : « Tâchez moyen d'être à l'heure ! »)
  • Tarauder à sec [80] : avoir soif. S’emploie souvent sous la forme négative : « On va quand même pas tarauder à sec ! Ressers nous un canon.»
  • Tirer la guenille : marcher difficilement.
  • Tirer peine : Se faire du souci. (« Tâchez moyen de pas trop tirer peine. » signifie : « Essayez de ne pas vous faire trop de souci")
  • Tirer peine pour quelqu’un : avoir pitié de (Ex : « Les Verts, en ce moment, y font tirer peine. »)
  • Tout le monde y monteront si chacun y met du leur ! : expression attribué à un chauffeur de tram encourageant ainsi les usagers à se serrer pour laisser les gens rentrer.
  • Tout par un coup : tout à coup.
  • Tombée sur une pointe rouillée : enceinte.
  • Trouver dans la sciure : Produit de mauvaise qualité. Au marché Place des Ursules les vendeurs de verroterie répandaient de la sciure sur les bijoux de pacotille qu'ils vendaient, pour les faire briller et tenter ainsi de berner le badaud sur leur qualité.
  • Un bon peu (en faire ou en mettre) : une bonne quantité de.
  • Va te faire voir chez Cadet, Place du Peuple : Cadet était un célèbre photographe stéphanois excerçant Place du Peuple, cette expression signifierait littéralement: "Va te faire tirer le portrait ailleurs, ici on veut plus voir ta tête. Plus couramment, on l'employait pour signifier à l'importun de partir et vite.
  • Vieux (de) : D’il y a longtemps. « Oh ! Ça date de vieux ç't'histoire ! » ; on dit aussi remonter à vieux.
  • Virer casaque : devenir fou[81]. « Quand sa femme est partie avec le facteur, le Glaude a viré casaque. »
  • Vois-tu le (la) ! ou Vois-tu moi le (la) ! : Attirer l'attention de quelqu'un sur autrui, se dit aussi pour saluer quelqu'un au détour d'une rue. Pouvait se rencontrer sous sa forme plus complète : « Vois-tu le moi rien que [...]. »


Spécialités gastronomiques[modifier]

Voir aussi[modifier]

Bibliographie[modifier]

  • Louis Dorna et Étienne Lyotard, Le parler gaga !, Actes Graphiques (éd. originale: Éditions Dumas), 2005, 7e éd. (1re éd. 1953) ISBN 2-910868-88-5
  • Jean-Paul Chartron, Le cri du pillot, Actes Graphiques, 1987
  • Jean-Baptiste Martin, Le parler du Forez et du Roannais : Dictionnaire du français régional de la Loire, Bonneton, 2000 ISBN 2-86253-266-5
  • Pierre Perrin et Pierre Zellmeyer, Le petit gaga illustré : L'encyclopédie du Pétrus, Actes Graphiques, 2001 ISBN 2-910868-31-1
  • Jacques Plaine et Jeanluc Epallle, Les trésors de Toutengaga : Dictionnaire gaga-français/français-gaga, Actes Graphiques, 2005 ISBN 978-2910868987
  • Martine Garnier, Petit Lexique Illustré Du Parler Stéphanois, L'Antilope, 1998 ISBN 2912038154
  • Louis-Pierre Gras, Dictionnaire du patois forézien, Librairie ancienne Auguste Brun, Lyon, 1863

Liens internes[modifier]

Liens externes[modifier]

Notes et références[modifier]

