-eux

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : eux

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin -osus.

Suffixe[modifier | modifier le wikicode]

-eux

  1. Plein de, qui a ce que dit la racine.
  2. Qui fait l’action décrite par la racine.
  3. (Chimie) Ce suffixe sert à former des noms de composés un peu moins oxydés que ceux dont les noms finissent en -ique.
    • acide sulfureux, oxydes nitreux.
Note[modifier | modifier le wikicode]
Ce suffixe peut servir à former des adjectifs (duveteux, moelleux) ou des substantifs (morveux, gâteux).
Au Québec, le suffixe -eux demeure très vivant, entre autres comme concurrent au suffixe -eur mais dans la langue populaire (par ex. violoneux).
« L’usage fréquent du suffixe « -eux » (au féminin « -euse ») est une particularité de la langue québécoise qu’il serait grand temps d’accepter pleinement. Déjà, les téteux, les ostineux et les pouceux sont des espèces locales connues. Mais le « -eux » peut être beaucoup plus prolifique.
« C’est parfois une preuve d’humilité. Le patenteux est un inventeur qui ne se prend pas au sérieux. J’ai déjà entendu un auteur-compositeur-interprète dire qu’il était un « gosseux de chansons ». […] Mais ce suffixe a, la plupart du temps, un sens péjoratif. […] Le nationaleux est un nationaliste borné, obsédé par la question nationale. Bizarrement, on n’entend pas parler de « fédéraleux », peut-être parce qu’un ajout péjoratif serait ici une redondance…Le fait que ce soient précisément les lettres du pronom « eux » qui constituent ce caboose honteux ne doit pas être anodin : le « eux » marque le fait qu’on parle d’une autre gang que la sienne. […] Là où le « -eux » est le plus efficace, c’est quand on l’ajoute à un mot qui est déjà négatif. Si le magouilleur est condamnable, le magouilleux est, de plus, méprisable.
« Ce suffixe est sans doute ce qui représente le mieux le plus grand talent de la langue québécoise : celui de déprécier. Il faut dire qu’une histoire marquée de pisseux, de lâcheux et de téteux, et une actualité remplie de politicailleux, de faiseux de vedettes, de pelleteux de nuages, de bosseux, de mangeux et de magouilleux, ça laisse des traces… » — (François Parenteau, L’Actualité, 15 décembre 2005)

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]