abattre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin abbatĕre.

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

abattre /a.batʁ/ transitif 3e groupe (conjugaison)

  1. Mettre à bas ; jeter à terre ; faire tomber.
    • On vient d’abattre à Lyon un platane géant. Cet arbre cubait près de 12 mètres et le tronc seul pesait 19540 kilogr. (Bulletin de la Société royale forestière de Belgique, volume 15, page 224, 1908)
    • Il lui abattit le bras d’un coup de sabre.
    • (Par analogie) Démolir, casser une maison, un mur, un plancher, etc.
  2. (Par extension) (Marine) Coucher un navire sur son flanc pour travailler à la carène ou à quelque autre partie qui est ordinairement submergée.
  3. (Par extension) (Médecine vétérinaire) Coucher un animal sur le flanc quand il doit subir quelque opération.
    • Ce cheval est fougueux, on est contraint de l’abattre pour le ferrer.
  4. (Par extension) (Cartes à jouer) Mettre une ou plusieurs de ses cartes sur la table pour les montrer.
    • Abattre son jeu, ses cartes, son dernier atout.
  5. (Figuré) Expédier en peu de temps beaucoup de travail.
    • Il a abattu un boulot énorme.
    • Tout le travail que vous aurez abattu dans la journée n’aura servi à rien.
  6. (Figuré) et (Familier) Boire (une quantité réputée importante).
    • Ils ont abattu dix bouteilles de vin et quatre de champagne ce soir-là.
  7. Tuer un animal.
    • Ce chien était enragé : il a fallu l’abattre.
  8. Assassiner par arme à feu.
    • Il a été abattu de sang froid.
  9. (Par extension) (Militaire) Détruire un avion en vol.
    • Ce pilote a abattu trois chasseurs ennemis.
  10. (Figuré) Affaiblir physiquement et moralement.
    • Une fièvre continue abat bien un homme.
    • La moindre affliction l’abat.
  11. (Pronominal) Tomber brusquement.
    • Et tout d’un coup, comme une masse, je m’abattis sur le colporteur que je bâillonnai et ligotai en un clin d’œil... (Octave Mirbeau, Le colporteur,)
    • Pareil à une bête tapie dans les hauteurs, le lourd rideau s’abattait, puis remontait au cintre, tandis que les duettistes venaient saluer. (Francis Carco, L’Homme de minuit, 1938)
    • Un rude hiver s’est abattu sur la campagne bourguignonne : les quelques arpents de vigne qui font vivre la famille ont gelé. (Rosa Moussaoui, Zéphyrin Camélinat (1840-1932) Un long chemin, de la commune au communisme, dans L'Humanité, 7 septembre 2011)
    • La violence du choc fut telle que l’arbre, que le mât s’abattit.
    • Le vent s’abat, s’est abattu, est abattu, Il s’apaise, il est apaisé.
  12. (Pronominal) (Spécialement) Tomber ou se laisser tomber (sur quelqu’un ou quelque chose) en provoquant un dommage.
    • Parmi les fléaux qui s’abattent sur la vigne, le plus terrible, dans ses effets, est évidemment la grêle. Le vignoble est beau, et plein de promesses, et cinq minutes plus tard il n’en reste rien ; […]. (Sachez soigner vos vignes grêlées, dans Almanach de l’Agriculteur français - 1932, p. 59, éditions La Terre nationale)
  13. (Marine) Éloigner la proue d’un bateau du lit du vent, en faisant une abattée volontaire.
    • Ce voilier vient d’abattre de trente degrés.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Antonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]