  1. Le petit gaga illustré, p. 11
  2. Le petit gaga illustré, p. 12
  3. Lexique du patoirs forézien, p. 1[1]
  4. Le petit gaga illustré, p. 13
  5. Le petit gaga illustré, p. 14
  6. Le petit gaga illustré, p. 15
  7. Le petit gaga illustré, p. 16
  8. Les trésors de Toutengaga, p. 15
  9. le Patois vivant. Rencontres de Montbrison (Loire), patois des Monts du Forez : [2], Lexique p.1
  10. Le petit gaga illustré, p. 19
  11. Le petit gaga illustré, p. 41
  12. Le parler gaga, p. 18
  13. Le parler gaga, p. 18
  14. Le parler gaga, p. 19
  15. Les trésors de Toutengaga, p. 18
  16. Dictionnaire Louis Pierre Gras, p. 23[3]
  17. Dictionnaire du patois forézien, Louis Pierre gras, p. 23
  18. Le petit gaga illustré, p. 20
  19. Le petit gaga illustré, p. 21
  20. Le petit gaga illustré, p. 22
  21. Le parler gaga, p. 21
  22. Les trésors de Toutengaga, p. 19
  23. A.− Région., rare. Lard ou pièce de porc salée http://www.cnrtl.fr/definition/bacon
  24. Le petit gaga illustré, p. 23
  25. Le petit gaga illustré, p. 24
  26. Mots utilisés au cours des rencontres du Patois vivant (1999-2004) au Centre Social de Montbrison (Loire). La plupart des participants utilisent le patois des Monts du Forez[4]
  27. Les trésors de Toutengaga, p. 21
  28. Les trésors de Toutengaga, p. 21
  29. Les trésors de Toutengaga, p. 21
  30. Le petit gaga illustré, p. 25
  31. Le petit gaga illustré, p. 27
  32. Le petit gaga illustré, p. 28
  33. Le parler gaga, p. 27
  34. Les trésors de Toutengaga, p. 23
  35. Les trésors de Toutengaga, p. 23
  36. Le petit gaga illustré, p. 29
  37. Les trésors de Toutengaga, p. 25
  38. Le petit gaga illustré, p. 30
  39. Le petit gaga illustré, p. 31
  40. [5]
  41. Le parler gaga, p. 38
  42. Les trésors de Toutengaga, p. 28
  43. Forme franco-provençale pour beigne http://www.cnrtl.fr/definition/bugne
  44. Le parler gaga, p. 43
  45. Le petit gaga illustré, p. 32
  46. Le petit gaga illustré, p. 33
  47. Le petit gaga illustré, p. 34
  48. Les trésors de Toutengaga, p. 33
  49. Stéphane Merle, « Le stade Geoffroy Guichard de Saint-Étienne, un "monument" du sport local ? », Géocarrefour, vol. 79/3, 2004, mis en ligne le 12 mars 2008. http://geocarrefour.revues.org/index723.html.
  50. Le petit gaga illustré, p. 36
  51. Les trésors de Toutengaga, p. 37
  52. Le petit gaga illustré, p. 37
  53. Le petit gaga illustré, p. 39
  54. Le petit gaga illustré, p. 40
  55. Le petit gaga illustré, p. 42
  56. Le petit gaga illustré, p. 43
  57. Le petit gaga illustré, p. 48
  58. Le petit gaga illustré, p. 49
  59. Le petit gaga illustré, p. 50
  60. Le petit gaga illustré, p. 51
  61. p19 des rencontres de Montbrison: le Patois du Forez, 1999-2004
  62. p.70 Louis-Pierre Gras[6]
  63. Le petit gaga illustré, p. 56
  64. Le petit gaga illustré, p. 60
  65. Le petit gaga illustré, p. 61
  66. Le petit gaga illustré, p. 62
  67. Les trésors de Toutengaga, p. 62
  68. Les trésors de Toutengaga, p. 65
  69. Lexique du patois forézien, p.27 Téléchargeable au Centre Social de Montbrison [7]
  70. Lexique du patois forézien, p.27
  71. Le parler du Forez et du Roannais, p. 115
  72. Les trésors de Toutengaga, p. 69
  73. Lexique du patois forézien, p.29, téléchargeable en PDF sur le site à la rubrique lexique
  74. Lexique du patois forézien, p.111
  75. http://www.cnrtl.fr/definition/rapetasser
  76. La Patois vivant, Montbrison 1999-2004[8]
  77. Le parler gaga, p. 139
  78. [9]
  79. Le parler gaga, p. 139
  80. Les trésors de Toutengaga, p. 88
  81. Lexique du patois forézien, p. 38 document téléchargeable sur [10] voir lexique Patois forezien